LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 ALEKS — push it baby, out of control.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 15:49



Aleksandra Oxana Petrovitch

Cherchez au fond de mon âme, vous tomberez plus bas que vous ne l’êtes déjà.

29 ans ✻ Russe ✻ Gvardeïsk, Russie ✻ Célibataire ✻ Hétérosexuelle ✻ Professeur de Littérature
MOI EN QUELQUES MOTS…
Rebelle – Manipulatrice – Déterminée – Mystérieuse – Loyale – Protectrice – Froide – Charmeuse – Cœur d’artichaut – Autoritaire – Dominatrice – Insolente – Méfiante – Menteuse – Modeste – Téméraire – Cynique – Tigresse
« Vous savez ce qu’on dit d’Aleksandra ? C’est une personne à multiples facettes. Une minute, elle peut être douce et joviale, la seconde d’après, elle est autoritaire et manipulatrice. Vous ne savez jamais sur quelle Aleks vous allez tomber, et c’est ce qui rend toute communication avec elle aussi surprenante et incompréhensible. Moi, je vous le dis, conseil d’ami : Restez loin d’elle. Vous irez mieux, ainsi »
OH MY GREEK !
La littérature, une passion, un repère, une évasion. Voilà ce qu’est la littérature pour Aleks. Une façon d’échapper à la réalité, de s’évader, de contrôler ses pensées, de souffler, de se reposer. Et à vrai dire, c’est grâce à ses livres incroyables, à ses paroles justes, ses auteurs à l’écriture si fine qu’elle a pu endurer toute sa vie. Ces motivations d’enseignement se résultent de sa propre vie. Montrer aux jeunes de nos jours que dans l’écriture, dans la lecture, se trouve une force qu’ils ne peuvent découvrir qu’en s’asseyant avec un bouquin dans la main : Pouvoir rêver. Brown, c’est juste un lieu quelconque, un endroit d’essai, une transition ou un point d’encrage. C’est à voir.
CARNET DE SANTÉ

Je me présente : Mrs Harrison, je suis infirmière psychologue. Une formalité que de passer me voir pour établir votre dossier de santé. À Brown, nous prenons toutes les précautions nécessaires et nous suivons chaque enseignant pour surveiller quelconque signe de stress trop intense, de dépression ou encore d'envie suicidaire. N’ayez donc pas peur de vous laisser aller, je suis tenue au secret médical et je suis surtout là pour vous aider.

Parle moi de lui, raconte moi sa vie…Signe astrologique : Vierge
Couleur préférée : Noir
Goûts musicaux : Qu'importe.
Style vestimentaire : Chic.
Croyance religieuses : Athée
Sexualité : initiée par un pervers dans un bordel
Tabac / Alcool / Drogue : oui / oui / non
Perspective d’avenir / rêve : recommencer sa vie.
TAILLE : POIDS :
GROUPE SANGUIN : ALLERGIE(S) :
MALADIE(S) / ANOMALIE(S) : SIGNE(S) PARTICULIER(S) :
PHOBIE(S) : COMPLEXE(S) :
C’EST MOI CONTRE LE MONDE ENTIER

Je m’appelle saravigote, mais vous pouvez me nommer Exotic. J’ai 21 ans, de peu , même si je perds déjà mes dents et je suis une fille, à moins que je me trompe sur la marchandise O.o’. J’ai décidé d’interpréter la belle Anne Hathaway, parce qu’il faut avouer qu’elle est juste orgasmique ! D’ailleurs, c’est un personnage inventé. J’ai connu Providence grâce à mon petit doigt et j’espère ne pas le regretter. Ah oui ! Le fichu code du forum, je l’ai trouvé sans trop de difficulté. La preuve, c’est validé par Deb` Et c’est pas fini ! J’aimerais rajouter que autre Bazinga !.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.


Dernière édition par Aleks O. Petrovitch le Mer 15 Aoû - 16:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 15:50

BREF, VIE DE MERDE !

