LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

  « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Sam 29 Sep - 22:23



« You're the only love i've ever known, but I hate you, I really hate you, so much, I think it must be… True love. Nothing else can break my heart like true love, no one else can break my heart like you. True love, it must be true love. »


« Et vous comprenez Monsieur, c’est pour cela qu’on a besoin de plus… de surveillants ! » Robyn, totalement avachit sur son bureau leva la tête vers les élèves qui le fixait depuis environs quinze bonnes minutes. Avalant sa salive avec difficulté, il n’avait qu’une envie, rentrer chez lui pour s’endormir sous l’eau brûlante de sa douche, pourtant, il était toujours là, à son bureau de professeur à faire on ne sait quoi, alors que la journée était belle et bien finie pour lui depuis justement ses bonnes quinzaines de minutes. « Alors Monsieur, vous en dîtes quoi ? » Problème… Le jeune professeur n’avait rien écouté, et les boutonneux qui se trouvaient devant lui le chaperonnaient du regard, manque de peau filer en douce est une idée qui tombe à l’eau. Se redressant sur sa chaise, s’étirant longuement, et cherchant surtout une solution, son regard arpentant la salle de classe vide, Robyn lâcha un « Oui » fatal, un oui qu’il allait longuement regretter. Les visages de ses élèves s’illuminèrent en une fraction de seconde, mais ils restèrent tout de même hésitants. « Vous êtes sûr Monsieur Collins, c’est un vrai oui hein ? Non parce qu’on a déjà eu des dési… » Le jeune professeur les coupa dans leurs élan « Oui oui c’est bon, allez maintenant du balai s’il vous plait, j’ai qu’une hâte c’est de rentrer et passer ma soirée dans mon canapé devant un film en noir et blanc à boire une bonne bière. » Les élèves parurent surpris mais il ne chercha pas à savoir pourquoi, il se contenta de simplement les virer d’un geste de la main, passant son autre sur son visage fatigué. Enfin il était libre… du moins pas pour longtemps.

La journée était enfin terminée, et il ne lui avait pas fallu bien longtemps pour qu’il rentre chez lui, pour enfin prendre sa douche tant attendue et pour s’affaler dans son si vieux mais pourtant si bon canapé de cuir. Une fois confortablement installé dans celui-ci, une bière à la main comme il l’avait précisé à ses élèves, et surtout devant un bon film, il se prit à s’assoupir quelques instants. Il faut dire que Robyn avait acquis un nouveau rythme de vie, la fatigue se faisait lourde ces temps-ci, et les nuits de plus en plus courtes. Professeur sage, il se prenait à aller aux fêtes étudiantes, poussé à boire avec les étudiants par quelques connaissances qu’il s’était faites. Le jeune homme rattrapait en quelque sorte le temps perdu, la jeunesse fêtarde qu’il n’avait pas vraiment eu, grandissant un peu trop vite, et voulant absolument faire les choses des grandes personnes. Tout cela pour dire qu’il attendait avec impatience le vendredi soir, moment où il pouvait enfin sombrer dans ses draps pour un marathon du sommeil. Réfléchissant à tout cela, résistant un peu aux bras de Morphée, il fronça alors les sourcils trouvant se soudain calme étrange. Un vendredi soir, il n’avait rien de prévu, il ne sortait pas ? C’était… bizarre. Ouvrant les yeux il posa alors sa bière avec un air ravis, il était enfin tranquille, il ne devait pas faire acte de présence à telle ou telle fête, il n’avait pas de cours particulier à donner, rien ! Enfin c’était ce qu’il avait pu croire pendant une courte poignée de minutes. Son portable se mit à vibrer, un élève à lui avec qui il s’était lié d’amitié, il décrocha rapidement et quelques minutes après, après une brève discussion, il se décomposa, la raison ? La promesse qu’il avait fait à ses élèves mordus d’histoire et de science-fiction tout à l’heure… Surveiller le Bal…

Il fallut à Robyn environs une demi-heure pour trouver l’entrain de se lever, de réaliser la connerie qu’il avait faite, de trouver la force de s’habiller et de retourner à l’Université pour surveiller une bande de jeunes personnes ne pensant qu’à boire, rire, et … plus et infinités. Bien sûr la tenue de rigueur était demandée, c’est avec un large sourire –ou pas– qu’il sortit alors son beau costume noir, de sa magnifique veste de garçon de café parfaitement taillée accompagné de sa belle chemise blanche. Après s’être convenablement préparé, bien que l’envie n’y était pas, il ne lui restait plus qu’une chose, y aller et rester planté là à faire semblant de s’intéresser à la fête. Et c’est exactement dans ce contexte qu’on le retrouva une demi-heure plus tard. Il était là, adossé contre son mur à regarder les couples danser, d’autres boire et rire. Le temps passa et son envie de rester aussi, enfin s’il en a eu une un jour. Regardant autour de lui, il ne constata rien d’alarmant, et les autres surveillant étaient à l’affût, il décida alors de s’éclipser en tournant les talons.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »


Dernière édition par Robyn A. Collins le Mer 17 Oct - 15:44, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Dim 30 Sep - 14:13


Jeux d’enfants, Sophie. « Le problème, c’est que même si tu m’disais « je t’adore » j’te croirais pas ! Je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. J’suis perdue... Attends deux secondes, j’ai pas fini... Dis-moi qu’tu m’aimes... Dis-moi juste que tu m’aimes. Parce que moi j’oserai jamais te l’dire la première, j’aurais trop peur que tu crois qu’c’est un jeu...»

Riley était allongée dans son lit, le visage posé dans le creux de la paume de sa main. Elle songeait tout simplement à la perspective de profiter de cette maison vide en cette soirée de fête. Tout le monde ne parlait que cela depuis un mois, et aucunes de ses sœurs ne manquaient de mentionner l'arrivé désormais imminente de ce bal de promo. Riley les écoutait sans grande conviction, elle n'avait même pas pris la peine d'acheter quoi que ce soit pour cette soirée puisqu'elle n'avait nullement l'envie de s'y rendre. Ce qu'elle voulait plus que tout à cet instant c'était un moment de solitude. Il ne fallait pas comprendre dans cette envie une forme de dépression ou de tristesse pesante, ce n'était pas du tout le cas. Mais voyez-vous la belle blonde était une jeune femme solitaire mais étant au cœur de la sororité , elle se devait d'y consacrer tout son temps libre pour celle ci ne s’effondre pas. Elle était la présidente et donc un élément important de cette communauté, tout passait par elle et donc si quoi que ce soit se déroulait d'une façon catastrophique c'était à elle d'en assumer toutes les conséquences. De quoi stresser la jeune femme qui avait déjà beaucoup de choses à gérer dans sa vie d'étudiante. L'an passé elle avait même faillit rater son année à cause du poids de cette responsabilité mais cela bien sur elle n'en parlait à personne. Elle n'aimait pas étaler sa vie, elle préférait laisser ça aux autres. Chacun son truc comme elle le disait si bien. Poussant un soupir,elle entendit l'agitation qui régnait dans le couloir. Curieuse par nature elle se serait bien levée pour y jeter un coup d’œil, cependant elle hésitait à prendre ce risque. Elle savait très bien que ses sœurs souhaitaient partager ce moment avec elle, mais Riley n'était pas très emballée à cette idée. Elle n'eut pas le temps de prendre sa décision que la porte de sa chambre fut ouverte brusquement. « Ah bah je vous avez bien dit qu'elle était là.» La belle brune prénommé Eva s'approcha d'elle avec un grand sourire aux lèvres puis elle se mit à défiler devant elle. « Tu trouves pas qu'on dirait que j'ai grossie ? Non mais regarde moi ce ventre ! » Riley se mit à la regarder en gardant tout son sérieux. « Tu penses être enceinte ? » Cette dernière paniqua tout à coup avant de comprendre que la belle blonde rigolait. Elle attrapa un coussin avant de le lancer en direction de la tête de Riley. « Non mais toi et ton humour pourri, je te jure . » Elle souria à son amie qui quitta la pièce en afficha une mine boudeuse. « C'est pour ça que tu m'aimes. » Eva sortit de la chambre à ce même moment tout en continuant à s'adresser à Riley. « Je ne crois pas non. »

La belle blonde avait finie par céder, elle avait donc enfilé une robe qui trainait dans son armoire. Et non contrairement à la plupart des étudiantes de Brown Riley n'avait même pas pris la peine d'investir dans une nouvelle tenue. Elle s'y rendit donc avec une robe blanche tout simple, dans le style de la belle Marilyn Monroe. Tout un symbole. S'installant donc avec ses amies, la belle prit une verre d'une boisson simplement sucrée. Elle ne comptait pas s'attarder dans un tel endroit,mais étant présidente elle se devait tout de même d'y faire une apparition. Elle salua les têtes connues et inconnues qui vinrent lui parler ou juste l'aborder une fraction de seconde. Alors qu'elle était sur le point de partir, elle remarqua une personne qui avait apparemment la même idée qu'elle. Riley s'approcha de ce jeune homme qu'elle connaissait désormais depuis de longues années. Posant sa main sur son épaule, elle l'arrêta dans son élan. « Vous voulez bien m'accorder cette danse ? » dit-elle en lui faisant désormais face. La jolie iota afficha un magnifique sourire, elle était très heureuse de le croiser. L'université était si grande que cela n'arrivait que très rarement, si bien qu'elle profita de cet instant pour venir lui parler. Robyn, elle l'avait rencontré pour la première fois lorsqu'elle avait 8 ans. C'était pendant ses vacances à Paris chez l'une de ses tantes, il était le voisin de cette dernière et il passait tout son temps avec le frère de Riley. Il l'avait connu quand elle était encore un garçon manqué et que pour rien au monde elle n'aurait pris la peine de porter une robe ou toutes futilités semblables. Elle avait bien grandie depuis, et il en était de même de son côté. Alors qu'elle devenait une femme lui de son côté devenait un époux. Elle n'aurait jamais pensé qu'un jour il épouserait quelqu'un, ou qu'elle finirait pas le croiser dans cette université. « Quoi que je ne sais pas si tu prendrais ce risque, sait-on jamais il se pourrait que tu tombes sous mon charme. » Dit-elle d'un air taquin. « Et loin de moi cette idée de briser un mariage. » Elle aimait bien plaisanter avec lui, elle avait toujours agit de la sorte . Lorsque qu'ils étaient enfants, ils passaient leurs temps à se chercher et depuis ça n'avait pas changé.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 5 Oct - 14:44



« On n'apprend pas l'amour. Il existe. On n'apprend pas davantage l'amitié. »


Les bals, les fêtes d’intégration, ou encore de fin d’année, ce n’a jamais été le truc de Robyn. D’ailleurs, son bal de fin d’année, lorsqu’il était encore étudiant, ce qui ne date pas de vieux, il n’y avait pas foutu les pieds. Pourquoi ? Le sort peut être, le destin dirait-il, sans vraiment savoir pourquoi, se demandant simplement si ce n’est pas pour éviter de se ridiculiser. Le jeune professeur n’est pas un homme qui adore se montrer, assister à des soirées mondaines bourrées de monde ou encore… danser devant tout le monde. Oh ce n’est pas qu’il n’aime pas la danse, au contraire, il trouve cela magnifique, gracieux et audacieux… mais chez les autres. Il ne sait pas danser, ne sait pas mettre un pied devant l’autre, s’emmêle les pinceaux et fini par tomber sur sa partenaire. Discothèques, ou même bals sont rayés à jamais de sa vie. A vrai dire, il a menti, il est bel et bien allé à son bal de fin d’année, seulement il n’y a pas assisté, et pourquoi ? Certainement à cause des angoisses qu’il éprouvait, et peut être aussi car lorsqu’il est arrivé, il a trouvé sa petite amie, son ex-femme, l'ex-femme de sa vie, entrain de danser tout sourire dans les bras de son ex, vous savez, ce genre de type aux cheveux gominés, aux kilos de muscles, toujours bien sapé. Appuyer contre son mur si joliment décoré, Robyn repensa à cette scène, son regard se perdant sur un couple entrain de danser. Il se revoyait avec quelques années de moins dans son costume, avec cette stupide fleur dans la poche de sa veste, la fleur que tout gentleman devrait offrir à sa cavalière. Il se revoyait franchir la porte, presque aveuglé par les tonnes de projecteurs qui illuminaient la pièce de toutes les couleurs, choutant dans des ballons qui étaient probablement tombés du ciel. Un large sourire venu alors se dessiner sur son visage pendant qu’il faisait quelques pas en direction du centre de la salle, évitant des personnes ne se souciant pas vraiment de sa présence. Puis il se stoppa net devant la scène qui aurait dû lui briser le cœur, autant que briser son couple. Et il resta là quelques secondes, à fixer ce qu’on pourrait appeler un couple parfaitement amoureux, avant de perdre son sourire et détourner les talons, sans dire un mot, et sans jamais reparler de cette soirée. Il n’a jamais su ce qu’il s’était passé durant le bal et ne voulait pas le savoir. Amoureux, il était passé au-dessus de tout ça et cette histoire ne l’avait pas empêché de se marier avec la demoiselle quelques temps plus tard. Fixant encore le couple de jeunes dansant dans le gymnase, tout sourire, il reprit quelques peu ses esprits en se demandant pourquoi il n’avait pas tout arrêter ce soir-là, pourquoi il n’avait pas mis un terme à ce couple qui n'avait pas d’avenir. Et c’est en avalant difficilement sa salive qu’il se demanda où est-ce qu’il serait aujourd’hui, et avec qui s’il n’avait pas été aussi stupide, aussi amoureux…

