LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 « ;it's time to tell the true story » △ Tim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« N. Riley Drosky-Lambert »


~ Dépot de candidature : 16/04/2010
~ Bavardages : 2356

~ Job : SERVEUSE AU THE CHEESECAKE FACTORY
~ Gps : DANS MA CHAMBRE


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
65/100  (65/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
20/20  (20/20)
MessageSujet: « ;it's time to tell the true story » △ Tim    Ven 20 Avr - 11:26

"soutenir la vérité par la violence, c'est lui prêter les armes du mensonge et de l'erreur." ● «Got no reason, got no shame,Got no family I can blame,Just don't let me disappear,I'mma tell you everything,So tell me what you want to hear,Something that were like those years,Sick of all the insincere,So I'm gonna give all my secrets away,This time, don't need another perfect lie,Don't care if critics never jump in line,I'm gonna give all my secrets away.» secrets - one republic madsen & drosky-lambert ;; it's time to tell the true story .

20h30,salle de sport. « Un! deux! trois ! »Elle enchaînait les coups dans le sac d'entrainement qui vacillait tantôt à gauche puis à droite. Elle ne le ménageait pas comme à son habitude, elle restait concentré sur sa cible en ne laissant pas se faire distraire par quiconque. Alors qu'elle donna le dernier coup, elle poussa un soupir tout en levant la tête au plafond. Elle était épuisé, mais elle appréciait cette fatigue. Elle se sentait bien, elle avait donné tout ce qu'elle avait, mais elle en avait besoin. Elle était sans cesse envahit par ce flot quotidien de stress, et elle n'avait jamais le temps de se défouler ou bien de profiter d'un moment de solitude. Entre ses cours, son travail et la confrérie Iota Phi nu, son temps ne lui appartenait plus depuis un certain temps. Buvant une gorgée d'eau fraiche, elle se rendit dans les douches. Elle préférait ne penser à rien, à quoi bon cela l'avancerait-il de toute façon ? Passant les mains dans sa chevelure blonde trempée, elle les attacha avant de passer une serviette autour de sa silhouette. Elle se rendit à son casier en attrapant les affaires qu'elle y avait déposées une heure plutôt . Sortant des douches, vêtue d'un short gris et d'un tee-shirt rose pale, elle fut arrêtée dans son élan pour sortir. « Hey blondie, comment tu vas ? » C'était un Phi Kappa Tau qu'elle connaissait bien puisqu'ils s'étaient rencontrés pendant la semaine de recrutement. Les iota avaient fait quelques épreuves de bizutage avec leur confrérie ceux qui forcément les avaient rapprochés.Elle s'accouda au mur,en déposant son sac tout en le regardant.Elle se demandait d'ailleurs si Lucas était avec lui,mais après un rapide coup d’œil dans les environs elle se rendit compte qu'il avait du venir tout seul.« Ça va plutôt bien,je suppose que tu es venu seul...» Elle ne put s’empêcher tout de même d'y faire une petite allusion,cela faisait quelques jours qu'elle ne l'avait pas croiser mais il fallait dire que c'était entièrement de sa faute,elle n'avait pas eu une minute a lui accorder ses derniers jours.«Et oui désolé pour toi ma jolie,mais pour tout avouer je suis principalement ici resté car Madsen a massacré un mec sur le ring tout a l'heure. » Alors qu'elle enfilait sa veste,elle s'arrêta tout a coup en attendant un nom qui lui était familier.Elle regarda son interlocuteur d'un air intrigué par ses propos. «Madsen? Timmy ?! » Elle connaissait bien ce nom mais elle voulait être sure de ne pas se tromper.Elle voulait lui parler depuis la dernière fois qu'elle l'avait vue dans des conditions assez complexes.Elle ne savait pas trop quoi penser de ce qui s'était passé mais elle était sure qu'elle devait mettre les choses au clair.Et elle ne comptait pas le laisser s'en sortir aussi facilement et elle voulait bien entendue entendre sa version des faits.«Oui c'est lui,je crois qu'il est encore là bas.Bon allez moi je te laisse.» Il lui répondit tout indiquant d'un mouvement de tête dans quelle direction ce dernier se trouvait avant de lui déposer un baiser sur le front de la jolie blonde.Elle lui souria avant d'aller se diriger dans les lieux du crime.Elle se faufila dans la foule qui allait a contre sens,apparemment le spectacle venait tout juste de ce terminé,tant mieux elle n'aurait pas voulue attendre trop longtemps.Elle l’aperçut au fond de la salle seul entrain de boire de l'eau,c'était l'occasion idéal.