« - Aleks, regarde moi dans les yeux. Regarde moi et dis moi que tu as envie de moi, parce que moi je ne pense qu’à toi. – Désolé, chéri. T’étais juste la cerise sur le gâteau, j’étais juste là pour le fric. »

La gifle partit aussitôt, venant contrer le silence qui s’était installé quelques secondes plutôt et s’écrasant contre ma joue, déjà rougie par l’appréhension de la situation. Ma tête ne pu s’empêcher de suivre la trajectoire avec la puissance de l’impact. Le souffle coupé, je sentis mes yeux se remplir de larmes sans qu’elles ne s’échappent pour autant. Je restais quelques secondes ainsi, la tête tournée vers le mur, ma main réchauffant la joue qui me faisait mal, sans regarder mon interlocutrice qui avait encore une fois levée la main sur moi. “Regarde-moi, Aleks.” fit-elle finalement, d’un ton sec et sévère. Je soufflai discrètement et osa enfin la regarder, la tête haute. “Comment as-tu osé me faire ça?” lança-t-elle finalement. Son regard était haineux, comme à chaque fois qu’elle me regardait. Elle avait toujours été plus dure avec moi qu’avec les autres. Peut être était-ce parce que j’osais défier le monde ? Parce que je n’étais pas la fille exemplaire qui satisfaisait tous hommes rentrant dans ce bordel ? C’était au dessus de mes moyens. “Je t’ai posé une question” “Il me dégoutait” “C’était un gros client” “Un gros pervers, ouai” “Et alors ? C’est ce qu’ils viennent chercher ici non?” Elle s’approcha de moi, tout en caressant ma joue qu’elle venait de gifler. “Et tu es la meilleure pour les satisfaire, tu le sais” C’était dégueulasse. Je ne prenais aucun plaisir à faire ça, contrairement à certaine. Ça me dégoûtait autant que dans notre grand cher pays existait encore ce genre de maison close, éloigné des regards du monde. Qu’avais-je fais au monde pour tomber là-dedans ? Juste née au mauvais endroit au mauvais moment ? “Certes...” “Et tu voudrais pas que tes chers petites protégées prennent en charge ce genre d’hommes hein?” Je déglutis. Léna, la propriétaire de ce bordel, allait chercher ces demoiselles de plus en plus tôt maintenant. J’avais été l’une d’entre elle, quand elle était venue m’acheter à l’orphelinat, vers mes 14 ans. Un âge encore bien insouciant pour aller traîner dans une maison close, mais selon elle: “les filles devaient être formé avant de passer à la pratique” Et elle n’avait pas spécialement tord. Et aujourd’hui, à 19 ans, je prenais les plus petites en charge, pour les conseiller, les former et leur éduquer les bonnes manières à avoir en face un homme. Léna leur disait d’être douces et serviables. Je leur disais d’être dominatrice et sans pitié. Les hommes étaient là pour le plaisir. Sans nous, le plaisir n’existait pas. Nous étions les maîtres, pas eux. Et en connaissance de cause, il fallait garder la tête haute et ne pas avoir peur face à eux, sinon ils pouvaient vous bouffer en quelques secondes à peine, vous détruisant physiquement et moralement. Avant de comprendre ça, j’avais été brisé plusieurs fois. J’avais mis plusieurs mois à me remettre de mes blessures physiques, parce que je n’avais pas satisfait assez monsieur. Depuis, je mène la danse, pas eux. Et je préférais de loin recueillir ces enfoirés que de les laisser aux petites nouvelles, encore bien fraîches et innocentes. Mon silence devait en dire long puisque Léna ré-enchérit : “Très bien. Ce soir tu vas pouvoir te rattraper. Un gros client vient ce soir. Je lui ai promis la meilleure d’entre nous” Je roulais les yeux et je me demandais si un jour, j’arriverai à me sortir de cette situation minable et pathétique. J’étais née sans rien mais j’avais des rêves plein la tête. J’avais envie de vivre, pas de survivre. “Je peux disposer ?” Dis-je pour clore la conversation. Elle secoua la tête et commença à aller retrouver une autre fille pour sans doute l’assassiner elle aussi mais revint sur ses pas: “Aleks. Ce soir, ce sera spécial. Il passe te chercher à 20h, tu l’accompagneras toute la nuit.” “Tu veux dire...” “Oui” me coupa-t-elle avant de partir finalement. Qui était-il pour avoir le privilège “d’emprunter” une fille ? De m’emprunter moi ?

