LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 Taking care to look behind you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


« Invité »



MessageSujet: Taking care to look behind you   Mar 17 Avr - 12:09

Code by Holliday
ღ NOTHING BETTER FEELING ღ



    Si au jour d'aujourd'hui, j'ai retrouvé une ligne qui entre plus dans le moule formaté de notre société, ce ne fut pas toujours le cas. A l'époque de Providence collège, j'arborais des rondeurs qui me valurent quelques années un peu troubles. A l'époque, je me fichais un peu du regard des autres, même si les remarques pouvaient être parfois blessantes. Mais, elles ont au moins eu le mérite de m'endurcir. Je n'ai pas fais de régime particulier ou dépensé les sous de papa et maman pour passer sous le bistouri d'un magicien de la chirurgie. Si aujourd'hui, je suis devenue ce que je suis, je ne le dois qu'à mes propres efforts et oui j'en suis fière. Pourquoi ne le serais-je pas? On ne le pense pas aux premiers abords, en me voyant avec cet air hautain, cette apparence classieuse... Mais je suis une grande sportive. Je suis même plutôt douée. C'est comme pour les études, jamais les étudiants de Brown ne se douteraient que je suis douée pour les sciences, ce n'est même pas la voie que j'ai choisie. Mais je ne sais pas, me faire passer pour une ravissante idiote blonde est un petit jeu qui me convient parfaitement. Seulement tout ce que je suis aujourd'hui, ne sont que des airs, rien que du flan. Seule June sait qui je suis réellement. C'est dingue, elle espère toujours et encore si fort aujourd'hui que je vais redevenir l'ancienne Reyne. Celle qui se faisait apprécier de tous, qui était avenante, qui rendait toujours service. Mais dans le fond cette ancienne Reyne ne m'a jamais apporté rien de bon. Je me suis mise à penser que le monde, la vie ne souriait pas aux gens trop gentils.

    Je fais partie de l'équipe de cheerleading de Brown. Pour certains, ça paraît assez frivole mais ils se trompent. C'est un sport qui demande énormément de maîtrise et d'entraînement. Les cabrioles que nous devons exécuter sont parfois périlleuses et demandent un niveau élevé de gymnaste. Puis me dépenser me permet d'évacuer toutes les mauvaises toxines que je fais ingurgiter à mon corps depuis quelques mois maintenant. J'étais tranquille sur le terrain du magnifique stade de Brown, endroit où j'aimais souvent me retrouver. Pas un seul instant, mon regard ne se perdit aux alentours, pas une seule seconde je ne m'étais rendue compte qu'un regard était posé sur moi. J'étais bien trop occupée à exécuter quelques saltos pour amuser la galerie de mes compagnes de cheer'. De toute manière, chaque fois que je m'entrainais, je ne faisais pas attention aux gradins ou encore à l'équipe de foot qui s'entrainait ou comme les filles qui viennent baver devant les mâles en sueur. Ce passe-temps là n'était pas primordial à mes yeux. Pourtant, je ne sais pas alors que je discutais avec les filles, je me sentis envahie d'un frisson étrange. Comme une onde négative autour de moi. Mon regard se perdit alors aux alentours, mais le stadium était loin d'être vide alors c'est certain, il ne devait pas y avoir qu'un seul regard dirigé vers nous. Je haussais alors les épaules en reprenant mes activités comme si de rien était!




Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Rafael P. Seacrest »


~ Dépot de candidature : 27/03/2012
~ Bavardages : 955

~ Gps : Au Comi Con déguisé en Deadpool


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
14/20  (14/20)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
12/20  (12/20)
MessageSujet: Re: Taking care to look behind you   Dim 22 Avr - 12:06

"J'sais pas Patch, trouve-toi une copine. Une qui dure..." A ses dernières paroles, je toisais machinalement Benji d'un regard bien pensif et las. S'il savait la vérité, il m'en voudrait certainement de l'avoir trainé jusqu'ici un dimanche après-midi. Après quelques instants de réflexion, je sortis de ma torpeur pour finalement lui avouer que je n'avais pas l'intention de me lier outre mesure avec l'une de ses étudiantes superficielles. J'avais bien remarqué qu'il dévorait du regard les iotas en contre bas, chose que je faisais aussi mais pour une raison bien différente. Depuis une bonne demi-heure je les observais tour à tour, une par une, cherchant à m'imprégner de leurs manies et de leurs tics. Si j'avais jusque là patienté bien sagement en ce qui concernait la chearleader encourageant notre équipe, ce n'était que par pure aversion. Il fallait attendre le bon moment, attendre qu'elle soit méprisée de tous avant de lui porter le coup de grâce. Reyne n'était déjà pas beaucoup estimée des joueurs même si, il fallait bien l'avoué, elle remplissait son rôle de supportrice à merveille, bougeant son cul comme une reine devant les supporters. Dans le genre blonde immature qui ne voit que son nombril, on ne pouvait rêver mieux que la Mzelle Campbell." Salope...". " Pardon?? " Benjamin s'était retourné et me questionnait de son regard incrédule. " Depuis quand tu craches sur une meuf? Même un peu blonde ça reste bai..." " ARRÊTE! " Je l'avais stoppé dans son élan. Rien que l'idée de toucher à l'une de ses garces me répugnait. Je haïssais la plupart d'entre elles pour leur caractère belliqueux et moqueur. La plus grande majorité se trouvaient belles, intelligentes, se vantaient d'être manipulatrices, les meilleurs dans leurs spécialités. Vantardes, Manipulatrices, menteuses, médisantes, sournoises, capricieuses, prétentieuses et mythomanes... Il suffisait de remplir quelques uns de ces critères en plus d’être belle et soi-disant intelligente et vous étiez catapultée chez les Iotas. Tout en sachant qu'il en fallait très peu pour les doubler sur le plan intellectuel.

J'étais donc resté là le cul rivé sur les gradins comme bon nombre de sportifs en manque d'adrénaline. On aurait tout aussi bien pu s'entrainer de notre coté pour casser la gueule à l'oreiller en fin de soirée. Mais le coach Hopper nous avait assignés au repos forcé en vue d'un match que nous ne pouvions que gagner. Personnellement, je me faisais chier. Je ressentais le besoin d'en faire une, d'épater la galerie. J'étais venu ici avec une idée précise, laissant cette histoire de portable momentanément de coté. Aller, j'étais décidé. " Amène toi, j'ai une surprise ". J'avais en quelques mots attisé la curiosité de Benjamin qui s'était levé et me suivait à présent entre les gradins. Nous descendîmes jusqu'aux vestiaires où il me stoppa net d'une main sur l'épaule." Tu plaisantes là? " Je me retournai, l'œil pétillant et plein de malice, lui adressant un sourire mesquin puis poussai la porte des féminines sans plus réfléchir. Le jeune fullback suivit, un peu plus craintif que son devancier, et investigua sur les propriétaires des différents casiers entrouverts. C'est beau la confiance entre iota. De mon coté j'étais déjà en train de fouiller dans les affaires de " Kathleen Devron", comme indiqué sur la porte métallique. Je ne la connaissais que de vue, une pompon-girl défendant nos couleurs, iota aussi bien évidemment, mais qui s'était embarquée dans un voyage ludique jusqu'à la fin du mois." Tu prends, tu te sers. Tiens passe moi des élastiques, tu seras mignonne " . Il me regarda un long moment dans ma transformation, amusé au début puis de plus en plus consciencieux lorsqu'il fit de même à son tour.