« Madsen,je pense qu'on a des choses à se dire.» Elle resta fixement devant lui,elle ne comptait pas partir comme elle ne comptait pas le laisser partir aussi facilement.Quand on agissait,il fallait assumer ses actes,on ne pouvait pas toujours reporter la faute sur un tel ou encore se cacher derrière des excuses.Elle ne savait pas exactement ce qui s'était passé dans cette chambre,elle savait juste qu'elle avait retrouvé une de ses sœurs complétement en larmes et perdue.Quoi qu'il s'était passé,elle avait surement du vivre une soirée assez traumatisante puisque depuis elle agissait de manière différente et préférait rester en retrait des autres filles.Alors qu'elle croisa les bras,en attendant qu'il daigne lui répondre,elle ne put se demander pourquoi il avait un tel comportement avec les personnes qui l'entouraient.Elle avait pris le soin de se renseigner sur lui avant de tenter la moindre la discussion et il fallait dire qu'il n'avait pas du tout une bonne réputation au sein de cette université.Mais après tout elle n'était pas là pour le juger mais le forcer à s'expliquer sur la situation de la fois dernière et de lui dire si nécessaire de ne plus approcher sa confrérie.Son nom commençait à sortir trop souvent lors des conversations de ses dernières et rarement de façon élogieuse,elle ne savait pas à quoi il jouait mais il était clair que cela devait s'arrêter immédiatement.Elle avait un problème et il se prénommait Timmy Madsen.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



ROBILEY ❝ Je pense qu'on le sait à la seconde. Au tout premier regard. Quand tout ce qui se passe après cet instant est la preuve qu'on ne s'est pas trompée, que c'est bien la vérité. Soudain, cette plénitude inouïe ballait le vide qu'on a toujours connu. ❞
Spoiler:
 



Dernière édition par N. Riley Drosky-Lambert le Mer 23 Mai - 9:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Timmy K. Madsen »


~ Dépot de candidature : 30/08/2011
~ Bavardages : 1162

~ Job : LIVREUR DE JOURNAUX.
~ Gps : SALLE DE GYM, SUR UN RING, A FAIRE CHIER LES DENTS DES ADVERSAIRES.


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
17/100  (17/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
4/100  (4/100)
MessageSujet: Re: « ;it's time to tell the true story » △ Tim    Sam 21 Avr - 9:15



What I've felt, What I've known
Never shined through in what I've shown
Never be, Never see
Won't see what might have been

image d.agron © wild west


Ce n’était pas mon genre de demander à ce qu’un gars monte sur le ring pour un match de MMA. La plupart ne connaissait même pas ce sport, découvrant avec énormément de peine de quoi il est constitué. Ils n’avaient même pas le temps de comprendre les règles, ni de savourer la fin d’un round que généralement, je les envoyai au tapis en quelques secondes. Le ring était la seule échappatoire pour ne pas que j’pète un câble dans la vie. Imaginez un buffle en plein milieu d’un amphithéâtre qui colle des beignes à son voisin, sous prétexte qu’il a croisé son regard avec un peu trop d’insistance. Ouais, ça pourrait être moi. Mais aujourd’hui, c’est pas évident de trouver des mecs qui prennent des coups dans la gueule pour le fun. Alors c’que je fais, c’est me défouler sur un sac rempli de sable, sagement dans mon coin. L’inconvénient de la salle de fitness de l’université, c’est qu’elle est toujours remplie. On y trouve de tout. Nanas, mecs, homos, lesbiennes… Et moi. On en trouve pour tous les sports. Personnellement, c’que je demandais, c’était un ring, des bandes adhésives pour les mains et poignet et un punching-ball. Le reste, j’m’en occupais.