****
Je ne m’attendais pas à passer une soirée comme celle-ci. Du moins, dans ma misérable vie, participer à une soirée mondaine, c’était trop. Il m’avait demandé de me changer et de revêtir d’une robe encore plus classe et digne de sa soirée. Ça m’avait étonné, mais je n’avais pas bronché, me rendant encore plus superbe, apparemment. Et je devais l’avouer, me retrouver dans ce genre d’endroit, avec des gens aussi hautains, et dans cette robe, c’était une première. Moi, orpheline, qui ai toujours vécu dans un taudis, c’était...bizarre. Pourtant, une seule question restait au creux de mes lèvres, et j’allais bientôt oser poser la question: “Pourquoi moi? Pourquoi avoir choisis une fille comme moi d’un milieu...” “Défavorisé ?” “Oui.” “Parce qu’elles ont souvent le sens des bonnes valeurs”. Sur le moment, je n’avais pas spécialement compris, et je n’avais pas spécialement envie d’approfondir cette discussion. Encore une façon pour les riches de clore un sujet probablement. Vous savez, le genre qui savent tout sur tout. J’avais l’impression de pas être à ma place mais bizarrement je m’adaptais plus que bien, plus que je l’avais imaginé même. A croire que j’avais ça dans le sang: être de la bourgeoisie, avoir l’air hautain, avoir l’air riche. Monsieur Udinov semblait même très satisfait, puisqu’il n’osa rien me redire sur ma façon de me comporter, mon attitude et mes propos. La soirée se passa donc sans encombre et lorsque la fin de soirée sonna, il m’emmena dans sa belle et grande demeure impressionnante. C’était à couper le souffle, j’étais juste bluffée. Comment nous une quarantaine de filles arrivions à vivre dans une toute petite maison alors que lui, il vivait seul dans...une maison qui faisait sans doute dix fois plus que la notre ? “Voici ta chambre, Aleks. N’hésites pas à contacter Inga en cas de besoin.” Je m’étais stoppée devant l’énorme chambre qui était désormais à ma disposition. Puis, je me tournai vers lui, un regard et un sourire coquin: “Je n’aurai donc pas le privilège d’essayer votre lit ?” “Non, pas ce soir” Il était aussitôt parti, sans ajouter rien de plus, me laissant totalement bredouille. J’étais perdue par ce qu’il venait de se passer. Pourquoi un homme venait chercher une fille comme moi, dans un bordel miteux, pour finalement ne pas profiter de son corps ? Cette question m’empêcha de dormir toute la nuit, bien que le lit...bon sang qu’il était agréable ! Le lendemain, il m’avait simplement ramené à l’auberge espagnole, me lançant une simple phrase: “A demain, Aleksandra.”