Dix minutes plus tard, décolletés rembourrés au max et jupes à ras la touffe, nous étions enfin prêtes à passer à l'acte. Deux splendides caricatures des IPN allaient bientôt débarquer sur le terrain. Dans l’embrasure du stade, nous les regardâmes une dernière fois dans leurs enchainements, hésitant sur nos prochains mouvements. Visiblement un peu trop forts en gueule, nous avions présumé de notre courage. Nous échangeâmes un dernier regard puis Benjinette sortit de son mini short un ipod qu'il me tendit. J'étais un peu écœuré, imaginant jusqu'où le mp3 avait trainé mais je le pris de bon cœur pour écouter un titre nous remettant du baume au cœur. ♬ This is the part of me... that you're never... ♪♩ Let's go... Dans un rayon de soleil, deux paires de jambes velues piétinèrent le gazon, deux silhouettes disproportionnées aux galbes abusés se dirigèrent vers le petit groupe. Nous nous arrêtâmes près d'elles, à un ou deux mètres des visages étonnés pour commencer comme si de rien n'était notre échauffement. Quitte à pousser le vice jusqu'à son paroxysme, nous adoptâmes une voix aiguë tout en se dandinant, en les épiant toujours discrètement . " Oh my GOD Rafina. T'as vu, t'as raté ton épilation. C'est une CA-TA ! " L'une d'entre elles à coté explosa de rire. Pour apprécier ouvertement notre humour décalé devant ses bouches en cul de poule, elle devait forcément faire partie d'une autre confrérie...

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Shinedown - - I'm Alive So you were 6 feet underneath me, I felt the pulse, I swear you moved, You're digging deep, deep down And recognized how much you had to lose


Dernière édition par Rafael P. Seacrest le Dim 29 Juil - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Taking care to look behind you   Mar 24 Avr - 13:17


Rien ne laissait présumer de la suite des évènements. J'étais tranquillement retournée à mes occupations délaissant le mauvais pressentiment qui m'avait envahie quelques minutes auparavant. Comme un espèce de sixième sens qui me prévenait qu'une tuile aurait pu me tomber sur la tête cette après-midi. Je n'avais pas remarqué les regards assassins que me lançais un gars de l'université, d'ailleurs je ne le connaissais ni d'Eve ni d'Adam et je n'imaginais pas une seule seconde l'aversion qu'il semblait avoir à mon égard. Comme beaucoup de gens sur cette planète, on attache plus d'importance à la couverture d'un livre qu'à son contenu réel. Avec le temps, les années et les désillusions, j'avais appris qu'il fallait toujours te méfier, même de tes amis les plus proches car même ceux-là sont capables de vous planter un couteau bien profondément dans le dos. Mensonges, fausses paroles, intérêt, un tas de chose qui finalement prouvait bien souvent la fausseté des gens. Si à l'heure actuelle, je n'avais plus confiance au sujet des rapports relationnels et des amitiés, je savais à qui je le devais. On ne m'y reprendrait plus . Trop bonne, trop conne! Dans tout ça les mecs étaient encore les pires, chez eux aucune parole ne tient la route, ce sont des êtres en dehors de toute logique.

Si les filles sont mesquines, les mecs eux sont tous des faux-culs, prêts à te dire n'importe quoi pour t'embobiner et si ça à le malheur de ne pas tourner comme bon leur semble, ils n'hésitent pas à te planter tout court. Soit belle et tais-toi Reyne! Soit un peu plus comme-ci, un peu moins comme ça, oh et tu ne m'écoutes jamais, blablablabla ainsi de suite. Je l'avais déjà vécu et pas qu'une fois. Aujourd'hui j'avais dit stop, c'est bon. C'est No Way, point barre! Je venais de rejoindre le petit attroupement des filles de l'équipe et nous discutions du prochain enchaînement que nous allions prévoir pour le match qui approchait à grands pas. Quand soudainement, elles se mirent toutes à glousser comme des poules en chaleur. Je n'avais pourtant rien dit de marrant, non? Mais leurs regards semblait fixer un point derrière moi. Lentement, je retourne ma tête pour cibler la source de leur moquerie. Deux malabars déguisés en pom-pom girl semblaient vouloir se la jouer moqueurs. PATHETIQUES! Un sourire sournois naquit sur mon visage. Ah, comme ça ils voulaient s'amuser un peu? Grand bien fasse, on allait bien se marrer!