Son visage se raidit, tout autant que son corps, décidément, les bals n’étaient rien de plus qu’un endroit parfait pour les élèves populaires ou en couple recherchant un peu de romantisme, alors que pour lui, ce n’était qu’un endroit faisant remonter des mauvais souvenirs destinés à le torturer à propos des mauvais choix qu’il avait pu faire. Soufflant longuement, et baissant quelque peu la tête pour ne pas avoir l’air d’un voyeur auprès du couple de jeunes, il décroisa alors ses bras et se releva, remettant quelques peu ses fringues en place, près à partir, rentrer chez lui et enfin avoir la soirée qu’il désirait, peut-être à déprimer, tout seul à se reposer en tout cas. Tournant les talons vers la sortie, il sentit une main sur son épaule ce qui l’arrêta immédiatement, d’autant plus qui reconnut la voix qui s’adressait à lui. « Vous voulez bien m'accorder cette danse ? » Il fit alors volteface et plongea son regard dans celui de son interlocutrice. Après quelques courtes secondes il eut le souffle coupé et il eut du mal à se ressaisir. « Riley tu est… sublime. » Lâcha-t-il presque troublé. Secouant discrètement la tête pour se remettre les idées en place, il afficha alors son plus beau sourire au creux de son visage tout en écoutant son interlocutrice « Quoi que je ne sais pas si tu prendrais ce risque, sait-on jamais il se pourrait que tu tombes sous mon charme. Et loin de moi cette idée de briser un mariage. » Robyn eut alors un rire presque forcé, du moins largement embêté et gêné. Il marqua un temps d’hésitation, qu’allait-il bien pouvoir lui dire à propos de son échec ? « Et bien… tu sais très bien que je ne sais pas danser…alors euh... » Même à son mariage, danser avait été un exploit à son égard, surtout lors de la première danse, seul devant tout le monde. Malheureusement, Riley voulait apparemment sa danse, et il n’eut pas le temps de broncher qu’elle l’attira vers la piste, l’obligeant à se rapprocher d’elle pour danser. Regardant autour de lui, encore plus angoissé que d’habitude, notamment à cause de son statut de professeur, il se mit à nouveau à regarder Riley qui le questionnait du regard. Il souffla un bon coup et se lança. « Je suis… divorcé. » Il marqua un temps de pause, il savait qu’il devait continuer, que son interlocutrice n’allait pas le lâcher. « Elle… m’a trompé. Fin de l’histoire » Fit-il en regardant ailleurs, cette histoire le gênait et il avait déjà dû en parler à Sara, ce qui n’avait pas été une chose facile… Raclant sa gorge, regardant ses pieds pour ne pas marcher sur ceux de Riley, il enchaîna sur un autre sujet de conversation « Et toi sinon, tu n’as pas de cavalier pour ce soir ? »


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »


Dernière édition par Robyn A. Collins le Ven 5 Oct - 18:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 5 Oct - 17:27

« Riley tu es… sublime. » Elle fut contente de sa réaction mais surprise aussi si bien qu'elle ne sut quoi répondre sur le coup. Il faut dire que durant de nombreuses années, la belle blonde était follement amoureuse de ce dernier. Cependant il ne la regardait que comme une enfant, il la considérait comme une petite sœur et il fallait dire que cela avait fini par énerver Riley. Finalement elle avait finie par comprendre qu'il ne la verrait jamais autrement et puis avec le temps elle passa ses vacances ailleurs que dans la maison de sa tante. Seul son frère avait gardé contact avec Robyn et c'était par le biais de celui ci qu'elle avait assisté au mariage de ce dernier. « Et bien… tu sais très bien que je ne sais pas danser…alors euh... » Il est vrai que le jeune homme n'était pas connu pour ses talents de danseur. Elle se souvenait parfaitement de la seule fois ou elle avait dansé avec lui, et c'était au mariage de Robyn. Elle avait fini par abandonner lorsqu'il lui avait marché sur le pied qu'elle du s'assoir pour s'en remettre. Mais la belle blonde espérait qu'il avait tout même progressé dans ce domaine et si ce n'était pas le cas, elle ne prendrait pas la peine d'insister. Mais de son côté Riley appréciait désormais énormément danser, elle prenait un grand plaisir à cela. C'était tout simplement naturelle, elle ne réfléchissait pas à ses gestes.« Mais c'est tellement gentil de faire cet effort pour moi.» Posant ses mains sur ses épaules, elle se laissait au grès de la musique. Elle connaissait bien cette mélodie, c'était une chanson que son père écoutait sans cesse lorsqu'il réparait sa voiture. Elle se souvient d'ailleurs que pendant une semaine entière il la chantonnait sans réellement s'en rendre compte. Un petit sourire se dessina alors sur son visage à la suite de cette pensée.« Je suis… divorcé. » Oh ... Que pouvait-elle répondre à cela ? Elle savait qu'il était fou d'elle et il devait être anéantit ... Dans son regard on le voyait encore, mais après tout c'était tout à fait normal. Elle ne sut pas quoi répondre sur le moment , après tout que devait-on dire après cela ? C'était quelque chose de si triste au fond ... La vie pouvait être parfois si cruelle. « Elle… m’a trompé. Fin de l’histoire » Elle n'eut même pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'il prit la parole de nouveau. Elle compris alors qu'il ne voulait pas insister sur son mariage si bien qu'elle ne prit pas la peine de le faire. Il avait encore besoin de temps et c'était quelque chose de totalement compréhensible. « Je suis désolé pour tout, tu trouveras quelqu'un je n'en doute pas une minute. » Il était un homme bien, et elle savait qu'il rendrait n'importe quelle femme très heureuse. Cependant il avait du faire face à une lourde trahison et cela allait encore lui prendre du temps avant qu'il refasse confiance à qui que ce soit.Elle avait déjà vécue cela il y'a très longtemps si bien qu'elle comprenait ce qu'il devait ressentir encore à cet instant. Elle aurait bien voulue l'aider un peu plus mais elle savait que seul le temps pouvait réparer de telles blessures. Il devait donc attendre, attendre que ses souvenirs d'elle soit remplacé par d'autres. « Et toi sinon, tu n’as pas de cavalier pour ce soir ? » La dernière relation de Riley remontait à Jake. Ils étaient meilleurs amis mais ils avaient finis par se donner une chance en tant que couple. Mais voilà la fin d'année arrivé on lui avait proposé un poste pour une durée d'un an en Chine. C'était tout simplement une occasion a saisir si bien que Riley n'avait pas pu se montrer égoïste en le suppliant de rester. Cette offre était une porte d'entrée dans le monde du travail, et elle ne voulait pas qu'il regrette plus tard de ne pas avoir saisi cette chance à cause d'elle. Ils s'étaient donc séparés, laissant derrière eux le fantôme d'une belle histoire. La belle blonde ne l'admettait pas mais pourtant elle avait énormément souffert de cette séparation. Elle avait perdu son meilleur ami en même temps qu'elle avait du dire adieu à son petit ami. Bien sur qu'ils avaient gardés contacts mais au fils de ses conversations elle l'avait vu évoluer et s'éloigner petit à petit d'elle. Leurs coups de téléphone furent de plus en plus rare pour finalement devenir simplement occasionnel. Elle avait fini par s'y faire et donc de ne plus lutter contre l'inévitable. Elle avait donc préféré se concentrer sur son rôle de présidente ainsi que ses études et de mettre en parenthèse ses relations sentimentales. Elle n'avait pas le luxe de pouvoir y penser de toute manière, donc la jolie blonde ne voulait pas s'encombrer l'esprit une fois de plus. « Non, je suis venue avec mes sœurs. Elles m'ont un peu forcées la main mais finalement j'ai bien fait de venir. » Répondit-elle en souriant. Certaines personnes avaient besoins d'un compagnon pour se sentir bien mais ce n'était pas le cas de la jolie blonde. Elle ne se souciait guère de ce qu'on pouvait penser de sa présence ici , elle qui était venue seule simplement accompagné de se confrérie. Et le fait qu'elle dansait avec un des professeurs de Providence ne ferait surement pas bon effet sur la réputation des Iotas, cependant beaucoup savait que Riley ne correspondait pas totalement à la description de cette confrérie. Dans ses relations elle était beaucoup plus romantique que la plupart des étudiants de cette ville. Elle ne se reconnaissait pas dans certaines de ses sœurs mais elle les aimaient pour la personne qu'elles étaient malgré tout derrière ce masque. Continuant de danser au rythme d'une valse, elle plongea son regard dans celui de Robyn qui le détourna aussitôt du sien. « Et depuis ton divorce tu as de nouveau quelqu'un ? » La jeune étudiante se doutait bien que cela ne la regardait pas, cependant lorsqu'il s'agissait de Robyn elle restait tout de même une grande curieuse. Elle n'avait pas voulue insister sur son divorce, il avait déjà si mauvaise mine ... Elle ne voulait pas en rajouter une fois de plus. Il avait beaucoup souffert et apparemment c'était encore le cas aujourd'hui. C'est alors que la musique sur laquelle ils dansaient pris fin, Riley s'éloigna alors de lui tout en attendant de voir ce qu'il allait dire ou faire.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 5 Oct - 18:34



« Au premier mariage, on cherche la perfection, au second on cherche la vérité, le divorce est un dépucelage mental. »


Le mariage n’avait pas vraiment réussi à notre ami Robyn, le divorce non plus… Oh et son histoire avec cette fille, la seule fille qu’il a connu d’ailleurs. Quand on regarde d’un peu plus près, le jeune professeur n’a pas vraiment été aidé dans sa vie sentimentale. On peut dire que Cupidon à jouer son con avec lui, s’amusant à le faire souffrir. Le pire moment pour Robyn a peut-être été de rentrer tout heureux de son travail, annonçant que sa journée pas si passionnante que ça s’était bien passée, mais forte-heureusement, sa tendre épouse allait pimenter cette journée, en couchant avec son ex-petit ami du lycée, dans le lit des jeunes mariés. Imaginez la tête du jeune Collins lorsqu’il tomba nez à nez avec eux. L’homme resta figé, il ne serait vous dire aujourd’hui si cela l’avait surpris ou s’il s’y attendait quelque part, car oui il savait qu’un jour ou l’autre cette scène allait se passer, bon bien sûr il n’imaginait pas qu’elle allait se dérouler sous ses yeux m’enfin… on ne peut pas gagner à tous les coups. Robyn ne l’avouera jamais mais à cet instant il s’est surtout pris un énorme coup en plein son égo, et il c’était traité de mec stupide, encore et encore, ne bronchant toujours pas d’un poil, enfin en même temps, qu’aurait-il pu faire face à la masse qui se trouvait en petite tenue dans son lit, l’université avait beau être finie, il restait tout de même… la quater back, la grosse brute qui défonçait tout sur son passage, et lui en pauvre maigrichon qu’il était-il n’avait aucune chances. Alors il s’était contenté de faire ses valises, écoutant de la musique pendant que sa femme essayait de se justifier, elle devait probablement lui dire qu’elle l’aimait, qu’elle ne savait pas ce qu’il lui avait pris, que ce n’était pas ce qu’il croyait, pendant que l’autre sans cervelle devait l’incendier et le traiter de tous les noms, mais Robyn s’en foutait, et une fois ses bagages faits, il claqua la porte sans se retourner. Il n’a plus vu sa femme ensuite, sauf pour signer les papiers du divorce, chose qu’il fit sans dire un mot alors que son ex-femme, grande comédienne qu’elle était, avait tout de même lâché une larme.