***
Ma vie avait prise une nouvelle tournure, une tournure que j’appréciais peu à peu. Monsieur Udinov, alias Loukas maintenant, venait me chercher pratiquement tous les soirs. Et à vrai dire, je passais le plus clair de mon temps chez lui et non au bordel. Une évasion, un soulagement. Je n’avais plus eu d’homme à satisfaire. Léna pensait que je m’occupais de Loukas mais il ne me laissa pas le toucher une seule fois. Un soulagement, bien que j’avais toujours eu l’instinct qui m’affolait. Une anguille sous roche, probablement. Mais...je n’ai jamais réellement compris pourquoi. Avec lui, je devins plus forte, physiquement et mentalement. Il me prenait sous ses ailes, me faisait voir du monde, m’apprenait à réellement me défendre. Et puis un jour, je n’eus même pas le besoin de retourner à l’auberge espagnole. “C’est fini, ça Aleksandra” me fit-il alors que je lui avais demandé quand est-ce que j’allais pouvoir aller voir mes petites protégées. “Tu es à moi, maintenant”. C’était vrai, j’étais entièrement à lui, dévouée et loyale...mais je n’étais certainement pas la propriété de quelqu’un. “Parce que je suis juste ça pour toi ? Un objet?” “Tu sais bien que non” “Alors je suis quoi, hein ? Juste une bâtarde ramassée sur un trottoir ?” “Je sais ce que tu as fait, Aleksandra. Tu es bien plus que ça. Tu es enfin prête” Je restai de marbre. Il savait ce que j’avais fait...? A cet homme ? Je fis mine de ne pas comprendre ce qu’il signifiait: “Prête pour quoi? Parles bon sang!” “Tu le sauras ce soir” Ce qu’il pouvait m’énerver à parler en énigme ainsi. C’était lui tout cracher, et j’avais qu’une envie c’était de savoir pourquoi il m’avait repêché ainsi il y’avait plus d’un an. Il se leva, ouvrit un tiroir et en sorti un objet pour me le tendre. “Tu auras besoin de ça” Je déglutis et saisit le calibre qu’il me donnait. A quoi allait-il servir ? Je n’en avais aucune idée mais quelque chose me disait que j’allais vie le découvrir.
Ce soir là, je tuai mon second homme, par nécessité, par envie. Ça me surprenait mais j’y prenais doucement goût. Loukas m’avait emmené à l’un de ses meetings d’affaires: une histoire d’armes. Ce soir là, tout tourna mal. Et j’avais été là pour le protéger parce qu’il me faisait confiance, plus confiance qu’à ses garde du corps les plus proches. C’était lui même qui m’avait formé, lui même qui m’avait créé...moi, cette machine de guerre. Et ce soir là, je savais que c’était un tournant dans ma vie mais je lui ouvrais les portes à bras ouverts. La nouvelle Aleksandra était née, l’impitoyable, la voleuse, la tigresse, la femme fatale.

****
“Aleks, viens voir” fit Loukas alors que je traversais l’énorme couloir menant à ma chambre. Je me passai une main dans les cheveux comme pour les recoiffer. Cette nuit, j’avais été voir l’un de mes acolytes...que je plumais à chaque fois. Mon charme faisait tout, l'intelligence le reste. C’était simple et facile, de l’amusement rien d’autre. “J’ai du boulot pour toi”. Si Loukas me demandait personnellement de m’impliquer dans un truc, c’est qu’il était désespéré. J’étais devenue sa carte noire, son arme ultime, et nombreux ont étés ses clients qui ont vite compris que quand je frappais à leur porte ce n’était pas pour une simple visite de courtoisie. Il me balança un dossier. Un nom s’affichait: Birkhoff. “Birkhoff Zamok. Ta nouvelle cible” Je commençai à lire son dossier en diagonal: chercheur, informaticien, pirateur, 38 ans, Américain. Apparemment mort depuis deux ans, réapparut il y’a trois jours. “Qu’est ce que tu veux que j’en fasse?” Mes cibles étaient mes objets. J’avais une certaine tactique, j’étais comme une araignée. Je laissais ma proie s’approcher facilement et lorsqu’elle était dans mes filets, elle était incapable de s’en sortir. “Approche le, séduit le, et fais le parler” “Il te doit quoi, celui-là ? Des millions?” “Non. Un programme” “Un programme...? Tu sais que j’ai besoin de plus d’information si tu veux que j’le fasse parler” “Tout ce que tu as besoin de savoir c’est qu’il a crée un programme dans le but de dérouter n’importe quelle bourse d’un pays” Ça pouvait faire du gros ménage si ce programme finissait dans de mauvaise mains, des mauvaises mains aussi sales qu’Udinov. Mais je n’avais pas l’habitude de m'inquiéter de ce genre de chose. “Parfait.” Fis-je en me levant, remettant la robe étroite et m’élançant sur mes talons Gucci. “Bonne nuit” me lança-t-il tandis que je lui souris en guise de réponse. Je n’avais pas dormi de la nuit, et une bonne douche et une nuit de sommeil pour m'atteler à ma nouvelle cible ne pouvait qu’être bénéfique.