Je me retournais pour leur faire face et d'un claquement tonitruant de mes deux mains, je ramenais mes compagnes de Chearleading à un peu plus de calme. Voyons, voyons les filles, un peu de calme ce n'est pas bien de se moquer de la pilosité abondante de cette chère Rafi...quoi encore. Ah oui Rafina! Enfin faudra apprendre les bases ma caille parce que là... dis-je avec un sourire moqueur en le regardant. Ils devaient tout deux trouver leur petite parodie, très très marrante mais puisqu'ils étaient là maintenant autant pousser leur vice un peu plus loin, non? Oh que si! Je vous présente nos deux nouvelles recrues. Elles vont nous faire une démonstration, histoire de voir si elles ont le niveau requis, au pire l'une de vous deux pourra devenir notre mascotte! Je visais surtout la plus poilue des deux avec tout ce duvet, il n'aurait même pas besoin de porter de déguisement comme ça. "Connards!" pensais-je tout bas, si ça se trouvait ils n'auraient même pas les couilles tous les deux de poursuivre leur petite incursion chez nous en relevant le défi! Allaient-ils se dégonfler et repartir tout penauds dans les vestiaires ou... Nous allions bien voir!
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Rafael P. Seacrest »


~ Dépot de candidature : 27/03/2012
~ Bavardages : 955

~ Gps : Au Comi Con déguisé en Deadpool


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
14/20  (14/20)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
12/20  (12/20)
MessageSujet: Re: Taking care to look behind you   Ven 27 Avr - 21:14

" Oh my GOD Rafina. T'as vu, t'as raté ton épilation. C'est une CA-TA ! " L'une d'entre elles à coté explosa de rire. Pour apprécier ouvertement notre humour décalé devant ces bouches en cul de poule, elle devait forcément faire partie d'une autre confrérie... C'était du moins une touche d'ironie que celle-ci avait bien interprété, étant le moins poilu des deux, on ne pouvait se tromper.
C'est au feeling que je commençai à parler avec la dite jolie rouquine qui s'était prise d'amitié pour nous deux, les deux tarés venus squatter le gazon. En quelques mots j'avais appris qu'il s'agissait d'une sigma de troisième année, tout comme sa meilleure amie qui se tenait à ses cotés. Nous nous étions rapidement présentés sans que la question du "pourquoi une telle touche" ne soit émise. Les rires et les sourires furent vite effacés de leurs doux visages lorsque l'une d'entre elle tenta de les rappeler à l'ordre d'une frappe de mains. Nous pouffâmes de rire face à un tel effort venant de sa part. Il était certes vrai que pour une fille, c'était déjà un exploit de monter ainsi dans les becquerels . Mais si c'était une vaine tentative d'intimidation, il était inutile d'essayer. Le délire fut encore plus poussé lorsqu'elle reprit la moquerie de Benjamin... * attends là elle déconne où elle n'a rien pigé à la blague ? * Benjamin comparait nos jambes en me lançant de furtives œillades... et de mon coté je sifflais pour preuve de mon effarement....* Oh putain la blonde, aucune répartie, faut qu'elle enchaine sur des conneries qui la dépassent *