Mais c’était de l’histoire ancienne désormais, même si surmonter son divorce avait été quelque chose de très dure, il ne s’était pas laissé abattre, enfin pas jusqu’au bout. Car oui quelques temps après, exclus de chez lui il squouatta son bureau de professeur emplit de cadavres de bières. Lui qui prenait soin de lui oubliait même de se raser, et je vous raconte pas le reste… Bref cette pseudo dépression lui couta son emplois, enfin… en quelque sorte, puisque si cette élève n’avait pas essayée de l’aguicher pendant qu’il était faible dirons-nous, il n’aurait pas perdu son job. Mais il n’avait rien fait, c’était l’essentiel, il n’était pas en tort, et le bon côté des choses est qu’il était désormais ici, dans une nouvelle Université, loin des soucis du passé, bien heureux de cette toute nouvelle vie qui le fatiguait un peu n’ayant pas encore tout à fait l’habitude. C’est pour cela qu’il avait souhaité se retirer de cette petite sauterie étudiante, pour enfin profiter du peu de temps qu’il pouvait avoir en tête à tête avec son canapé, sa bière et sa télé. Mais le destin en décida autrement car une jolie fille l’interpella, et sa pour être jolie, elle l’était, ce qui coupa le souffle de notre jeune homme. La demoiselle entama la conversation puis proposa une danse, grimaçant quelque peu à cause de l’étape où il allait devoir danser, il se remit à sourire niaisement lorsqu’il posa son regard dans celui de son interlocutrice dans sa robe blanche qui l’entraînait vers la piste, il ne pouvait pas lui résister et elle le savait. « Mais c'est tellement gentil de faire cet effort pour moi.» Il hocha la tête pour éviter de se déconcentrer, son regard était fixé sur ses pieds, histoire de ne pas reproduire la catastrophe qu’il avait faite à son mariage, la faute impardonnable, marcher sur les pieds de sa cavalière. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Robyn se souviendra toujours de sa seconde danse, et de sa cavalière qui n’était d’autre que Riley. Il se souvenait même de sa tenue, enfin… il se souvenait surtout de la façon dont s’était terminée cette danse, par un furtif baiser. Quelques temps auparavant Riley avait annoncé avoir des sentiments pour Robyn, qui, fou amoureux d’Hélène, son ex-femme, n’avait pas prêté attention aux propos d’une… demoiselle commençant à peine à devenir une femme car oui, c’est malheureusement comme cela qu’il considérait Riley, presque comme sa petite sœur. Mais aujourd’hui c’était différent… et il n’était plus le même homme. « Je suis désolé pour tout, tu trouveras quelqu'un je n'en doute pas une minute. » Il releva seulement une fraction de seconde la tête vers la jeune femme, et presque ailleurs, trop concentré à vrai dire il fit « Oh… oh merci. » Il aurait tout donné pour être un danseur hors pair, pour pouvoir à la fois danser et afficher un sourire radieux tout en parlant avec son interlocutrice yeux dans les yeux, malheureusement il était très loin du compte. Voulant à tout prix que sa manie de regarder ses pieds ne se transmette pas à Riley, il continua cependant à faire la conversation, en demandant avec qui elle était venue, qui était son cavalier. « Non, je suis venue avec mes sœurs. Elles m'ont un peu forcées la main mais finalement j'ai bien fait de venir. » Il faut avouer que cette réponse le ravit, il se mit alors à sourire. Pourquoi ? Peut-être parce qu’il a beaucoup d’affection pour Riley et que, comme il y a quelque années, il ne s’en rend pas forcément compte, au risque de passer à côté de quelque chose de fort. Le terme sœurs avait toujours un peu dérangé Robyn, pourquoi ? Il l’ignorait, disons qu’à Paris il n’y avait pas cette manie des confréries, le seul fait que des femmes ou hommes se considèrent comme des sœurs ou frères justes parce qu’ils sont dans la même bande le troublait quelques peu. Il ne répondu pas et Riley enchaina avec une question plus indiscrète, mais qui ne chamboula pas forcément le jeune professeur. « Et depuis ton divorce tu as de nouveau quelqu'un ? » Il releva alors vite le visage vers elle pendant que la chanson sonnait ses derniers accords. « Oh… non je n’ai personne. » fit-il d’un ton presque normal pour lui. La musique cessa enfin et Riley s’éloigna un peu pendant que Robyn se frottait l’arrière de la tête, comme s’il attendait une sentence. « Alors… on peut dire que j’me suis amélioré non ? Au moins j’ai pas bousillé tes escarpins tout neufs. » Il se mit à rire très brièvement et ne sachant pas trop quoi faire il fit « Tu veux continuer à danser ou… Tu veux qu’on rattrape les choses passées autour d’un verre de… punch ou je ne sais quel autre alcool d’étudiant. »


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »


Dernière édition par Robyn A. Collins le Ven 5 Oct - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 5 Oct - 22:17

« Oh… non je n’ai personne. » Elle avait l'habitude de voir Robyn amoureux depuis quelque années et cela lui faisait bizarre de le voir avec un cœur brisé. Elle éprouvait de la peine de le voir vivre une telle épreuve mais elle savait qu'il s'en sortirait. Il était une personne forte et elle ne douterait pas qu'il s'en remettrait. Mais pour l'instant l'heure n'était pas aux remords. On faisait tous des erreurs mais il fallait savoir avancer malgré tout, ce n'était pas la chose plus facile à faire. Riley était une personne optimiste, du moins avec le temps elle n'avait pas d'autres choix que de l'être. Perdre son frère fut l'épreuve la plus difficile à vivre. Rien que d'y penser, elle avait les larmes aux yeux. C'était encore trop récent pour qu'elle puisse dire qu'elle avait fini par vivre avec sa mort. Il lui arrivait encore de se morfondre lorsqu'elle se retrouvait seule. Laissant s'échapper toutes les émotions qu'elle devait cacher aux yeux des autres. Elle n'avait pas l'occasion de se montrer faible, tant de personnes voulaient qu'elle échoue qu'elle ne pouvait pas se le permettre. Parfois elle avait peur de se perdre avec autant de pression , mais bizarrement des fois cela la maintenait en vie. C'était une façon de s'occuper l'esprit et de ne pas penser à ses problémes actuels. Elle fuyait ses sentiments, tout simplement car elle n'était pas prête à leurs faire faces. Chaque chose en son temps, et l'instant n'était pas choisi pour se morfondre. « Alors… on peut dire que j’me suis amélioré non ? Au moins j’ai pas bousillé tes escarpins tout neufs. » Elle n'était pas une fille attachée aux choses matérielles. Pourtant beaucoup de personnes pensaient que les Iotas l'était, c'était triste de voir comment les gens pouvaient coller aussi facilement des étiquettes. A croire que c'était naturel de juger les gens sans les connaître. Et malgré tout ce que les habitants pouvaient penser, les Iotas étaient des jeunes filles très sensibles et adorables lorsqu'on les connaissait. Mais on ne pouvait pas changer les gens, si bien que la belle blonde ne s'arrêtait pas devant de telles futilités. Lorsqu'on grandissait on se rendait compte à quel point les gens ne changeraient surement jamais alors plutôt que de leurs montrer leurs erreurs parfois il fallait simplement fermer les yeux et passer à autre chose.Le monde était si compliqué, et même les personnes à qui ont accordés une confiance aveugle pouvait nous trahir sans aucune raison et nous briser le cœur par la même occasion. « Mes deux pieds sont toujours en vie , donc je dirais oui. » Elle avait un petit air taquin sur son visage comme à son habitude. Elle devait avouer qu'elle était heureuse de cet effort surhumain de sa part. De plus la dernière fois qu'elle avait pu réellement avoir une conversation avec lui c'était le même style de conditions. Elle portait une belle robe, ils étaient entourés de personnes heureuses de leurs soirées et la musique était la touche finale à ce magnifique tableau. Elle avait d'ailleurs finie par lui avouer qu'elle l'avait aimé autrefois, mais les choses n'étaient pas gênantes puisque tout d'eux étaient à un stade différent de leurs vies.« Tu veux continuer à danser ou… Tu veux qu’on rattrape les choses passées autour d’un verre de… punch ou je ne sais quel autre alcool d’étudiant. » Elle n'arrivait pas à l'imaginer en professeur , tout simplement parce qu'elle l'avait vu agir comme un enfant durant tant d'années. La belle blonde le voyait comme la personne qu'elle avait toujours connu et c'était pas prêt de changer. Elle devrait peut-être assister à un de ses cours pour le voir différemment, mais pour l'instant la question n'était pas là. « Maintenant monsieur est un professeur, on ne fait décidément jamais parti du même monde. » Il est vrai que ce statut ne devait pas l'aider à voir la belle étudiante différemment. Avec ses longs cheveux blonds et sa frimousse toujours enfantine, elle pensait qu'il ne devait toujours pas comme une femme. Elle restait Riley, la jeune femme qui préférait faire de la boxe plutôt que de jouer à se faire belle. Bien sur elle avait changé, mais qui lui dit qu'il la verrait un jour autrement ? Aucun. « Je te suis avec plaisir. » Elle se dirigea alors vers la sortie prenant le soin de prévenir une de ses sœurs. Après avoir saluer quelque têtes qu'elle connaissait, elle se dirigea enfin vers les vestiaires pour attraper son manteau. Il faut dire que dehors il ne faisait pas très chaud, et elle n'avait nullement l'envie d'attraper froid. Alors qu'elle enfila ce dernier, elle remarqua le regard insistant de certains étudiants. Elle se tourna donc vers Robyn afin de lui parler. « Tu connaitrais pas un endroit discret ? J'ai pas envie que lundi matin que tout Brown parle de tout ceci. » Les rumeurs se propageaient tellement vite ici , qu'elle ne voulait pas prendre ce risque. Elle espérait qu'il ne s'imagine pas de choses, vu que c'était totalement innocent de sa part.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 5 Oct - 23:25



« Le désir d'amitié est précisément un désir d'être compris, sollicité, apprécié pour nous-même, quoi que cela puisse nous coûter. »


L’amitié, comme l’amour est un sentiment dont toute personne à besoin dans ce monde. Devoir être attaché à quelqu’un pour être heureux est une chose particulière, surtout si on part du principe que tout peut arriver, que ce soit un décès, une tromperie, un éloignement, ou encore une toute autre raison, plus débiles les unes que les autres. C’est curieux comment on personne peut changer une part de vous, que ce soit une habitude ou une émotion, un ressentit, en une fraction de seconde. Robyn n’a jamais vraiment connu cette logique, il n’a jamais vraiment été attaché à quelqu’un non plus. Dès son plus jeune âge c’était toujours le gamin isolé dans son coin, jouant tout seul ou lisant des trucs bien trop compliqués pour son nombre d’années. A l’adolescence, c’était le gamin qui était passionné par le cours mais qui dormait bien souvent histoire de faire le mort, de ne pas se faire tabasser, pour ne pas se faire remarquer tout simplement, et il faut dire que cela marchait bien. Il n’a jamais vraiment d’amis, de meilleurs amis, du moins il les a comptés sur les doigts d’une main lorsque le rêve n’était pas encore éphémère, du moins lorsqu’il ne s’en était pas encore rendu compte. Le frère de Riley faisait partie de ses personnes pour qui… Robyn pouvait se considérer comme un ami, un vrai pote. Il savait qu’il pouvait compter sur lui et inversement, et il faut dire qu’ils avaient partagés pas mal de choses ensembles, avec son interlocutrice également, lorsqu’elle n’était encore qu’un garçon manqué, loin, très loin de la magnifique plante qu’elle était aujourd’hui. C’est peut-être pour cela que Robyn n’avait pas remarqué les sentiments de Riley, qu’il n’avait pas fait attention à ce qu’elle avait pu représenter pour lui, amie, sûrement plus. Mais après tout, c’était la sœur de son… meilleur ami ? Quelque chose dans le genre, je vous ai prévenu, le jeune professeur n’est pas quelqu’un qui connait parfaitement la définition d’amis et d’amour, mais Matthew aurait pu être la personne qu’aurait décrit Robyn comme son meilleur ami. Plus jeunes, ils s’étaient très vite très bien entendu, et avaient fait les quatre cent coups ensemble, ou presque. Mais les années passent, on grandit et on prend chacun une route différente, et peu à peu les deux jeunes gens se sont perdus de vue, un peu près au même moment où Riley avait annoncé ses sentiments. A ce moment-là Matthew vaquait à ses occupations et Robyn était amoureux, trop amoureux, trop utopiste et surtout trop confiant. Robyn se souviendra certainement toute sa vie du coup de fil qu’il avait reçu un beau jour ou presque, un coup de téléphone de Riley qui lui annonça que Matthew n’était plus des leurs. Le jeune professeur était resté figé sur place, à se décomposé secondes par secondes, n’entendant plus rien. Vous savez, c’est un de ses moments où on a l’impression que le monde s’effondre, que la vie n’a plus de sens, le moment où l’on revoit tous les souvenirs défilés à une vitesse moindre, les souvenirs qui nous donnaient avant le sourire… qui nous fendront désormais le cœur…

Le jeune Collins s’était déplacé exprès pour l’enterrement, pour rien au moins il n’aurait raté ça, et pour rien au monde sa femme se le serait coltiné dans cet état de dépression intense. Robyn se revoyait encore dans son costume noir qui le taillait pas vraiment au mieux, certainement un peu trop petit, mais que voulez-vous, la nouvelle venait à peine de tomber, il n’avait pas vraiment eu le temps ni le cœur à faire les boutiques… Il se revoyait planter devant le cercueil, tout le monde en noir à pleurer. Lui n’avait pas pleuré, il avait su retenir ses larmes, tout en serrant les poings et les mâchoires pour ne pas se laisser aller et déborder dans l’émotion. Il était en train d’enterrer un des rares amis qu’il avait eu, une des seules personnes pour qui la confiance, l’attachement et l’échange de parole n’avait pas été que dans un sens, car oui, c’est à cela que servait Robyn, c’était le bon confident qui savait garder les secrets, qui était là lorsque quelqu’un avait besoin de parler, même s’il ne le connaissait pas forcément, et lui en retour, à qui parlait-il ? Personne, mis à part peut-être Riley, Matthew, et sinon qui d’autres ? Il l’ignorait, comme il ignorait ce qu’il allait faire, alors qu’il était en train de jeter une fleur sur le cercueil, il paniqua soudainement, se sentant encore plus seul que d’habitude. A l’enterrement, il n’avait pas parlé à Riley, cela aurait été sûrement trop dur pour lui. Il s’était contenté de lui serrer doucement la main lorsqu’il était près d’elle pendant que le prêtre déblatérait son sermon. Le religion, voilà encore un truc auquel il n’adhérait pas… Enfin…