« Putain ! Tu vas me le payer, Aleks ! Tu m’entends ! Chaque jour, chaque nuit, je vais hanter tes pensées, et je jure sur la tombe de mon père que tu vas payer pour ce que tu as fait. Je ne saurai rassasier qu’une fois que tu pourriras six pieds sur terre. »

Birkhoff avait été plus difficile à approcher, simplement parce qu’il se planquait. Il n’ouvrait sa vie à personne et y rentrait semblait être un défis colossale. J’avais orchestré tout d’abord une rencontre plus que banale, pour qu’il se sente en confiance, du moins je l’avais espérais. Et hormis quelques excuses platement marmonnées pour m’être rentré dedans, il avait aussitôt disparu. Un mouchard dans sa poche pour le tracer, et le tour était joué. Ne sortant très peu, s’enfermant dans une petite maison reculée des yeux, je n’avais aucune chance pour l’approcher réellement, sans que ça paraisse suspect. Mais j’aimais les défis et je les relevais un à un. Je l’épiais, je savais quel itinéraire il prenait pour aller en ville, à quelle heure il se levait ou se recueillait dans son laboratoire. Il me suffisait maintenant qu’une seconde approche: une panne de voiture près de chez lui. Le tour fonctionna à merveille. Seule, près des bois, la nuit, n’importe quel homme censé aurait invité une belle fille à venir se recueillir chez lui pour la nuit. C’était évident et logique. Ce soir là, je sortis ma carte maîtresse, jeune femme insouciante, innocente et apeurée. Nous parlâmes beaucoup, de tout et de rien, sans pour autant parler de choses sérieuses. Une semaine, puis deux...La confiance vint à s’installer de son côté. Il commençait à présenter ses premiers signes de faiblesse. L’étape du lit et Birkhoff était à moi, entièrement et j’en salivais d’avance. Une nuit suffit à le faire succomber, puis une seconde, et encore une troisième. Pour lui soutirer les bonnes informations j’avais besoin qu’il se donne corps et âme à moi...Seulement, j’étais loin d’imaginer que petit à petit, cet homme allait me rendre aussi accro à lui. Je retrouvais en lui l’innocence de mes petites protégés de l’époque, cette humanité que j’avais perdu il y’a maintenant des années. Et puis un matin, alors que je m’étais levée la première, quelque chose clocha. Mon instinct s’affolait et me disait de courir. Pourtant dehors, tout était calme, peut être beaucoup trop calme justement. Enfilant un jean et un t-shirt, je regardai par la fenêtre, voir si je trouvais des signes. Un mouvement de buisson, un oiseau qui s’envolait...C’était évident. Me précipitant vers mon sac, je sortis mon calibre, puis allant réveiller Birkhoff. “Lèves-toi Birkhoff. Ils sont là”. “Aleks...qu’est...Putain ! Qu’est ce que tu fous?” “Ils sont là pour toi” “Je...” Il s’était levé et s’habillait, puis me contra en sortant lui aussi un flingue “Je savais que tu n’étais pas clean, Aleks” “Je ne suis pas avec eux...” “Pour qui tu travailles ?” “Nous devons partir d’ici rapidement” “POUR QUI TU TRAVAILLES ?” cria-t-il aussitôt. “Udinov. Mais il n’aurait jamais envoyé ses hommes. Ce sont sûrement ces améri...” Des coups de feux ont aussitôt surgit, traversant les vitres. Se baissant pour éviter les balles, je lui criai: “Sortons d’ici!” “Non, pas avec toi !” “Birkhoff ! Laisse moi t’aider, tu vas y laisser ta peau” Un autre assaut, une balle vint s’abattre sur son épaule, le propulsant à terre.“Birkhoff, laisse-moi-t’aider!” Sachant qu’il était fichu sans moi, il se releva et me suivis. Je pris en quelques secondes mon sac, les clefs de la voiture, et on sortit par la porte arrière. Le calibre placé devant moi, je dégommais toutes les cibles qui se trouvaient de moi. Pour sauver ma peau. Pour le sauver, lui. Mon cœur s’haletant à chaque balle qui partait de mon arme. Quelques secondes plus tard, le contact mis, la voiture démarra au quart de tour, et je tentais de filer vers la route de secours. Quelques minutes de répit pas plus avant que des voitures nous prirent en poursuite, des balles continuant à affluer, bousillant les vitres de la voiture. “Où est-il Birkhoff?” Lançais-je tout en faisant gaffe à la route. 190 km/h...220...le compteur ne cessait d’augmenter pour tenter d’échapper à ces agents qui nous poursuivaient. “En sûreté” “Pourquoi ne pas l’avoir détruit?” Je savais qu’Udinov le voulait, c’était les ordres. Mais à ce moment précis, je ne pensais qu’à notre sureté, et au pouvoir qu’il pourrait procurer à Loukas s’il venait à mettre la main dessus. Petit à petit, la mafia russe prendra le contrôle du pays, pourra devenir l’un des gros pays dans le monde, juste en écrasant facilement tout pays qui s’y opposerait. “C’est toute ma vie, Aleks” “Et tu crois que toute ta vie vaut mieux ainsi ? En se cachant comme un rat pour un programme qui pourrait détruire le peu de stabilité que notre monde possédait ?” A m’entendre parler, c’était l’ancienne Aleksandra, celle que je n’avais pas revu depuis tant d’années. Il n’eut même pas eu le temps de répondre qu’une balle vint traverser son siège et se planta dans son abdomen.“Birkhoff !” M’écriais-je, mon regard s’haletant entre la route et lui. Il perdait trop de sang ; la fin était sans doute proche. “Aleks...je....” “Garde tes forces, je fonce vers l'hôpital” “Non...” Il me sortit une clé de sa poche et me la tendit: “Tu le trouveras là....” finit-il dans un dernier murmure avant de laisser la mort s’emparer de lui. Les larmes aux yeux, je continuais à foncer pour m’échapper des voitures qui me coursaient toujours. Je n’avais qu’une seule chose en tête: le détruire. Pas pour moi, pas pour le monde, pour lui. Qu’importe ce que j’adviendrai, qu’importe la fureur d’Udinov, qu’importe les ennemis que je mettrai à dos...cet homme m’avait une nouvelle fois ouvert les yeux. Et je savais maintenant ce qu’il me restait à faire. Faire les bonnes choses.