A présent elle fixait Benji avec insistance tandis que nous restions toujours à distance raisonnable, de peur d'être touché par sa connerie monumentale. Il me lança dans un murmure "Je veux bien être déguisé en perroquet si elle me touche la queue ". J'étais littéralement plié à coté, les muscles saillants sous ce t-shirt bien trop moulant. " J'crois pas que ce soit un perroquet mais j'accepterai volontiers histoire de la bouffer.". C'était sorti naturellement et sans aucune retenue. Et même si nous devions faire preuve d'ingéniosité face à sa nouvelle attaque, j'avais une tout autre idée en tête histoire de la faire chier comme jamais. Pour l'heure, nous devions donc nous exhiber dans l'un de leurs enchainements qui serait de toute évidence raté. Benjamin était le plus agile, le plus rapide mais surtout le plus léger ce pourquoi il s'était avancé, signalant qu'il allait s'élancer en premier. Les deux sigmas sur le coté, et avec qui nous avions conversé, commençaient visiblement à s'inquiéter. Il était évident que deux joueurs de l'équipe ne pouvaient se permettre le moindre accident la veille d'un évènement aussi important... La blonde avait du l'oublier. C'était bien trop risqué. Reprenant un peu de mon sérieux, j'allai empoigner fermement Benji avant la catastrophe. " J'peux le faire!" " C'est une conne. Si tu te rétames par terre, on ne sera pas au complet demain. C'est terminé. ". A mes seuls mots, le fullback s'était résigné. Quant à moi, je me débarbouillais de mon coté, les sigma nous regardant avec tristesse. Je m'ébrouai la crinière, les élastiques tombèrent à terre. Les chaussettes, jupes et t-shirt suivirent. Nous demeurions en simple sous-vêtements, les Kappa n'étant pas des prudes. Sur le chemin du retour, le joli brin de fille à la chevelure ondoyante m'agrippa le bras, me glissant un papier dans le caleçon, le tout agrémenté d'un petit clin d'œil malicieux. C'est peut-être con mais sur le coup, un sentiment de puissance m'envahit. Je marquai un temps d'arrêt. Non. Ce n'était pas fini.

" Elle veut qu'on lui montre ce dont on est capable..." Benjamin avait compris. Nous nous mîmes tous deux cotes à cotes, semblables à un mur s'affaissant légèrement petit à petit, jusqu'à ce chacun de nous aie un genoux au sol. Nous étions prêts, en caleçons, mais prêts. " Cible en visu à midi ". Nous nous miment à courir droit sur elle, l'emportant avec dynamisme sur quelques mètres avant de la plaquer au sol violemment, nous écorchant de ce fait en la protégeant d'un bras. Plaquer est un métier qui ne s'apprend pas, c'est inné. Comme dirait le coach, c'est instinctif, ça vous prend aux tripes. Et même si la douleur se faisait déjà ressentir, nous étions aux anges de voir Campbell échouée entre nous, sa grande gueule balayée, tous trois face au sol. Je vis un peu plus loin certaines des filles porter une main à la bouche, stupéfiées. J'avoue, c'était osé...mais c'était si bon de la ridiculiser.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Shinedown - - I'm Alive So you were 6 feet underneath me, I felt the pulse, I swear you moved, You're digging deep, deep down And recognized how much you had to lose
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Taking care to look behind you   Ven 4 Mai - 13:10

you lie to me every day for so long ... your dark designs against me will never be erased.

Je ne savais pas exactement d'où remontais notre guerre ouverte avec les KAPPA et tout ce que je connaissais des deux énergumènes qui tentaient de déconner dans une imitation teintée de moquerie sur celles qui les soutenaient match après match et qui les mettait en valeur, c'était qu'il en faisait partie. Si j'avais réagis comme je l'avais fait c'est que de mon côté je trouvais ça tellement pathétique, surtout que les trois quart des filles de l'équipe n'était pas des Iotas. Ils avaient pris simplement pour cible des meufs au hasard. Trouvais-je ça drôle, en d'autre moment ça aurait pu oui, mais là nous étions stressées par un entraînement qui ne dévalait en rien au leur. Alors venir nous faire chier gratuitement comme ça... Ou alors c'était juste que j'étais dans un très mauvais jour et que le fait qu'ils soient deux KAPPA n'ai en rien radoucit la chose. Mais puisqu'ils voulaient délirer autant le faire bien non? Autant pousser ce jeu et cette imitation plus loin. Pourtant quand je m'étais retournée vers les filles, je ne pensais déjà presque plus à eux. J'étais certaine qu'au vue de leur match approchant, ils allaient remballer leur déguisement et se lasser tout simplement. Ni plus ni moins... Je reprenais déjà la parole pour mes comparses alors que dans mon dos, les deux hurluberlus préparaient un sale coup de leur côté. Bon les filles, s'est pas tout, la minute de rire est finie. Faut se focaliser sur notre boulot. Je ne tenais même pas rigueur à ces deux crétins d'avoir voulu jouer les paons devant les filles du bahut en les faisant marrer. En fait je m'en fichais totalement de leur petit numéro, j'avais d'autres préoccupations en tête. Je ne les regardais même plus.