Quelque part, Riley et Matthew se ressemblaient un peu, dans les faux-airs, les mimiques, les paroles… Alors la voir ici, près de lui ravivaient certains souvenirs, et Robyn, très sentimentale n’avouerait certainement pas mais cela avait le don de le troubler. Peut-importe, il était à ce moment précis avec Riley à danser, du moins essayer de ne pas lui marcher sur les pieds, il voulait profiter, passer un bon moment, c’est tout ce qui importait, c’était l’essentiel. La danse se termina seulement quelques minutes après, des minutes qui lui avait pourtant paru des heures. « Mes deux pieds sont toujours en vie , donc je dirais oui. » Il se mit à sourire tout simplement en posant son regard sur elle, en une fraction de seconde, son air taquin lui enleva toutes angoisses et il ne fut même plus attention aux gens qui les entouraient, dont certains avaient remarqués la danse entre l’élève et le professeur. Étant jeune, il a parfois du mal à se considérer comme un professeur, du moins au niveau des relations. Riley n’est pas la seule jeune femme avec qui il est proche, il y a aussi Reyne, Sara et quelques-unes, qui sont bien entendues des élèves. Malheureusement une trop grande proximité serait surement condamnée, ce qui lui apporta un petit air nostalgique au coin de son sourie. Ne voulant pas rester dans cette optique, il proposa à la jeune femme de bouger, de faire autre chose que… d’apprendre à danser. « Maintenant monsieur est un professeur, on ne fait décidément jamais parti du même monde. » Il ne s’attendait pas à cette réaction, ce qu'il essayait d’oublier, Riley lui avait gentiment flanqué dans la tronche en une fraction de seconde. Il se pinça les lèvres, se contenta de baisser le regard vers le sol en se tenant les mains derrière le dos. « Oui… » lâcha-t-il d’une voix penaude. Elle renchérit avec un « Je te suis avec plaisir. » ce qui décoinça un peu notre jeune Collins qui hôcha tout simplement la tête et se dirigea vers le vestiaire. Il récupéra sa veste en même temps que le manteau de la jeune femme qu’il lui tendit, ah Robyn et ses manies de gentleman. Se mettant à marcher l’un près de l’autre, Riley fut soudain mal à l’aise « Tu connaitrais pas un endroit discret ? J'ai pas envie que lundi matin que tout Brown parle de tout ceci. » Il se mit alors à réfléchir, Robyn ne connaissait pas vraiment les endroits du coin alors… Cependant il pensa à quelque chose. « Viens, suis-moi. » fit-il brièvement avant d’entraîner la jeune femme à l’extérieur, près des bancs qui surplombaient le terrain. Il monta les premiers puis venu s’asseoir auprès d’elle, dans la pénombre, le noir étant seulement brouillé par un ou deux spots blancs. « Au moins ici on ne sera pas dérangés… à moins que quelqu’un trop ivre décide de faire un petit jogging… » Un blanc s’installa quelques instant, et le jeune professeur joignit ses mains devant lui, regardant tout autour de lui, il décida alors de briser le silence par une question peut être un peu stupide ou trop vague « Alors… tu… deviens quoi depuis…tout ce temps ? » Sous-entendu depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus…


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Lun 8 Oct - 20:59

Riley avait beaucoup changé durant sa vie. Elle n'était plus la même personne que l'enfant qu'elle avait pu être. Ce n'était pas évident de la reconnaitre, un tel changement était très surprenant surtout venant d'elle. La belle blonde aux cheveux d'ange avait toujours eu des valeurs auxquels elle tenait, de plus la complicité qu'elle partageait avec son père intensifié celle ci. Elle était en effet très proche de ce dernier, il était tout simplement son modèle. D'ailleurs sa mère se désespérait de voir que Riley ne portait aucuns intérêts à se montrer coquette, mais qu'elle préférait se risquer dans des sports dangereux tel que la boxe. La jolie enfant était une grande fan de ce sport, elle le pratiquait deux fois par semaine et elle s'entrainait souvent à celui ci avec son grand frère. Et quand ce n'était pas la boxe, c'était le surfeur. Cependant en Australie ce sport était très rependu et pratiqué. Elle avait d'ailleurs de nombreux amis à elle qui en faisait, si bien que cela maintenait sa passion. Elle ne supportait pas de rester les bras croiser sans rien faire, c'était une personne d'action déjà depuis son plus jeune âge. Mais au divorce de ses parents tout a changé pour elle. Elle a vue une facette de la personnalité de son père qu'elle ne connaissait pas et cela la bouleversa tout simplement. Elle qui avait toujours été très distante avec sa mère décida de déménager avec elle lorsque celle ci décida de dire adieu à l'Australie. Matthew,son frère décida quant à lui de ne pas quitter son pays natal. Du jour au lendemain elle perdit alors les deux personnes qu'elle aimait le plus sur cette terre. Elle ne le vivait pas très bien , si bien qu'elle changea naturellement pour assumer petit à petit son côté féminin. Elle se rapprocha alors de sa mère, et commença a apprécier ce qu'elle était entrain de devenir. Elle avait besoin de cela désormais, d'être une toute autre personne pour pouvoir grandir tranquillement. Elle connut alors ses premiers amours, dont un qui lui fit perdre totalement la tête. Elle était si amoureuse de lui qu'elle aurait pu faire n'importe quoi pour lui, cependant elle tomba elle aussi de haut. Il était jeune et stupide, il l'avait trompé de nombreuses fois sans qu'elle ne l'apprenne. Pourtant un soir, alors qu'elle voulait tout simplement lui faire une surprise elle le découvrit aux bras d'une de ses amies. Elle avait le souffle coupé. Elle se sentit si blessée, elle avait l'impression qu'on lui avait arraché le cœur. Elle partit donc sans lui adresser la moindre parole, n'écoutant même pas ses excuses toutes préparées. Puis elle s'éloigna de tout ceci pendant quelques jours. Elle ignorait ses appels même si l'envie de lui parler la dévorait intérieurement ... Elle réussit tout de même à se montrer forte et à lui tenir tête pour lui faire comprendre que désormais tout était fini. Pourtant elle ne pouvait pas s'empêcher de penser à lui, c'était tout de même son premier amour. Puis le temps passa, et ses souvenirs de lui se dispersèrent pour être remplacer des nouveaux qui lui redonnèrent enfin le sourire.

La belle blonde regardait Robyn avec un regard pétillant. Elle devait l'avouer, elle était ravie de le revoir. Ce qui était marrant c'est qu'ils habitaient tout deux à quelques minutes l'un de l'autre mais qu'ils ne se croisaient pour ainsi dire jamais. De plus ils avaient tout deux une vie chargée remplie de contraintes quotidiennes. Ce n'était donc pas évident pour eux de s'organiser un petit rdv si bien qu'ils n'avaient même pas essayé de le faire. Ils s'étaient pourtant promis de le faire mais certaines promesses ne sont là que pour nous donner bonne conscience. Alors que la belle russe le suivait sans ajouter quoi que ce soit, elle ne put s’empêcher de se dire que avec le temps il était devenu un homme très charmant. Il avait ce petit côté réservé qui le rendait craquant à ses yeux. Et tout en montant les marches, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que la soirée avait très bien tournée. Elle ne l'avouerait surement pas mais elle savait très bien que Robyn avait fait une erreur en se mariant si vite. Son ex-femme n'avait pas l'air autant amoureuse que lui, et de plus Riley n'avait jamais vu leur couple d'un bon œil. Peut-être par jalousie, allez savoir. Dans tout les cas elle se disait que c'était un mal pour un bien. De son côté elle avait préféré savoir la vérité même si elle avait du mal à s'en remettre. S'installant à ses côtés, elle plongea son regard dans le sien tout en affichant un petit sourire en coin.« Au moins ici on ne sera pas dérangés… à moins que quelqu’un trop ivre décide de faire un petit jogging… » Il était bien vrai que l'endroit était totalement désert. Ce stade était immense, et cela était encore plus impressionnant quand il y'avait foule. Posant son regard sur l'horizon , elle appréciait le silence qui avait envie cet endroit qui ne l'était pas en temps normal. N'ajoutant aucun mot, elle se contenta simplement d'apprécier ce silence qu'elle réclamait tant durant l'espace d'un instant. Sentant une brise fraiche lui caresser les cheveux, elle ferma ses yeux naturellement. Elle fut sortie de ses pensées lorsque le beau brun repris la parole. « Alors… tu… deviens quoi depuis…tout ce temps ? » Elle eut un petit moment de réflexion avant de répondre. Elle ne savait pas réellement quoi dire, mis à part que son boulot de présidente lui prenait tout son temps. A côté elle avait ses études sans compter qu'elle travaillait bénévolement aussi certains week-end. Elle était tout simplement épuisée, mais elle n'allait tout de même pas lui dire cela. Elle se contenta alors de lui envoyer un sourire avant de lui répondre le plus simplement du monde. « Mis a part mon boulot de présidente, mes études je raconte rien de très passionnant. Et toi ? Ça fait quoi de devenir professeur ? » Elle avait du mal à cette nouvelle étiquette qu'il avait. Elle le voyait toujours comme le gamin qui s'amusait aux cow-boys avec son grand frère. Elle se souvenait qu'elle s'amusait à lui parler des fois en anglais tout simplement car il ne comprenait pas à cette époque cette langue. Ça l'énervait et c'était ça qu'elle adorait. Fixant l'horizon , elle se tourna vers lui. « Je suis très heureuse de te revoir, surtout que depuis ses dernières années c'était assez compliqué pour qu'on puisse discuter. » Elle faisait référence à son déménagement, le mariage de ce dernier et pour finir la mort de son frère. Cette vie si mouvementé qui ne les avait pas épargné encore une fois mais malgré tout ils avaient réussis à s'en sortir malgré quelque blessures encore présentes dans leurs coeurs.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 19 Oct - 20:43



« Tu es semblable à une étoile, on ne te voit que quelques instants mais ta beauté est si intense que l'on s'en souvient toute notre existence. »


Il est vrai que Riley avait changé, elle s’était transformée en gamine prenant les affaires à son frère, par conséquent ayant un look de garçon manqué. Elle avait laissé son côté casse-cou sautant à droite à gauche pour un esprit vif et calme. Et ne parlons pas de ses affaires... la robe blanche qu’elle portait ce soir avait totalement retourné Robyn lorsqu’il avait posé son regard sur elle. Avalant sa salive d’un trait il n’avait pas su quoi dire, il avait même du mal à admettre le fait qu’elle était sexy, pas parce qu’il la revoyait garçon manqué dans ses vielles fringues trop grande, oh non, tout simplement parce qu’il ne s’autorisait pas à penser cela. Le frère de Riley avait été son meilleur ami, et un pacte se fait souvent entre meilleurs potes, sans besoin d’évoquer quoi que ce soit, on sait pertinemment que l’on ne touche pas à la sœur de l’autre, or Robyn n’avait pas de sœur… C’est peut-être pour cela que le jeune professeur se forçait toujours à se dire qu’elle n’était pas son genre et autre connerie, alors qu’en fait il aurait pu très bien en pincer pour elle. Lorsque Robyn posait son regard sur la délicieuse Riley, il se prenait à partir dans une flopée de souvenir si heureux que cela lui cassait presque le moral. Pourquoi ? Parce qu’il se rendait compte qu’au fond… lui n’avait pas changé tant que ça, voire pas du tout. Il se revoyait il y a quelques années, gamin prudent trainant souvent tout seul, timide, pessimiste et incapable de faire quelque chose de lui-même. Il en était au même point aujourd’hui, sauf qu’il avait essuyé de puissant échec comme son divorce ou le fait d’être viré. Assis sur le banc de bois qu’il pensait légèrement humide, il soupira longuement en se trouvant désespérant, c’est vrai qu’allait-il faire de sa vie ? Il se trouva soudain pitoyable et croisa les mains au-dessus de ses genoux, penchant la tête vers le bas, regardant la pelouse que l’on pouvait apercevoir entre les différents étages du banc.

