LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 Away from all the fears // Robyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Aleks O. Petrovitch »


~ Dépot de candidature : 15/08/2012
~ Bavardages : 123

~ Job : Professeur de Littérature

MessageSujet: Away from all the fears // Robyn   Dim 2 Sep - 18:19


Cause I need freedom now
And I need to know how to live my life as it's meant to be and I will hold on hope and I won't let you choke on the noose around your neck. And I'll find strength in pain, and I will change my ways, I'll know my name as it's called again


Avoir une vie normale, c’était plus que bizarre. C’était comme apprendre à marcher pour moi, apprendre à parler normalement, à se tenir normalement. J’avais longtemps été éduqué pour être quelqu’un d’extraordinaire, quelqu’un d’unique. Comment devenir comme tous les autres ? Devenir transparent ? C’était encore un mystère pour moi. Là-bas, j’avais pensé que cette tâche serait beaucoup plus facile que toutes celles que j’avais du accomplir jusqu’ici – tuer un homme y compris – je m’étais finalement bien tromper. C’était probablement le plus grand défis de ma vie, le gros challenge, la montagne à grimper pour tout faire basculer. Et au fond de moi, ne pas encore réussir cette étape me frustrait beaucoup. Je devenais vite exécrable, envoyant sur les roses le premier qui me faisait chier. J’étais comme ça, une grande gueule. Mais une grande gueule avec de la classe et du charisme. Et ça faisait surement toute la différence.

Quelques livres dans les bras, j’arpentais les couloirs de la prestigieuse école avec élégance et assurance. Mon passage suscitait parfois certaines réactions masculines plus qu’appréciable chez les étudiants de l’école, mais pour moi c’était des banalités. La plupart des hommes me reluquait ; Certains discrètement, certains ouvertement, et dans tous les cas j’arrivais à les prendre en flagrant délit. Ca m’amusait, c’était divertissant, quoi qu’à la fin, c’était à la limite lassant. « Mademoiselle Petrovic ! » fit une voix derrière moi. Je ne ralentis pourtant pas ma cadence, faisant la sourde. Sadique ? Oui. Finalement, un étudiant vint à mon niveau, presque essoufflé. « Bonjour mademoiselle » « A qui ai-je l’honneur ? » lançais-je totalement désintéressé. La froideur c’était mon truc. Ne pas laisser paraitre mes sentiments, ce que je pouvais penser. Ca c’était être quelqu’un de fort, et j’avais vraiment envie que mes élèves aient cette impression me concernant. « Je suis Eliott Baxter, j’ai été en littérature depuis deux ans avant d’être exclu de ce cours…Mais j’aimerai bien m’y réinscrire » Je sentis son regard se poser sur mon décolleté. Je souris légèrement, en osant le regarder cette fois dans les yeux : « Et quels sont vos motivations ? » « Je…hum… » Il semblait déconcerté : « Et bien, j’aime la littérature » Je fis mine de ne pas être touché par ce manque d’élégance et de tact et je finis par ajouter : « Passez me voir à la fin de mon prochain cours, on en rediscutera » L’avoir dans mon cours ? Pourquoi pas…il était plutôt mignon ? C’était illégal ? Certes. Mais vivre dangereusement, c’était bon. Contournant un couloir, je commençais à avancer quand je vis une silhouette plus que familière. Mon visage se décomposa presque. J’avais réussi à le fuir depuis plusieurs jours maintenant, et le voilà qu’il était à quelques mètres de moi. Et merde ! Tournant sur mes talons rapidement, je revins sur mes pas, en espérant qu’il ne m’avait pas vu. Je n’avais pas envie de me batailler avec lui, pas envie de m’expliquer. Et s’il demandait des réponses, il n’en aura pas. Ca vaudrait mieux pour lui, pour sa propre vie.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



▬ One, two, three, four,
Let me hear you scream if you want some more

Like uhh, push it, push it, watch me work it, I'm perfect. So hot, we just wreckin' the party. Autographin' everybody, body parts with a sharpie, Can't stop me baby got an army, Be all that you can be baby, call me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Away from all the fears // Robyn   Sam 22 Sep - 13:44