De ce fait, je ne vis pas ce qu'ils étaient en train de préparer. Ce ne fut que quelques secondes plus tard quand je sentis ce gros impact dans mon dos et que je me retrouvais plaquée durement au sol, si durement pour moi que mon souffle en fut coupé pendant un moment. Que je réalisais qu'ils venaient de me prendre pour cible. Sous le choc de ma poitrine entrant en contact avec le sol du terrain, je fermais les yeux de douleur. Ce n'était pas deux filles que je venais de me prendre de plein dos mais deux footballeurs dont le poids atteignait presque le double du mien. Sous le choc de la chute, je sentis mes dents entrer en contact durement contre ma langue que je venais de mordre, le sang emplissant un peu ma bouche. J'entendis la cohue que cela provoqua parmi mes comparses, qui au départ restées bouches-bées venaient de se mettre à crier pour certaines. Pour ma part, je n'avais pas encore eu de réaction, j'étais comme paralysée sous leur poids et surtout j'étais sous le choc. Mais vous êtes marteaux ou quoi, ça va pas dans la tête. lança l'une des filles de l'équipe en hurlant. Bande de crétins, c'est dangereux. Dégagez sinon on vous fait suspendre! leur cria une autre d'entre elles. De mon côté en entendant tous ces cris, je reprenais peu à peu conscience de ce qui était en train de se passer. Mais je n'y comprenais rien du tout. Pourquoi avaient-ils fait une chose pareille, en quel honneur, pour quelle raison? Je ne connaissais aucun de ces deux mecs en dehors du terrain. Je ne leur avais jamais adressé la parole, je ne les fréquentais pas. Il n'y avait pas la moindre raison, au geste qu'ils avaient eu là. Je me mis a gigoter doucement sous eux... Tentant de me retourner en me faufilant comme un poisson essaierait de glisser entre les mailles du filet. Mais je réussi à peine à me dégager suffisamment pour me retourner. Me retourner et planter mes yeux dans ceux de l'un des deux, celui aux cheveux longs. Une seconde je restais là à le fixer. Mais juste une ou deux le temps de bien imprimer ses traits dans ma mémoire. Gueule que je ne risquais pas d'oublier de si tôt.

Vos gueules les mouettes! dis-je en m'adressant aux filles effarées qui nous regardaient pantoises. Bouge de la connard! lui lâchais-je alors en me débattant un peu pour qu'il comprenne que je voulais qu'il se dégage et s'enlève de là immédiatement. Inconsciemment sous ce contact, je ne me rendis pas compte que j'étais en train tout bonnement de lui enfoncer mes ongles dans la chair musclée de son épaule tellement je sentais en moi une colère sourde s'élever peu à peu contre lui et son idiot de pote débile et sans cervelle.
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Taking care to look behind you   

Revenir en haut Aller en bas
 

Taking care to look behind you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Taking the hobbits to Isengard ! [PV Evan]
» 03. We don't care about our bad intentions
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.
» Les ONG, instruments des gouvernements et des transnationales ?
» More than half the long-term care health workers are Haitian or West Indian

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: Sportive Complex :: Brown Stadium-