L’homme replongea à nouveau dans ses souvenirs, mais cette fois-ci, plus anciens. Il repensa à ses rêves de gosses, il voulait être flic, sauvé le monde, comme un peu près tout le monde à cet âge-là. Il voulait vivre une belle histoire d’amour, avoir une grande bande de pote avec qui rire et partager des secrets, il voulait avoir des gosses et une maison luxueuse. Plus tard, le petit garçon se voyait rentrer du travail, embrasser ses enfants sur le front tout en posant ses affaires, fière de lui, fière d’avoir arrêté les méchants. Puis il irait déposer un baiser sur les douces lèvres de sa femme avant de s’asseoir et de partager un bon repas. S’imaginant pendant quelques instants dans cette vie de rêve, il se prit à regarder Riley et imaginer celle-ci dans le rôle de sa femme douce et aimante, avec tout de même un fort caractère, bref une femme qu’il aurait pu tendrement aimer du matin au soir. Riley avait dû le prendre pour un débile et se demander pourquoi il la fixait depuis quelques instants, le regard vide, sans dire un mot. Robyn se rendu compte de la situation et secoua légèrement la tête tout en se raclant la gorge pour se sortir de celle-ci. Soufflant longuement il sentit une légère brise effleurer son visage, il remarqua que celle-ci faisait voler quelques mèches de la chevelure d’ange de son interlocutrice. D’un geste vif il enleva alors son long manteau et venu le déposer sur les épaules de celle-ci. « Tiens, n’attrape pas froid, je m’en voudrais. » Fit-il tout en lui adressant un large sourire sincère. Puis il s’étira longuement avant d’allonger ses jambes et de se laisser basculer en arrière, passant ses mains derrière sa nuque. C’est alors qu’il demanda ce que devenait la jeune femme. Il voulait tout savoir, pendant tout ce temps, elle lui avait manqué, même si il ne l’avouerait pas ouvertement. Cette femme avait fait partie de sa vie, et elle en faisait encore partie et il espérait que cela continue. Robyn leva alors la tête vers les étoiles tout en écoutant la jeune femme « Mis à part mon boulot de présidente, mes études je raconte rien de très passionnant. Et toi ? Ça fait quoi de devenir professeur ? » Il bascula alors la tête vers elle pour répondre simplement : « Oh c’est vrai, j’ai entendu que tu étais la présidente, félicitation… enfin si c’est ce qu’on dit dans ses cas là. Et tes études, comment ça se passe ? T’es une bonne étudiante j’espère ?! Dis-moi que tu vas pas me demander des cours particuliers ?! » L’idée n’était pas mauvaise, cela lui aurait permis de la revoir plus souvent… Robyn lui adressa alors un de ses sourires qui illuminait son visage, un de ses sourires qui avait le don de contaminer une pièce toute entière… enfin s’il y avait du monde autour, ce qui n’était pas vraiment le cas ici. L’homme repositionna sa tête vers les étoiles qu’il se mit à fixer de nouveau. Réfléchissant quelques minutes, soufflant ensuite longuement il répondu sincèrement « ça fait… pas grand-chose. Enfin si j’veux dire, j’en ai terminé avec les études, le calvaire des universités et tout ce qui va avec. Mais j’veux dire… c’est un métier comme un autre tu sais, tu côtoies des profs’ tous les jours, tu vois bien que ce n’est pas super passionnant… » Robyn a toujours été doué dans les études, s’il avait eu la patience, la passion et surtout les moyens, il aurait pu faire de grandes études et avoir un métier qui rémunère un peu mieux mais depuis qu’il était devenu professeur et qu’il avait déménagé ici, il se plaisait, il n’avait rien à redire sur sa vie, il en profitait et il aimait ça. « Je suis très heureuse de te revoir, surtout que depuis ses dernières années c'était assez compliqué pour qu'on puisse discuter. » Son cœur se serra d’un coup, tellement qu’il eut le souffle coupé. Elle était heureuse de le revoir ? Il ne s’attendait pas à une telle déclaration, bien qu’il fasse certainement des montagnes pour rien. Elle avait raison, ils avaient perdus le contact et il s’en était voulu car c’était en quelque sorte sa faute. Se pinçant les lèvres il décida de s’excuser : « Tu m’as manqué tu sais… je suis vraiment désolé de ne pas avoir donné de nouvelles pendant tout ce temps. » Les mots étaient sorti et finalement, cela n’avait pas été si dur que ça…


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Ven 19 Oct - 23:21

Il était toujours avenant avec elle, voir protecteur. Il avait tendance à prendre la place de son frère Matthew lorsque celui ci n'était pas dans les parages. Tout naturellement il devait penser que désormais c'était son rôle de veiller sur Riley, une façon de rendre hommage à la personne formidable qu'était Matthew. Il était en effet un jeune homme très gentil mais tout même doté d'un fort caractère. Il était un peu comme tout les membres de la famille de Riley, très imprévisible. Il aimait prendre des risques, il voulait vivre sa vie à fond. C'est ce qu'il avait fait durant les 23 années qui avaient composées sa vie. Il avait perdu la vie bêtement , lors d'un accident de voiture. Un jeune homme ivre avait grillé un feu rouge, le percutant de plein fouet. Il était mort sur le coup, ne donne aucun espoir à ses proches de le revoir un jour. C'était difficile de se dire qu'un tel homme était mort d'une façon si injuste. Il avait tellement à apporter et à donner. C'était un modèle pour de nombreuses personnes et c'était aussi le cas pour Riley. Matthew était naïvement son super héros. Elle le regardait toujours avec émerveillement et elle voulait tout faire comme lui. Bien sur avec le temps ils s'étaient éloignés mais rien n'enlever le lien fort qui les unissait. Il serait toujours pour elle, il l'était encore. Et elle donnerait tout ce qu'elle avait pour le revoir ne serait est-ce que un instant. Il lui manquait terriblement, c'était une douleur qui ne l'a quittée jamais.

« Tiens, n’attrape pas froid, je m’en voudrais. » Il déposa délicatement le manteau qu'il portait sur les épaules de la jolie blonde. Un jolie sourire se dessina sur son visage, avant qu'elle la referme sur elle d'une main. C'était un jeune si attentionné , il n'avait pas changé là dessus. Il avait toujours cette expression si sereine et calme qui lui correspondait parfaitement. Lui lançant un doux regard, elle le remercia poliment de cette gentille attention. « Merci, c'est adorable.» Ils s’engagèrent alors dans une discussion ou ils évoquèrent leurs situations actuelles respectives. Les choses avaient bien changés depuis la dernière fois ou ils s'étaient rencontrés. Riley avait pris de l'assurance et elle était désormais à la tête d'une confrérie très importante au sein de l'université. Elle appréciait ce statut comme parfois elle pouvait l'avoir en horreur. Même si elle appréciait tout le prestige et la reconnaissance qui était rattachés à ce poste, elle n'en oubliait pas pour autant qu'elle devait sacrifié une grande partie de sa vie pour pouvoir faire les choses bien. Et ce n'était pas toujours évident de devoir faire de tels sacrifices, l'avantage c'est qu'elle oubliait sa peine tellement elle était occupée par ses devoirs de présidente et d'étudiante .« Oh c’est vrai, j’ai entendu que tu étais la présidente, félicitation… enfin si c’est ce qu’on dit dans ses cas là. Et tes études, comment ça se passe ? T’es une bonne étudiante j’espère ?! Dis-moi que tu vas pas me demander des cours particuliers ?! » Elle était une jeune femme qui ne vivait pas pour réussir ses études, elle se contentait de faire ce qu'il fallait pour éviter la catastrophe. Elle était toujours dans la moyenne mais cela lui convenait, elle n'avait pas l'envie de se démarquer partout. Elle voulait juste faire son petit parcours à elle, sans trop se faire de soucis. « Moi qui comptait sur toi ... Enfin je ne sais pas si tu me seras d'une grande aide en civilisation américaine. » dit-elle d'un air taquin. Elle n'était plus la jeune enfant qui menait la vie dure à Robyn en le taquinant sans cesse, elle le faisait dorénavant gentiment sans trop forcé. Elle avait beaucoup changé, mais c'était tout à faire normal que cela se produise surtout lorsqu'on doit subir des changements aussi brusques que ceux que Riley avait du affronter. Malgré tout elle était désormais heureuse de se trouver exactement là ou elle était à cet instant précis de sa vie. « Tu m’as manqué tu sais… je suis vraiment désolé de ne pas avoir donné de nouvelles pendant tout ce temps. » Riley lui prit affectueusement sa main,dans les siennes tout en la laissant poser sur son genou. Elle se montrait douce, ce qui devait surprendre le jeune homme qui ne l'avait jamais vu ainsi dans le passé. Elle savait très bien que sa vie n'avait pas du être évidente sachant que son divorce avait du le bouleversé énormément. C'était une manière de lui dire que c'était normal, qu'elle ne lui en voulait pas. Posant son regard sur lui, elle lui envoya un magnifique sourire avant de ce concentrer sur le vide qui les entouraient. « Tu sais des fois je repense à notre dernière discussion. Enfin tu as dit me trouver ridicule lorsque je t'ai dit que j'étais amoureuse de toi autre fois. Enfin j'espère que tu ne te sens pas gêné, de toute façon je sais que je n'étais pas ton type de femme il n'y a qu'a voir ton ex femme. Mon opposé. » dit-elle en souriant. C'était une manière pour elle de mettre les choses aux clairs, même si dans un sens au fond d'elle , la jeune femme aurait bien aimé qui la contredise. Elle n'avait jamais compris ce qu'il trouvait à son ex femme, elle était différente de la personne qu'il était. Et Riley savait qu'il n'avait pas mérité la façon dont cette femme l'avait traité. Il était une personne si rare et dur à trouver, qu'elle aurait du se rendre compte depuis le début de la chance qu'elle avait de le connaitre. Bien évidemment elle fit tout le contraire, lui brisant le cœur au passage.

[/quote]

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Sam 20 Oct - 0:08



« Une beauté est une femme que vous remarquez ; une femme charmante est celle qui vous remarque. »


Généralement lorsqu’il y a un groupe d’ami qui comprends des filles et des garçons, il y a toujours des histoires entre les membres. Une fille qui finit par se taper un des gars, au départ l’histoire est belle, et puis finalement elle se fini, pendant que la fille tombe sous le charme d’un autre mec du groupe. Oh oui c’est comme cela dans les films, mais dans la vraie vie également. Robyn faisait partie d’un petit groupe d’ami étant plus jeune, seulement il était toujours fourré avec Matthew et Riley, et Riley étant la seule fille, intouchable, le groupe était par conséquent plus soudé que jamais. Etant fils unique, Robyn avait trouvé en Matthew le grand frère idéal. Il ne le frappait pas, prenait soin de lui, le faisait vivre, même si cela passait par quelques conneries, bref il était là pour lui, dans les bons comme dans les mauvais moments. Riley était là aussi mais… c’était différent. A vrai dire, le jeune professeur ne savait pas vraiment comment la considérer, certes elle était son amie mais… il ne la voyait pas pour autant comme une sœur, il y avait une certaine distance inexplicable entre eux alors qu’au fond, ils étaient liés comme les doigts de la main. Encore aujourd’hui, cette sensation qu’éprouvait Robyn en regardant la jolie blonde le troublait au plus haut point. Mais dans un groupe s’il n’y a pas d’histoire entre les filles et les mecs de celui-ci, il y a forcément des histoires de nanas, au sujet de maquillage, et petit ami ou autre, après tout Robyn n’est pas connaisseur en ces sujets, ou alors il y a les histoires de garçons. De ce côté-là, le jeune homme était plutôt pacifiste, gringalet il ne faisait pas vraiment le poids à quelqu’un de son âge, surtout si celui-ci est doué de ses poings, ce qui n’est vraiment pas le cas de notre jeune garçon. Suivant souvent Matthew pour en apprendre davantage, il était souvent victime de moqueries tel le petit chien à son pépère, enfin, vous voyez le genre, conneries d’adolescent, et surtout conneries à laquelle lui ne répondait pas, contrairement à son frère d’adoption, qui avait le don de se mettre dans la merdre à cause de lui. Plus fort, plus beau, plus conciliant, plus protecteur, plus ceci, plus cela, bref plus mieux quoi… Matthew était mieux que Robyn et il le savait. Plus jeune il voulait lui ressembler, ce n’était pas pour rien… Même en grandissant, lorsque qu’il apprit la mort de son ami, il eut la sensation de perdre son repère, alors qu’ils ne s’étaient pas vus depuis des années.

Tout en repensant à cela, un sourire de nostalgie venu s’installer sur les lèvres de Robyn, il lui manquait ce crétin, il lui manquait par-dessus tout. Pas du même manque que celui de Riley, nan c’était totalement différent…. Encore une fois. L’homme fixait les étoiles tout en gardant au visage ce sourire, à vrai dire il ne s’était même pas rendu compte qu’il avait retroussé ses lèvres. La grande ours, la petite et j’en passe. Le jeune professeur était passionné d’astronomie, il trouvait ça si beau, si majestueux. Encore heureux pour lui que le ciel était dégagé ce soir, il aurait passé des heures à rester ainsi, à fixer les petites lumières jusqu’à se faire un torticolis. Soufflant de satisfaction il oubliait presque la présence de Riley une fraction de seconde, ce n’était pas qu’elle l’ennuyait, non c’était que, pour la première fois depuis longtemps il se sentait bien, serein, et en plus de cette agréable soirée, elle y était forcément pour quelque chose, alors il l’oubliait… mais sans l’oublier. Oui une réflexion à la mort moi le nœud, une réflexion à la Robyn quoi, inutile. « Moi qui comptait sur toi ... Enfin je ne sais pas si tu me seras d'une grande aide en civilisation américaine. » Elle le sortit alors de ses pensé. Elle étudiait donc cette matière, intéressant, il ne l’aurait pas vraiment vu là-dedans. « Oh… détrompe toi j’en connais un rayon là-dessus ! » Ce n’était pas pour se faire mousser mais Robyn est un homme très intelligent, qui a soif de connaissance, elle aurait pu lui demander de l’aide en maths, sa matière redoutée, il aurait pris la peine d’étudier des cours simplement pour le plaisir de s’instruire… et de l’aider bien sûr. Lorsqu’il était plus jeune, le duo Matthew&Robyn formait un peu le duo GrosBras&PetitGénie, duo parfait pour faire les plus grosses conneries de gamin, entre autre. C’est alors que Riley attrapa la main froide du jeune Collins, ce qui le fit frissonner une fraction de seconde. Ce contact lui serra d’abord le cœur, avant de faire battre la chamade à celui-ci. Il se redressa lentement tout en fixant la demoiselle du regard tel un enfant intrigué, curieux. « Tu sais des fois je repense à notre dernière discussion. Enfin tu as dit me trouver ridicule lorsque je t'ai dit que j'étais amoureuse de toi autre fois. Enfin j'espère que tu ne te sens pas gêné, de toute façon je sais que je n'étais pas ton type de femme il n'y a qu'à voir ton ex-femme. Mon opposé. » Sa bouche s’entrouvrit sans qu’il ne s’en rende compte, il avait la gorge sèche, très sèche, si sèche qu’il fit un bruit lorsqu’il essaya de déglutir. Il n’en revenait pas qu’elle se souvienne de ça… enfin si c’est normal mais qu’elle lui avoue ce genre de chose. S’il avait été debout, ses jambes auraient sûrement légèrement flanchées, d’ailleurs la tête lui tournait quelque peu. Ah Robyn et les femmes…. Il chercha longuement une réponse sereine, franche et se décida enfin à parler « Tu sais Riley… j’y repense aussi, je peux pas dire que ça ne m’arrive pas, ce serait mentir. Quant à… mon ex-femme, encore heureux que tu ne lui ressemble pas. Tu es beaucoup mieux qu’elle, tu n’as même rien à avoir avec elle… elle elle est… c’est une erreur de ma vie, voilà tout. J’étais jeune, je croyais être amoureux, j’étais tout simplement naïf, tu vois où cela m’a mené… J’ai même pas 28 ans que je suis déjà divorcé. J’ai été bête de la choisir c’est tout, et je m’en rends compte aujourd’hui… »