***
Pratiquement 6 mois s’était écoulé depuis la mort de Birkhoff. Quelques jours plus tard, je mis la main sur ce fameux programme que je détruit aussitôt. Caché avec pas mal d’argent, je le pris pour me payer une nouvelle identité et partir loin de la Russie. Udinov me recherchait activement, je le savais, et si je lui revenais pas, il me traquerait jusqu’à la fin de temps. Seulement, seule, mon échappatoire n’existait pas. La seule solution : le tuer. Mais je n’en avais ni les moyens ni la force. Fuir semblait la bonne solution. Recommencer à zéro, tenter de me retrouver, du moins d’effacer l’Araignée. Ca n’allait pas être chose simple, apprendre à vivre comme tout le monde parce que je n’avais jamais été éduqué pour ça. Mais un nouveau défis ? C’était juste ça, non ? M’envolant pour les Etats-Unis, j’évitais tous les contrôles, la police ou autre qui aurait pu griller ma couverture. J’eus quelques temps d’adaptation. Enfilant plusieurs jobs à la noix. La prostitution totalement exclue, évidement. Et puis finalement, je m’engagea en tant que professeur dans un lycée. Les mois se succédèrent, puis une nouvelle opportunité : Brown. C’était pas mal comme endroit pour débuter une nouvelle vie, non ? En tout cas, c’est ce que je pensais. Et Udinov, même s’il continuait à me traquer, ne viendrait pas me chercher dans une université. C’était le dernier endroit qu’il viendrait vérifier, j’en étais certaine. M’enrôlant comme professeur de littérature – ma première et grande passion – j’ai vite était prise comme la nouvelle prof sexy. En même temps, j’avais gardé certaine attitude de mon passé qui ne laissait pas les étudiants indifférents.
Le silence dans le couloir était tenace. Seul le bruit de mes hauts talons venaient briser ce silence relaxant. La tête haute, je m’avançais avec certitude et fierté dans ce grand amphithéâtre plein à craquer. Le brouhaha vint aussitôt à mes oreilles mais je n’osais pas y faire attention. Mes cliquetis que j’effectuais quand je marchais attira l’attention de plusieurs étudiants, qui se turent aussitôt. Puis, se fût la moitié de la salle et enfin l’intégralité de la salle qui me contemplait les yeux rond. Déposant mon sac à main sur le large bureau qui trônait sur l’estrade, je me retournais enfin vers eux. Surement fasciné par leur professeur en chemisier blanc, légèrement transparent, jupe cintré et courte, haut talons compris, collier de perle et cheveux en cascade que je vins rejeté avec une de mes mains, ils étaient pratiquement tous en admiration. Je n’osa rien ajouter pour le moment, m’asseyant directement sur le bureau, croisant mes jambes dénudées. Mon regard balayant la salle avec conviction, un sourire sournois aux lèvres, j’avais gardé l’attitude de la femme fatale et dur à cuire que j’avais toujours eu l’habitude de véhiculer. C’était moi, et personne allait pouvoir me changer cette aptitude. “Bonjour. Je suis votre nouveau professeur de Littérature, Mademoiselle Petrovitch” Refaire ma vie ici allait être peut être plus simple ou peut être pas ? Mais au fond, j’avais l’intention d’essayer et c’était le plus important.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.