Chacun menait son petit bout de vie, certaines étant plus courtes que d’autres, celles-ci étant généralement plus dangereuses. La vie de Robyn aujourd’hui était banale, pas ennuyante, mais simplement banale. Tous les jours il donnait des cours à des étudiants qui ne pensaient qu’à boire, s’amuser et à avoir toujours plus de conquêtes. Puis il rentrait chez lui siroter une bière dans son vieux canapé de cuir, devant la télé. Oh parfois il sortait, certains de ses étudiants l’obligeant un peu à se décoincer, mais attention, pas tous les soirs ! La routine c’était finalement presque installée, il aura fallu plusieurs semaines au jeune homme pour s’habituer à sa nouvelle vie, et tout ce qui va avec, car passer de sa petite France natale à ce gigantesque pays et ses modes de vie n’avait pas été de tout repos. Son nouveau rythme de vie n’était pas déplaisant. Avant, enfin je veux dire, depuis son adolescence, Robyn était le genre de garçon toujours seul à écouter sa musique ou écrire, pas vraiment le genre d’homme à avoir un tas d’amis, à sortir, mais on peut dire qu’il se rattrapait aujourd’hui. Professeur depuis peu, c'est-à-dire qu’il a encore l’âge de certains étudiants, il se retrouve alors proche de certains d’entre eux, ayant plus que des connaissances dans son répertoire. C’était une sorte de libération de ne plus se sentir seul, de savoir que quelqu’un vous apprécie, qu’on peut compter sur lui.

Le sourire aux lèvres, il venait de sortir de la cafétéria des professeurs, s’étant fait embarqué par une de ses collègues. Lorsqu’il se trouvait dans la même pièce que ses pseudo amis du boulot, il se rendu alors compte qu’au final, il était bien plus proche des étudiants, de ses élèves ou amis, que d’eux, en trouvant même certains… comment dire… un peu vieux jeu. Et il ne lui en avait pas fallu plus pour afficher un large sourire sur son visage, sourire qui avait le don d’être contagieux et qui illuminait rapidement le comportement des personnes autour de lui. Il était jeune, il n’était qu’au début de sa vie. Certes il avait perdu la femme qu’il pensait être la bonne mais après tout… c’était la seule qu’il avait connu, et son ancien boulot n’arrivait pas à la cheville de celui-ci. Pour l’instant, il voyait tout du côté positif ce qui est très rare pour le jeune professeur, d’habitude très pessimiste. L’homme ignorait combien de temps cet état euphorique allait durer, cependant, il allait tout faire pour en profiter.

Il était donc sorti de la salle des professeurs, marchant d’un pas lent dans le couloir, distribuant quelques bonjours aux élèves qui lui adressaient la parole. Après quelques pas, il remarqua une de ses connaissances, cependant, après que leurs regards se croisèrent, sa chevelure brune bascula, elle lui avait tourné les talons. Plissant les yeux et soufflant longuement, il en avait marre que cette femme l’évite, oui il avait appris des choses sur elle, et alors, cela ne changeait rien. Il se mordilla quelque peu la lèvre inférieur, réfléchissant, il n’allait évidemment pas lui courir après, c’était bien sûr trop cliché, il opta alors pour une autre technique, la technique du raccourcis. Robyn longea alors un couloir et passa à travers quelques salles de classe pour venir se planter devant la jeune femme quelques minutes après, celle-ci le heurtant presque à force de marcher tête baissée, histoire, sûrement, de ne pas se faire voir. « Aleks…. Comment va aujourd’hui ? » Il croisa les bras devant elle, il avait compris son petit jeu et ne comptait pas se laisser faire.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Away from all the fears // Robyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Hasard] He who fears death dies every time he thinks of it - Catalina & Zoé (J6)
» chaleur humaine (robyn)
» Loterie thématique {Elena, Seth, Dean, Crystal, Robyn }
» Prélude saison 2 ♣ Irina, Candice &. Robyn
» Robyn Théodore Moody ▬ Joseph Gordon Levitt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: University Hall :: Couloirs et casiers-