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »


Dernière édition par Robyn A. Collins le Dim 4 Nov - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Mer 31 Oct - 17:40

« Oh… détrompe toi j’en connais un rayon là-dessus ! » Contrairement à Robyn la belle blonde n'était pas très étude. Elle l'avouait volontiers, sa présence ici n'était que dans le simple but de faire plaisir à ses parents. Si bien qu'on comprenait mieux pourquoi elle passait plus de temps à discuter à droite à gauche plutôt qu'a rester bien assise mais surtout à être concentrée. Robyn en tant que professeur serait surement agacé d'une telle attitude. Mais la jeune fille était ainsi, et elle devait avouer que ce défaut ne l'a dérangé nullement. Elle était comme elle l'était, et son but n'était pas de prétendre à la perfection. Elle voulait juste s'en sortir histoire de donner le sourire aux personnes qui lui avaient tout données. « Vraiment ? Eh bien je viendrais le vérifier prochainement dans ce cas. » Elle lui répondait tout simplement. Elle avait ce petit air taquin mais cela faisait parti de son charme. Elle en jouait souvent, tout simplement parce que cela l'amusé. Riley n'avait pas pour but d'égaler ses sœurs niveaux conquêtes, elle voulait tout simplement trouver une personne avec qui elle se sentirait bien et qui serait la rendre heureuse. Elle n'avait jamais cherché à avoir une relation juste pour ne pas être seule. Elle trouvait d'ailleurs ce genre d'attitude complétement ridicule. Il fallait se sentir bien en étant seule avant de pouvoir se poser avec une personne sérieusement. Seuls deux hommes avaient sus conquérir son cœur. Un l'avait trompé, l'autre avait fini par partir. Elle n'avait donc pas était épargnée dans ses relations, pourtant elle gardait l'espoir de rencontrer l'homme qui serait lui donner le sourire. Elle s'était d'ailleurs toujours sentie bien avec Robyn mais elle sentait qu'il y'avait une gène entre eux deux. Elle n'aurait pu vous dire de quoi il s'agissait mais elle voyait bien que quelque chose clochait. C'est comme si il y'avait toujours un mur entre ses deux amis. Quelque chose qui les séparait sans qu'il ne puisse dire de quoi il s'agissait.


« Tu sais Riley… j’y repense aussi, je peux pas dire que ça ne m’arrive pas, ce serait mentir. Quant à… mon ex-femme, encore heureux que tu ne lui ressemble pas. Tu es beaucoup mieux qu’elle, tu n’as même rien à avoir avec elle… elle elle est… c’est une erreur de ma vie, voilà tout. J’étais jeune, je croyais être amoureux, j’étais tout simplement naïf, tu vois où cela m’a mené… J’ai même pas 28 ans que je suis déjà divorcé. J’ai été bête de la choisir c’est tout, et je m’en rends compte aujourd’hui… »
Elle n'aurait pue vous dire ce qui lui plaisait chez Robyn. Il avait quelque chose de spécial, quelque chose de différent. Elle se sentait bien près de lui et en sécurité. Elle savait que quoi qu'il se passerait, il ferait pour la protéger. Il avait toujours eu un instinct protecteur envers elle et cela n'avait pas changé malgré les années qui avait passées. Ils avaient tout les deux grandis et forcément changés. Et pourtant, comme poussé par le destin ils avaient finis par se retrouver. Et à cet instant près de lui, elle semblait croire que tout prenait finalement un sens. Elle le savait depuis longtemps qu'il y'avait quelque chose entre eux, mais à la différence de la belle blonde, Robyn ne semblait pas penser que tout ceci était évident. Surement à cause de leurs différences personnalités et de points de vues. Pourtant malgré tout elle sentait qu'il y'avait quelque chose. De plus le fait de le retrouver ici, était pour elle un signe. Alors après avoir écouté ses paroles, elle s'approcha tout naturellement de lui déposant ses lèvres sur les siennes délicatement. Un baisé simple, doux mais pourtant qui allait surement tout changer entre eux. Elle le savait. Elle avait pris le risque pourtant de céder à cette envie malgré tout ce que cela pouvait représenter. Se détachant de lui, elle croisa son regard et tout d'un coup elle paniqua. Il y'avait tellement de chances pour qu'il l'a rejette qu'elle ne voulait pas que cela se produise. « Je suis désolé je ne sais pas ce qui m'a pris. » dit-elle du bout des lèvres. Et pourtant durant cette fraction de seconde, elle s'était sentie bien. Il y'avait depuis longtemps qu'elle n'avait pas ressentie de telles frissons par la simple sensation d'un baisé. Il avait un pouvoir sur elle qu'elle ne pouvait expliquer et il était fort possible qu'il ne s'en rendait pas compte. Elle avait toujours voulue le faire mais elle en avait pas eu l'occasion avant. Et même si elle avait surement tout gâché entre eux deux, elle ne le regrettait pas.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Dim 4 Nov - 22:13



« L’amour commence lorsque l’on cesse d’être amoureux. »


Comment Robyn avait pu passer au-dessus de ça ? Comment avait-il pu éviter cette évidence ? Son souffle se coupa, sa tête lui tournait presque, son cœur et son esprit étaient tout simplement entrain de chavirer chacun de leurs côtés. La raison c’était bien évidemment Riley et l’ignorance qu’il éprouvait à son égard. Non ce n’était pas un terme péjoratif, du moins pas pour elle. Ce terme exprime simplement l’incohérence qu’avait le jeune homme au sujet de la situation du moment. Avalant sa salive, il chercha dans sa mémoire tous les signes qu’il avait laissé de côté, comme le fait qu’elle lui avoue ses sentiments, le fait qu’elle est été là pour lui lorsqu’ils étaient plus jeunes etc. Il n’en revenait pas, comment avait-il pour passer à côté de tout cela, de cette… Vie ? Car oui, au lieu de se marier avec une femme insignifiante, perdre des années de sa vie, s’il avait été moins bête il aurait peut-être fréquenté son interlocutrice, même si leur histoire n’est pas forcément faite pour marcher, où s’ils ne restent que très peu de temps ensemble. Rabattant ses jambes pour s’asseoir plus confortablement, se redressant quelque peu, il fixa le visage de la jeune femme, parlant des études comme si de rien n’était alors que son esprit était totalement ailleurs. « Vraiment ? Eh bien je viendrais le vérifier prochainement dans ce cas. » Il se contenta de sourire, il n’avait même pas fait attention à la réponse, à vrai dire il s’en fichait complétement. Riley disait sûrement quelque chose d’adorable ou de pertinent, ce n’est pas la cause, oh non, la cause était la claque qu’il venait de prendre dans la gueule en une fraction de seconde. Tout semblait plus limpide d’un coup, les mots étaient enfin sortis et un énorme poids s’était envolé. Une fraction de seconde il fut étonné de ce qu’avait produit ses quelques révélations, au final, cela fait du bien de parler de soi de temps en temps, même si pour Robyn, il s’agit la plupart du temps de ses échecs qu’il considère comme nombreux. Continuant sur sa lancée, il se prit au jeu des révélations, peut-être un peu trop étant donné qu’il avoua en quelque sorte s’être trompé le jour de son mariage, qu’il n’avait, en quelque sorte, pas choisit la bonne jeune femme quoi. Cela faisait tellement du bien de lâcher ce secret qui le hantait depuis qu’il avait recroisé Riley. Son cœur se serra une seconde lorsqu’il se rendu compte de ce qu’il venait d’avouer, cependant un sourire se dessina sur ses lèvres quelque peu de temps après… au fond il s’en fichait.

Un blanc s’installa et Robyn se mit à paniquer, essayant de se remémorer chaque mots qu’il avait pu dire, qu’avait-il dit de mal placé, avait-il était trop direct ? Une nouvelle fois les idées et questions dans son cerveau produisaient une cacophonie qui avait le don de l’étourdir. Il baissa la tête, presque déçu de lui-même, au fond qu’espérait-il, rattraper le temps perdu ? C’était tout bonnement impossible, Riley n’était plus la même et lui non plus, et puis, que pouvait-elle lui trouver ? L’espace d’un instant il se traita de bête, c’est vrai, qu’elle espoir avait-il ? Aucun… Et puis quand bien même si la blonde s’intéressait à elle, cette relation était impossible, un professeur et une élève, s’était impensable. Décidément, rien n’y faisait, il avait loupé sa chance et s’en rendait compte bien trop tard, il n’avait plus qu’à se lamenter sur son sort en silence et s’en vouloir continuellement. Mais l’improbable se produisit, Riley s’approcha doucement de lui, hésitant presque et déposa un baiser sur ses lèvres. Le temps s’arrêta soudain, le sang de Robyn ne fit qu’un tour pendant que son cœur se mit à battre la chamade, il n’y comprenait plus rien mais qu’importe, les questions viendraient après, il faut simplement profiter de l’instant présent. La jeune femme rompu le baiser et s’éloigna, le doute s’installant sur son visage. « Je suis désolé je ne sais pas ce qui m'a pris. » Le jeune Collins ne savait quoi faire, faire comme si de rien n’était ? Mettre les choses au claire tout de suite ? S’enfuir en courant ? Rester planté là comme un abruti ? Levant le regard vers la jeune femme, un regard doux et désormais aimant, il se mit alors à passer sa main dans les quelques mèches de sa chevelure qui trainait devant son visage. Il resta un instant à la regarder ainsi, profitant de sa beauté, ne prononçant aucun mots, puis il s’approcha à son tour, doucement pour ne pas la brusquer. Il n’hésita pas, et déposa un tendre baiser sur les lèvres de la jeune femme, profitant un maximum du contact de leurs lèvres, sa main effleurant toujours son visage.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Dim 11 Nov - 0:25

Elle était en plein doute, il ne réagissait pas. Elle avait l'impression que le temps s'était arrêté et cela prenait des allures des tortures pour la jeune femme. Restant immobile, elle n'osait le fixer. Elle se contentait de sentir le vent froid caresser se faufiler dans sa longue chevelure blonde bouclés. Le silence qui régnait dans l'endroit rendait l’atmosphère encore plus pesante pour Riley. Elle essayait de trouver des mots pour expliquer son comportement mais surtout qu'il ne lui en tienne pas rigueur par la suite. Après tout c'était avant tout un professeur et non pas son ancien ami. Elle n'avait pas le droit se montrer faible face à lui. Il pouvait très bien avoir des soucis suite à son agissement et elle n'était pas l'optique de lui causer des soucis. Ce n'était pas du tout dans ses intentions. Alors qu'elle croisa de nouveau son regard, elle vit sa main s'approcher de son visage. Il n'ajoutait rien,pas un mot, mais il continua à la regarder. Elle ne savait pas ce qu'il pensait à cet instant mais avant qu'elle soit chamboulée par des questions, il s'approcha d'elle. Elle n'eut le temps de réfléchir à ce qui se passait, qu'il venait tout simplement de déposer ses lèvres sur les siennes à son tour. Riley sentit alors des nombreux frissons naitre au creux de son ventre et s'emparer de son corps. Le contact de ses lèvres avait des allures d'une gourmandise pour cette dernière. Elle se disait que désormais elle aurait bien du mal à s'en passer. Elle se sentait à ce moment parfaitement bien et elle se contentait d'apprécier ce doux moment. Elle l'avait tant imaginé dans le passé et elle devait avouer qu'il était aussi parfait que dans ses rêves.