Dernière édition par Aleks O. Petrovitch le Sam 18 Aoû - 19:19, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Yohann L. Boris »


~ Dépot de candidature : 03/05/2012
~ Bavardages : 1077

~ Job : Barman
~ Gps : Chez Dahmer

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 16:15

Je l'attends cette fiche :siffle:
Courage pour la finir !

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

" I shivered in the warmth of their god, Yet this mansion is haunted by romance, His servants heal my scars, Anointing me with oil, I am naked and silk on this eve, His body will cradle his bride's in frailty as I await his kiss mortality ebbs from me. The pendulum sings. Twelve times it rings ... I sleep with the emperor."
Virgin Black
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 16:17

Re Welcome héhé

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 16:21

anne trop bon choix
re-bienvenue et bonne chance pour la suite I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 16:23

Thanks sexy guys
Anne, elle m'a complément bluffer dans Batman I love you

Cette fiche ? Elle va défoncer ! Complètement dark, je préviens :)
Je la commencerai dès que j'aurai réussi à installer Word

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Jazz A. Johanson »


~ Dépot de candidature : 28/04/2012
~ Bavardages : 1427

~ Job : Dormir.
~ Gps : Blackstone Park.


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
88/100  (88/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
78/100  (78/100)
MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 16:24

Re-bienvenue et bon courage pour cette fiche. I love you
Très très bon choix avec Anne.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


    if you would be loved, love and be lovable.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 16:43

Re bienvenue & Bon courage pour la fiche.

Anne *-*
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Debra S. Hopkins »


~ Dépot de candidature : 27/05/2012
~ Bavardages : 845

~ Job : Not Yet
~ Gps : Là où tu ne m`attends pas


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
95/100  (95/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 17:15

Yesss, Anne
Elle est magnifique cette fille

Re-bienvenue, si on peut dire

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


    I Could`ve Been a Princess, you`d be a King. Could have had a castle and wore a ring. But nooo .. You let me go (...)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 17:16

Merci bombas
Magnifique dans le rôle que je lui prépare, même

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Beyonce ass »


~ Dépot de candidature : 27/05/2012
~ Bavardages : 289

~ Job : Caissière

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Mer 15 Aoû - 17:48

Oh mon dieu ce choix Je veux absolument un lien avec mon autre compte ! I love you
Bienvenue parmi nous !