« Plus haut ta garde. Allez, vas-y à fond ! » Son coup de pied se leva et fracassa la tête de l’adversaire. J’avais assisté à ce geste désordonné, me suffisant pour comprendre qu’un de ces mecs sur le ring jouait les cadors. C’était qui lui, déjà ? M’semblait l’avoir déjà croisé, peut-être sur une photo de compétition de boxe anglaise ? J’arrêtai de boxer mon sac de sable, jetant un coup d’œil à la scène. Un étudiant K.O., un mec énorme poing levé se pavanant auprès des nanas et de ses copains. Surement l’un de ces dernières années dans l’équipe de combat de l’université. « Tiens appelle-moi le portoricain qui cogne dur. » « Il n’est pas là. » « Trouve-moi quelqu’un alors ! » Ca, c’était le coach personnel du vainqueur. Encore un qui entraine son poulain dans l’unique but de s’faire du fric. Comme tout le monde. « J’peux combattre moi. » J’étais déjà en sueur, les mèches de cheveux tombant sur mon front, gouttes ruisselantes sur les pommettes. Mais ça ne m’empêchait pas pour autant de vouloir frapper sur la montagne sur le ring. Alors j’me suis appuyé sur les cordes pour montrer ma conviction. « Fais-moi plaisir, va jouer ailleurs, on n’a pas envie que quelqu’un d’autre se blesse. » Huées dans la salle. Il s’fout de moi. Mais je bronche pas d’un poil, ravalant ma salive en affirmant positivement de la tête. « Tout c’que je dis, c’est que si vous avez besoin de quelqu’un, j’serais très heureux de foutre une raclée à vot’ gars. C’tout. » Ces mecs devaient surement me prendre pour un simple étudiant voulant faire ses preuves. Et c’était parfait. Cinq minutes plus tard, j’étais sur le ring. La cloche retentit.

Je bougeai bien sur mes jambes malgré la fatigue déjà présente. Poings levés devant moi, l’autre ne voyait que mes yeux. Son teeshirt moulant Undertaker suffisait à prouver que c’était un frimeur. D’un autre côté, mon marcel blanc montrait que j’étais un novice. Mon pied se leva et traversa sa défense, frappant sa cage thoracique, le repoussant dans les cordes. Sans avoir le temps de se repositionner en posture défensive, mon poing droit s’abattit sur sa face, puis le gauche. Surpris par tant de punch, ce gars était déjà mort sans le savoir. J’agrippai l’arrière de sa tête, le forçant à se baisser pour recevoir mes genoux dans l’abdomen. Dans un sursaut de rage, je fus repoussé au milieu du ring. Mais il avait déjà perdu les pédales, son nez en sang. Il me fonça dessus, je fis un mouvement et l’attrapa par la taille, me callant dans son dos. Autour du ring, on s’était attroupé. Le bouche à oreille avait vite fait le tour de la salle. ‘Madsen est sur le ring’, voilà ce qui se disait. Clou du spectacle, j’ai soulevé Goliath d’un seul bras pour le plaquer dos au sol à une vitesse ahurissante. Si j’allais en rester là ? Surement pas. J’l’ai bloqué au sol et tel un marteau piqueur, l’ai martelé de poings puissants. Une minute à peine. K.O. J’me suis relevé sous les regards ébahis des spectateurs. Quelques-uns sifflèrent à ma victoire expéditive, d’autres furent choqués. Pas de fierté, pas de joie. J’ai juste quitté le ring sans croiser le regard de qui que ce soit et reprit ma place d’avant match, près de mon punching-ball.

Plusieurs minutes plus tard, la salle s’était déjà vidée. Pas mal avait suivi Goliath afin de savoir ce que j’lui avais infligé comme dégâts. Ca lancerait des rumeurs, bonne comme mauvaise. Qu’importe. Mes mains tremblaient maintenant, suite aux nombreux coups donnés au sac et au type que j’avais mis K.O. Si j’avais une chose à avouer, c’est qu’il avait la peau dure comme un roc. C’était le moment d’faire une pause. Une vraie pause. Bouteille à la main, je pris des petites gorgées pour éviter d’avoir un poids sur l’estomac. C’est à cet instant qu’on interféra dans ma bulle, une nana se pointant juste face à moi avec cette expression signifiant : j’vais t’en mettre plein la gueule. J’avais croisé cette blonde une ou deux fois. La dernière, c’était dans sa chambre même, en compagnie de sa copine. Elle m’avait foutu dehors sans chercher à comprendre quoique ce soit. Tant mieux. Mais si c’était pour revenir me casser les couilles quelques jours plus tard, ça rimait à quoi ? C’était elle la présidente des Iotas. Elle semblait penser qu’une discussion s’imposait. Elle rêvait. « Des choses à s’dire ? J’crois pas non… » J’ai brièvement croisé son regard, puis décidé de la laisser en plan, lui mettant un coup d’épaule au passage pour l’écarter de mon chemin. A quoi ça servirait de discuter de ce qui s’était passé ? Après tout, j’étais Timmy Madsen, l’infréquentable – et violeur de Iotas de surcroit…


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