C'était cet instant qui marquait les mémoires. C'était ce moment qui marquait les esprits. Cet le changement dont elle avait besoin dans sa vie. Riley se trouvait à cet endroit qu'elle avait fréquenté durant de nombreuses années allait être le point de départ d'un nouveau tournant dans sa vie. Elle espérait désormais naïvement que tout ceci serait peut-être le commencement d'une nouvelle histoire. Elle n'y avait jamais songé ses derniers temps tout simplement car elle ne ressentait pas l'envie d'être de nouveau avec quelqu'un. Cependant à cet instant elle n'avait qu'une envie, que tout ceci prenne une tournure plus sérieuse qu'un simple baisé. Elle ne voulait pas que tout s'arrête aussi rapidement que cela avait commencé. Robyn, elle le connaissait depuis des années. Elle avait appris à le connaitre, et à cerner la personne qu'il était. Elle avait fini par en tomber amoureuse le plus simplement du monde. Et désormais elle avait la possibilité de vivre quelque chose de nouveau avec lui, et il était hors de question pour elle de passer à côté de cette chance. Si bien qu'elle prit son courage à deux mains afin de mettre les choses aux claires. « Et maintenant il se passe quoi? Pour toi c'était juste un moment d'égarement ? » Elle voulait savoir si de son côté il aurait la possibilité qu'il envisage un avenir à ses côtés. Elle ne connaissait pas réellement le règlement concernant les relations étudiants/professeurs mais elle se doutait que ça serait un frein pour lui. C'était tout à fait compréhensible qu'il fasse passer sa carrière avant elle. Après tout elle ne pouvait pas garantir leur relation. « Je ne veux pas que tu te sentes obliger de quoi que ce soit.» Elle se voulait rassurante, elle ne savait nullement qu'elle était son avis sur la situation actuelle. Il devait être aussi perdu qu'elle, même si de son côté elle savait que Robyn avait toujours été son évidence. Son baisé était un signe qu'il avait lui aussi un doute sur la question, elle ne savait pas exactement ce qu'il ressentait pour elle mais elle savait que de sa part cela avait forcément une signification. Elle devait avoir une place spéciale à ses yeux et elle espérait qu'elle aurait autant de poids que celui qu'elle lui donnait. Ils avaient enfin cette chance de vivre quelque chose, il fallait juste qu'il prenne ce risque car de son côté elle prête à déplacer des montagnes. Il en valait la peine,et elle le savait très bien.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Mer 14 Nov - 17:08



« L’univers est suspendu à un baiser, l’univers tient dans un baiser. »


Robyn avait enfin osé. Il avait enfin déposé ses lèvres sur celles de Riley. Passant la main sur son doux visage froid, il savourait cet instant encore plus qu’il ne l’aurait pu espérer. Quelque chose bourdonna dans son cœur et un frisson lui parcourra l’échine. Jamais, oh grand jamais il n’aurait pensé apprécier autant cette sensation. Il faut dire que l’homme n’a jamais eu le pouvoir d’éprouver cette sensation. La seule personne avec qui il s’était lié intiment était son ex-femme, jamais il n’en avait connu d’autres, et même s’il avait été terriblement amoureux, il avait compris qu’il y avait bel et bien une différence entre les baisers qu’il avait pu partager avec elle, le sentiment de réciproque. Riley semblait dans un état semblable ce qui le perturba quelques instants mais qui finit par le satisfaire, il était heureux qu’elle ne le repousse pas. Au départ, il avait hésité, pour un tas de choses, d’abord parce que c’était Riley, femme qu’il connaissait depuis bien des années, et parce qu’aujourd’hui c’était une élève et lui un professeur, ce qui faisait une barrière de plus. De plus, la jeune femme avait pu l’embrasser par erreur, comme ça, parce que c’est un jeu ou parce qu’elle en avait éprouvé l’envie. Pendant les quelques secondes qui défilèrent entre le baiser qu’elle avait déposée sur ses lèvres et celui que Robyn allait lui donner, il se demanda bien ce qu’il faisait, à cet instant précis. Avec les années, le jeune Collins avait appris qu'un rien pouvait avoir de tonnes de conséquences, il avait retenu la leçon après bien des péripéties, comme la fois où il s’était fait viré pour avoir soit disant abusé d’une élève, alors qu’il ne l’avait même pas touché et s’était contenté de la repousser, d’ailleurs, il faudra un jour ou l’autre qu’il en parle à la jeune blonde, ce qui l’enchantait guère. Bref il avait appris à réfléchir avant d’agir, à mesurer ses gestes, et il savait que s’il rendait le baiser à la demoiselle, il serait obligé de prendre une décision, d’en parler plus tard avec elle, jamais il ne pourrait enlever cet acte de sa mémoire. Déposer ses lèvres sur les siennes était également un moyen de se rassurer, à vrai dire il n’était pas sur de ses sentiments, pas envers Riley, non, envers lui. Il appréciait beaucoup celle-ci, certainement un peu trop, cependant, il n’était pas vraiment rassuré à l’idée de s’engager à nouveau, il avait tout simplement peur de souffrir un jour ou l’autre. C’est tout ce qui s’était passé au creux de sa caboche durant ses quelques secondes, tout avait défilé à une de ses vitesses… la première fois qu’il l’avait connue, les sorties avec elle et son frère, son mariage où elle lui avait ses sentiments, tout une vie en quelque sorte, en une fraction de seconde. Si bien que son cœur se serra à lui couper le souffle juste avant le baiser.

Et voilà où ils en étaient, tous les deux à se toiser du regard, ayant profités d’un baiser qui leur avait emplit le cœur de bonheur, mais si celui-ci ne durait qu’un temps. Avalant sa salive avec difficulté étant donné que sa gorge était des plus sèches, il ne savait quoi dire, tout d’abord parce qu’il était encore accroché à ses lèvres, enfin dans son subconscient, et parce qu’il ne voulait pas rompre ce moment. Bon il y avait aussi le fait qu’il était paumé dans ce genre de situation, mais ne cassons pas le romantisme. « Et maintenant il se passe quoi? Pour toi c'était juste un moment d'égarement ? » Apparemment Riley était dans le même état d’esprit que lui, cependant elle se montra vive alors que lui se perdait et n’arrivait pas à se dépatouiller pour trouver une phrase convenable. Robyn ouvra alors sa bouche, restant coi, aucun son ne voulant sortir, et c’est certainement pour cela qu’elle enchaîna « Je ne veux pas que tu te sentes obliger de quoi que ce soit. » Même si elle se voulait rassurante, Robyn pu apercevoir une lueur d’appréhension dans son regard, de panique. Fermant la bouche histoire de ne pas gober les mouches, il respira longuement, posant une main sur la sienne, fixant celles-ci. « Ecoute Riley… tu me connais, tu sais que ce qu’il vient de se passer n’est pas anodin pour moi. Je ne sais pas ce que tu attends de moi, mais quoi que tu décides je me plierais à ton choix. Si je t’ai embrassé, c’est parce que j’en avais envie, que j’en avais le besoin, et pour m’excuser de t’avoir laissé tomber le jour de mon mariage parce que j’aurais dû être là pour toi, j’aurais dû rester avec toi ce jour-là… » Il laissa alors un léger blanc s’installer, histoire de reprendre son souffle pour ne pas hoqueter. « Tu sais… si j’ai demandé à Hélène de m’épouser c’est parce que j’avais peur de ce que je pouvais ressentir envers toi, oh je ne dis pas que c’est à cause de toi seulement… Avec elle ça n’allait plus, je la soupçonnais déjà de me tromper, mais je ne voulais pas le comprendre tout simplement. Ça allait mal alors j’ai cru qu’en lui offrant un beau mariage et peut être des enfants ça irait mieux, que je serai heureux, et que je ne penserais plus à toi, parce que j’avais l’impression d’être infidèle, de faire du mal à quelqu’un si je pensais à quelqu’un d’autre qu’Hélène. Et puis il y a eu ce fameux soir du mariage ou tu m’as tout avoué, c’était réciproque seulement… j’ai eu peur et j’ai été lâche, je n’ai pas voulu tout abandonné sur le coup, ça aurait voulu dire que j’avais fait tout ça pour rien, je n’ai donc pas céder, et je l’ai regretté crois-moi. » Il reprit à nouveau sa respiration, plongeant son regard dans le sien après avoir fermé les yeux « Je suis désolé de te raconter tout ça, je dois t’embêter, si sa se trouve ce baiser vient trop tard pour toi… enfin bref, oublie et excuse-moi… »


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Dim 18 Nov - 16:18

Nulle doute que tout ceci n'était prévu, si bien qu'ils étaient aussi perdus l'un que l'autre. Cherchant une réponse dans son regard, Riley avait peur d'y trouver une réponse qu'elle n'attendait pas. Elle avait beau le connaît depuis des années, voir presque toute sa vie elle savait très bien qu'au fond d'elle que rien n'était sur. Elle se doutait très bien qu'il y'avait une part de mystère en lui qu'elle avait encore bien du mal à saisir. Néanmoins Riley trouvait cela attirant, il avait quelque chose de magnétique en lui. Assise sur ce banc, elle attendait patiemment ce qu'il allait lui répondre. Elle savait désormais qu'elle avait une deuxième chances et qu'elle ne l'aurait surement jamais de nouveau. Ils avaient fait tout les deux des erreurs dans le passé mais cela les avaient faits grandir et avancer. Elle s'était faite à l'idée qu'ils ne seraient surement jamais ensemble, ils ne vivaient déjà pas dans le même pays ... Pourtant à cet instant elle pensait que tout était possible et elle n'arrivait pas à enlever cette idée de son esprit. « Écoute Riley… tu me connais, tu sais que ce qu’il vient de se passer n’est pas anodin pour moi. Je ne sais pas ce que tu attends de moi, mais quoi que tu décides je me plierais à ton choix. Si je t’ai embrassé, c’est parce que j’en avais envie, que j’en avais le besoin, et pour m’excuser de t’avoir laissé tomber le jour de mon mariage parce que j’aurais dû être là pour toi, j’aurais dû rester avec toi ce jour-là… Tu sais… si j’ai demandé à Hélène de m’épouser c’est parce que j’avais peur de ce que je pouvais ressentir envers toi, oh je ne dis pas que c’est à cause de toi seulement… Avec elle ça n’allait plus, je la soupçonnais déjà de me tromper, mais je ne voulais pas le comprendre tout simplement. Ça allait mal alors j’ai cru qu’en lui offrant un beau mariage et peut être des enfants ça irait mieux, que je serai heureux, et que je ne penserais plus à toi, parce que j’avais l’impression d’être infidèle, de faire du mal à quelqu’un si je pensais à quelqu’un d’autre qu’Hélène. Et puis il y a eu ce fameux soir du mariage ou tu m’as tout avoué, c’était réciproque seulement… j’ai eu peur et j’ai été lâche, je n’ai pas voulu tout abandonné sur le coup, ça aurait voulu dire que j’avais fait tout ça pour rien, je n’ai donc pas céder, et je l’ai regretté crois-moi. Je suis désolé de te raconter tout ça, je dois t’embêter, si sa se trouve ce baiser vient trop tard pour toi… enfin bref, oublie et excuse-moi… »

Citation :
flash back
Riley était assise sur l'une des chaises tout en ayant le regard fixer sur la piste de danse. Elle regardait Hélène, cette femme magnifique avec une robe de mariée somptueuse qui avait du couter une fortune. Prenant une nouvelle fois une bouchée de sa part de la pièce montée, son regard se perdait une nouvelle fois dans les détails de cette robe d'une blancheur éclatante. Perdues dans ses pensées, elle ne pouvait expliquer la tristesse qui l'envahissant alors à ce moment. C'était une drôle de sensation sur laquelle elle ne pouvait mettre de mots. Elle se sentait à cet instant si seule ... cette amertume devenant alors trop pesante pour elle si bien qu'elle décida d'aller faire un tour afin de savoir ou pouvait se trouver Matthew. Alors qu'elle était sur le point quitter la sale de réception, Robyn s'approcha d'elle. Sans qu'elle ne sache pourquoi un sourire radieux illumina son visage à ce moment là. Il lui proposa alors de lui accorder une danse, ce qu'elle accepta avec plaisir. Se plaçant alors au centre de la piste , ils commencèrent alors à danser sur une musique douce. Tous deux timides, aucun des deux n'oser parler durant cette valse. Le silence était comblée par la musique qui avait envahit le lieu. Croisant le regard de Robyn la belle blonde eut un sourire embarrassée. « C'est étrange que je me retrouve ici, surtout avec toi. » dit-elle avec une pointe de gène. Détournant son regard de lui, elle se concentra sur l'ensemble des invités qui se trouvaient dans la salle. Ils montraient tous des signes fatigues, si bien que certains dormaient presque sur leurs chaises. Sentant la main de Robyn sur son dos, elle ne pouvait s’empêcher de sentir des frissons naîtrent au creux de son ventre. Fermant un instant les yeux pour se ressaisir, elle entendit alors la voix de Robyn s'adresser à elle. « Pourquoi dis-tu cela ? » dit-il intriguer. Riley souria alors avant de le regarder de nouveau. Plongeant une nouvelle fois son regard dans le sien. « Tout simplement d'aussi loin que je me souvienne, j'étais toujours été amoureuse de toi. C'est surement pour cela que ma présence ici est assez étrange. Voir la personne qu'on aime en épouser une autre, c'est assez délicat comme situation ... tu ne trouves pas ? » dit-elle calmement. Elle aurait pu être de morte de panique suite aux paroles qu'elle venait de prononcer, pourtant ce ne fut pas le cas. Au contraire elle se trouvait sereine et libéré d'un poids qui pesait sur ses épaules. Elle avait eu enfin le courage de lui avouer ses sentiments même si désormais tout était trop tard. Il allait débuter sa vie avec Hélène pendant que de son côté elle allait construire la sienne. Alors qu'il cherchait des mots pour lui dire quelque chose suite à sa déclaration, la belle mariée arriva vers eux. « Je peux t'emprunter mon charmant mari? » lui demanda t-elle en affichant un splendide de sourire. « Il est tout à toi. » répondit Riley avant se laisser la place à la jeune mariée. S'éloignant alors de la piste de danse, elle se résolue à dire adieu à son passé. Il était trop tard désormais, cela faisait bien longtemps qu'il l'avait choisit.