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

I'm beautiful in my way 'cause God makes no mistakes i'm on the right track baby don't hide yourself in regret just love yourself and you're set i'm on the right track baby i was born this way ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Jeu 16 Aoû - 9:20

Ahhaha quand j'ai vu saravigote j'ai directement pensé à toi
Re-bienvenue, super super choix c'est clair
Bonne chance pour cette fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« L. Zola Holden-Nell »


~ Dépot de candidature : 17/04/2010
~ Bavardages : 2453

~ Gps : chez Starbucks


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
11/20  (11/20)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/20  (0/20)
MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Jeu 16 Aoû - 21:22


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


I'm sick of playin hard
«Je crie, je pleure, je me noie, je m'en sors, je recule, je tombe, je m'élève, je cours, je respire, je souffre, je pleure encore. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Ven 17 Aoû - 7:14

Re-Bienvenue, je sais pas si je peux vraiment le dire mais bon

Très bon choix de vava ,j'ai hate de lire la suite de l'histoire
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Edward S. Smith »


~ Dépot de candidature : 28/07/2012
~ Bavardages : 54

~ Job : DÉTECTIVE PRIVÉ - ANCIEN PIANISTE.
~ Gps : SON APPARTEMENT ;


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
100/100  (100/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Ven 17 Aoû - 13:31

Oh la belle Anne :D

Bienvenue à toi ! :)

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Je n’ai pas peur de t’aimer, je peur de te blesser. Une brise. Violente, froide et sec. C’est ce qui correspond le plus à ma respiration. Suivi par le battement dur et trop calme de mon cœur. Jamais d’accélérations, jamais de peur, d’angoisse et de crainte qui ne prend le dessus de ce muscle. Et puis un regard. Vide et effrayant. Regardant au fond de l’être devant moi comme si je pouvais dépecer morceau par morceau chacun de ses faiblesses. Je suis un monstre, je ne peux pas changer. Même pour toi, même si j’en ai envie. Même si le monde entier est contre moi. La seule que je peut faire c'est regarder cet être en moi prendre le dessus et vous mordre, un par un.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Ven 17 Aoû - 17:47

Merci à vous
oui, c'est un Re-Bienvenue, j'ai juste changé de sexe

Beyonce ~
Avec plaisiiiir Jaime
Reyne ~ En même temps, qui d'autre pourrait être appeler Saravigote Reyne ? Ca me va si bien
Zola ~ Tu me fais des avances ?
Robbyn ~ La suite risque d'être vraiment excellente

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Ven 17 Aoû - 17:55

ANNEEEEEEEEEEEE I love you
re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Sam 18 Aoû - 19:25

HAAAN, merci handsome

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Jaime Odair »


~ Dépot de candidature : 17/04/2012
~ Bavardages : 852



ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
100/100  (100/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
80/100  (80/100)
MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   Sam 18 Aoû - 20:39

Citation :
Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre candidature au sein d'un poste pour Brown a été accepté. Vous êtes donc maintenant une personne importante au sein de cette université prestigieuse et nous espérons que nous ne serons pas déçu de vous. Suspect Il ne faut pas oublier que vous représenterez nos idées a travers votre image, et donc il sera important de faire la part des choses. Vous êtes ici pour enseigner, accompagner les étudiants qui se bousculent dans nos couloirs chaque année et faire en sorte que lorsque qu'ils quittent notre université ils puissent mettre a profit tout ce que nous leur avons appris.

Désormais vous pouvez aller faire toutes les demandes qui vous seront nécessaires afin de faire de Brown une belle expérience pour vous, tout comme pour nous. Si vous êtes un peu perdu dans les paperasse n'hésitez pas à consulter le guide des paumés au besoin ainsi que le le plan de la ville pour ne pas chercher votre chemin. Il ne faut pas non plus oublier votre réseau de contacts en vous créant un story book et aussi en créant votre compte sur ask.me. Même si vous êtes dans l'équipe administrative,vous faites aussi partie des systèmes des points, (plus de détails). N'oubliez pas de remplir votre champ profil par la suite.

Nous vous souhaitons une bonne année et intégration parmi nous.

J'ai adoré ton histoire soit dit en passant I love you Un admin se chargera de te mettre dans ton groupe !

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

✚ he has no idea the effect he can have✚
all this feels strange and untrue
And I won't waste a minute without you
My bones ache, my skin feels cold
And I'm getting so tired and so old
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: ALEKS — push it baby, out of control.   

Revenir en haut Aller en bas
 

ALEKS — push it baby, out of control.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox
» P... de baby-boomers 68tards...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: Entretien avec le doyen :: Dossiers Acceptés-