Elle était assez surprise par tout ce qu'elle venait d'entendre. Elle ne s'attendait pas à ce que Robyn ait pu ressentir de tellement sentiment pour elle depuis autant d'années. Elle savait qu'elle avait une place importante dans sa vie mais elle n'aurait jamais pensé qu'elle l'était autant. Elle ne savait plus réellement quoi penser de la situation ni quoi dire à vrai dire. Ce n'était pas évident de se dire qu'elle avait eu le cœur brisé alors que leurs sentiments étaient apparemment réciproque. Cependant elle ne voulait pas passer à côté de lui une nouvelle fois. Ils étaient peut-être juste trop jeune, du moins elle l'était. Si bien qu'elle décida de ne pas lui en tenir rigueur, ça serait juste une idée totalement stupide de sa part. Posant sa main froide sur la sienne, elle sombra alors dans son regard. « On ne peut pas changer le passé, mais je sais que mon présent je veux le partager avec toi. Il faut juste que tu sois prêt, car je pense que cela demandera énormément de sacrifice de notre part vu la situation. » Elle parlait bien évidemment du fait qu'il était professeur,et qu'elle n'était encore qu'une élève. De plus elle avait une position important au sein de l'université ceux qui supposait que les choses seraient encore plus compliquées. Caressant alors son visage du bout de ses doigts fins, un sourire irradia son visage. « Sache que rien n'est jamais trop tard si on le souhaite. » finit-elle par ajouter.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Robyn A. Collins »


~ Dépot de candidature : 08/08/2012
~ Bavardages : 142

~ Job : Professeur d'histoire & de Français
~ Gps : DTC ?


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Sam 24 Nov - 23:40



« Les sentiments que nous feignons, nous finissons par les éprouver. »


Robyn a toujours été quelqu’un de réservé, pas du tout sûr de lui, le genre d’homme qui plait aux femmes parce qu’ils les font rire avec des maladresses, oui Robyn était de ce genre-là. Si bien que lorsqu’une fille s’intéressait un tant soit peu à lui, il était du genre à fondre littéralement, à lui accorder tout ce qu’elle désirait. Naïf ? Peut-être oui mais il a surtout un cœur d’artichaut, et certainement un peu trop généreux. Hélène était la femme qu’il convoitait depuis le lycée, il la connaissait depuis la maternelle même si ils n’étaient pas de la même classe. Papa médecin, maman ancienne danseuse étoile, et à côté de ça les parents de Robyn qui triment comme caissière et entrepreneur pour ne pas dire simple ouvrier. Et un beau jour, cette femme lui accorda alors de l’attention, lui montrant de l’intérêt et un sentiment qui pouvait sembler à celui de l’amour, seulement ce n’était pas le cas. Robyn se souviendrait toujours de sa demande en mariage pitoyable, un genou à terre dans le salon de leur petite habitation, une bague d’un prix ne dépassant pas deux zéros, cherchant ses mots devant les yeux de la femme brune, ébahie pour ne pas dire totalement ailleurs. Se marier avec elle a été certainement la plus grosse erreur de sa vie, et pourquoi ? Parce que pour la famille de Robyn, le mariage représente l’amour, l’union jusqu’à ce qu’une personne décède, et non un moyen de rattraper une femme qui daigne vous montrer ne serait-ce qu’une once d’intérêt. Lorsqu’il avait entamé son discours, le jeune Collins avait comme des flashbacks qui s’imprégnaient dans son esprit, il revoyait sa rencontre avec cette femme qu’il détestait aujourd’hui, il voyait les moments qu’il avait passé avec elle, et il faut avouer qu’il eut un pincement au cœur, non pas parce qu’il est toujours amoureux d’elle, ce qui est complétement faux, non, simplement parce qu’aujourd’hui il se rend compte que ces moments ont été du temps de perdu, et peut-être du temps perdu en compagnie d’une autre personne. Levant le regard sur Riley, sa main descendant vers la sienne, il ne savait quoi dire à par s’excuser et souhaiter qu’ils rattrapent le temps en question. Elle devait le prendre pour un fou, il venait tout de même de lui avouer qu’il avait des sentiments pour elle depuis des années, et pourtant, cela ne lui a pas empêché de lui briser le cœur. Un frisson parcouru l’échine du jeune homme qui résista à la douleur psychologique qu’il s’infligeait en ce moment même. Mis à part que ce soit quelqu’un de très intelligent et très conciliant avec les autres quant il faut les aider, Robyn est le nec plus utlra de l’auto torture au niveau psychologique. C’est un homme qui ne cesse de repenser au passé, se disant qu’il aurait pu faire ça, ou encore cela, son père lui disait toujours qu’avec des Si, on pouvait refaire le monde. Il n’avait pas tort au fond, mais Robyn a toujours été quelqu’un de très destructeur envers lui-même, de très pessimiste et surtout emplit de regrets.

D’ailleurs à cet instant, lorsque Riley plongea son regard dans le sien, posant sa main froide sur celle qui était déjà sur ses genoux, son esprit se remit à vagabonder sur un souvenir douloureux, son mariage. Cependant, même si ce souvenir lui arrachait la poitrine, un léger sourire apparu sur son visage, il se remémora la danse qu’il avait faite avec Riley, ce soir-là, elle n’y avait pas été de main morte et avait tout avoué, le jeune homme se souviendrait toujours de ses mots. Sur le coup il n’avait pas su quoi dire, pourquoi ? Tout simplement parce qu’il imaginait le futur qu’il n’aurait jamais, celui où il serait avec Riley et Matthew qui serait enfin heureux pour lui. D’ailleurs celui-ci avait d’abord refusé d’assister à la cérémonie parce qu’il détestait Hélène, et peut-être parce qu’il connaissait les sentiments de sa sœur à l’égard du jeune marié. Bref, si Robyn était resté pétrifié, son regard éteint dans celui de Riley, la bouche légèrement entrouverte tel un sôt, c’est parce qu’il ne se doutait pas que les sentiments qu’il éprouvait envers la jeune femme étaient réciproques. Pour lui, cette relation n’était qu’utopie, elle était forcément trop bien pour lui, et il n’était pas son genre, et puis il y avait Hélène et … Et oui, c’est à ce moment-là qu’Hélène arriva et interrompu la danse, ce qui était à prévoir étant donné qu’elle détestait Riley, la seule technique pour qu’elle assiste au mariage a été de payer à cette femme vénale une magnifique paire de boucles d’oreilles qui ont coutées trois mois de salaire à Robyn. Perdu dans ses pensées pendant que sa femme l’obligeait presque à danser tout en le questionnant au sujet de cette conversation, Robyn posa alors son regard sur Riley qui filait à l’italienne, sans se retourner car il savait qu’il ne la reverrait plus.

Le regard de Robyn devenu vitreux, et c’est pour cela qu’il ferma les yeux quelques secondes. Cette vague de souvenirs qui le hantait lui déchirait le cœur. Il avait fait tellement d’erreurs, fait souffrir tellement de gens, dont certains lui manquaient terriblement, comme Matthew qui n’était plus de ce monde. Certains hommes rigoleraient de la sensibilité qu’éprouve Robyn au sujet de cette histoire, parce que ce n’est que de l’amour et qu’eux ont certainement tués plus d’hommes qu’embrassés de femmes, cependant le jeune Collins pense que l’amour est une vertu importante de la vie, et qu’il a le droit d’être sensible si bon lui semble merde ! « On ne peut pas changer le passé, mais je sais que mon présent je veux le partager avec toi. Il faut juste que tu sois prêt, car je pense que cela demandera énormément de sacrifice de notre part vu la situation. » Riley connaissait tellement Robyn qu’elle avait dû comprendre qu’il se torturait à ce moment même, et c’est pour cela qu’il se mit à sourire. La jeune femme caressa le visage froid de Robyn qui frissonna à se contact, elle afficha alors à son tour un large sourire tout en ajoutant « Sache que rien n'est jamais trop tard si on le souhaite. » Cette phrase lui redonna du baume au cœur, si bien qu’il déposa un baiser furtif sur ses lèvres avant de la prendre dans ses bras, l’enlaçant tendrement, murmurant simplement une phrase peut-être absurde mais qui voulait tout dire pour lui « Tu m’as manqué Riley… ».



▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


ROBYN ANDY COLLINS
« Who wants to regain his youth, has only to resume his follies, follies are the only things you'll never regret. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   Dim 9 Déc - 11:37

Elle n'aurait jamais pensé en arriver là. Cette sensation de bonheur qui l’envahissait, elle ne l'avait pas connue depuis de nombreuses années. Elle se cachait souvent derrière un sourire afin de ne pas éveiller les sous-ponçons. Les dernières années de sa vie ne l'avait pas épargnée, elle avait du grandir malgré elle. Elle n'avait jamais eu cette envie de ressembler à une femme, accompagnée de toutes les contraintes auxquelles elle devait faire face. Cependant elle n'eut pas le choix, et son élection en tant que présidence l'a propulsa rapidement dans ce monde. Elle avait du dire adieu à son insouciance, et faire un point sur son passé. La belle blonde avait du reconnaître ses erreurs et ce n'était pas évident pour elle. Mais surtout elle ne se pardonnerait jamais de s'être éloigner de son frère. Elle ne pouvait rien faire pour changer le passé et il était insupportable pour elle de se dire qu'elle ne pourrait jamais corriger son erreur. Si bien qu'elle souffrait énormément chaque jours, elle avait finie par ne plus s'en rendre compte tellement elle était habituée à cette douleur. Elle souriait par automatisme, elle souriait pour ne pas qu'on lui pose de questions. Mais elle ne pouvait pas retenir ses larmes, une fois seule, seule face à ses erreurs. Elle s’effondrait le temps d'un instant avant de reprendre cette course qu'était devenu sa vie.

Pourtant près de Robyn elle se sentait apaisée. Elle ne savait pas comment, mais elle était bien avec lui. Il était tout ce qu'elle avait toujours désirée au fond d'elle, mais elle ne pensait pas qu'elle méritait un tel homme. Il avait tellement de qualités, et il était si tendre avec elle. Les moments passaient en sa compagnie semblait si naturels. C'était comme si tout les deux c'était une évidence, ils étaient faits pour être ensemble, il était la personne qui était destiné à lui rendre le sourire et à apaiser ses plus grandes peurs. Se blottissant dans ses bras, la belle blonde vint chercher une nouvelle ses lèvres. Les déposants le plus simplement du monde sur les siennes durant un instant. Elle appréciait ses premiers moments car elle se doutait qu'à l'avenir tout ne serait pas aussi facile. Elle était une élève, lui un professeur. Si bien qu'elle se doutait que le situation allait se compliquer très rapidement. Néanmoins elle savait qu'elle était prête à tout pour lui. Rien ne lui faisait peur désormais, elle était prête à se battre pour eux. Et elle était prête à tout sacrifier pour cette relation , car elle le savait au fond d'elle ... Robyn était tout simplement l'homme de sa vie.

« Tu m’as manqué Riley… ». Affichant un sourire à cette phrase, la jeune femme glissa ses doigts entre les siens. Elle se sentait bien et elle n'avait besoin de rien de plus à cet instant. Naïvement elle pensait que tout était possible pour eux deux à cet instant . Alors qu'elle fermait les yeux pour apprécier ce moment, elle entendit des voix s'approcher d'eux. Elle se redressa instinctivement pour savoir d’où ses bruits venaient et elle comprit très vite que certains avaient décidés de faire durer la soirée dans ce lieu. « Je pense qu'on devrait s'en aller. » lui murmura t-elle à l'oreille avant de lui prendre la main. Ils descendirent prudemment les marches même si leurs pas restèrent assez rapides. Ils finirent par arriver dans un endroit à l’abri des regards. Riley se retourna vers Robyn puis elle l'embrassa tendrement une dernière fois,rapprochant son corps du sien. « On va devoir se quitter ici. » dit-elle avec une pointe de tristesse. Elle savait qu'elle ne pouvait pas plus s'attarder avec lui, sachant que ses sœurs finiraient par se poser des questions. Elle savait déjà qu'elle avait du susciter les commérages rien qu'en partant avec un professeur et elle voulait tout faire pour préserver leur relation désormais. Riley le savait, celle ci était fragile donc elle allait devoir en prendre soin. « On essayera de se voir dans la semaine. » dit-elle avant de lui déposer un baiser sur la joue. Puis elle finit par s'en aller , telle Cendrillon après son bal lui jetant un dernier regard avant de se confondre avec l'obscurité.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: « & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY   

Revenir en haut Aller en bas
 

« & Cendrillon tortura son prince au bal... » ▬ RILEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cendrillon, à la rescousse (ou pas^^)
» Cendrillon a quelques problèmes
» Cendrillon...
» Cendrillon - Pure Sang Arabe de 4 ans :) [VALIDEE]
» Il était une fois... Cendrillon et le Vampire ! [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: Sportive Complex :: Brown Stadium-