LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 BROTHERHOOD POLAROIDS | with Mathéo A. Rhodes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Desmond J. Svensson »


~ Dépot de candidature : 19/04/2012
~ Bavardages : 876

~ Job : Roi du Sud !
~ Gps : Sur son thrône


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
0/0  (0/0)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
0/0  (0/0)
MessageSujet: BROTHERHOOD POLAROIDS | with Mathéo A. Rhodes   Mar 1 Mai - 16:47






AMERICAN POLAROIDS
with Mathéo A. Rhodes




Ma troisième année c’était écoulée sans encombres, on arrivait déjà au mois de Juillet, le soleil tapais encore à neuf heures du soir sur la pelouse du stadium, à cette époque de l’année il n’y avait déjà presque plus personne, en ce qui me concerne la maison familiale était à vingt minutes à pied, mais ce n’était pas vraiment chez moi, j’allais passer mon été ici, avec les quelques Kappa qui restaient encore, l’année avait était des plus bénéfiques pour moi, Chandler avait laissé sa place sur le trône, je l’avais récupéré dans la plus pure tradition Kappa, en gagnant les Olympiades avec Rhodes & Seacrest qui lui venait juste d’arriver chez nous, voilà c’était fait, il y avait rarement des gars de chez nous qui dépassaient la troisième année, donc on étaient pour ainsi dire des dinosaures .

J’avais donné RDV, à Rhodes ici pour vingt-deux heures, l’heure et le lieu n’était pas anodin, c’est ici que tout avaient commencé pour nous, notre épreuve du sang, c’est un soir comme celui-ci qu’on est devenus frère ! L’horloge tournais tandis que je m’amusé avec un ballon de foot américain que j’avais trouvé au centre du terrain, j’avais en gros qu’un seul et unique été pour tout préparer, pour m’imposer en tant que leader, si je ne le faisais pas, un gars comme Neven L. Chandler pourrait revendiquer le titre par héritage, ça me fait réfléchir que j’ai toujours pas compris pourquoi on l’a accepté celui-là d’ailleurs, il était vingt-deux heures passées, toujours pas de Rhodes à l’horizon, c’est là que j’me suis endormi, allongé sur un banc de touche, me baignant dans les derniers rayons de soleil de la journée.

Y se passa dix minutes peut-être plus, le ciel était déjà sombre et l’odeur nocturne d’un été chaud, commençait à s’infiltrer dans mes narines, « brrrrrrr ! brrrrrr ! », Mon cellulaire vibre, j’ai la tête dans le pâté, j’réponds plus ou moins de façon clair « magnes-toi j’poireaute là ! » Et je raccroche aussitôt c’est là que j’ai compris qu’il était déjà sur place en train de me regarder, il était à l’autre bout du terrain, le ballon qui fusait vers moi aussi, il me toucha en pleine tête.

« Rhodes … », j’agrippais l’engin de guerre d’une main ferme et lui renvoya directement.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

« Un champion, c'est fait pour être battu. Quelqu'un qui est au sommet, c'est fait pour tomber. Deux êtres qui se consument par le désir charnel, c'est fait pour brûler. C'est ça, le mythe d'Icare. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Mathéo A. Rhodes »


~ Dépot de candidature : 22/04/2012
~ Bavardages : 923

~ Job : Barman au The Wickenden Pub
~ Gps : Kappa Castle


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
55/100  (55/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
70/100  (70/100)
MessageSujet: Re: BROTHERHOOD POLAROIDS | with Mathéo A. Rhodes   Dim 6 Mai - 10:13

❝ We met some girls, some dancers who gave a good time. Broke all the rules, played all the fools. Yeah, yeah, they, they, they blew our minds. Yeah, You've been, thunderstruck


C’était souvent à cette période de l’année que je me rendais comptes qu’au final Julian et moi étions seuls. La plupart des étudiants étaient rentrés chez eux pour les vacances, simplement pour profiter de leur famille. Nous, non. Nous avions personne d’autre que nous, et même si en un sens j’avais un sens de la famille très important, en venant à Providence, j’avais vite trouvé ma nouvelle famille : Les Kappas. Cette période de l’année, je pensais à ma mère décédée et à mon père encore à croupir en prison, certes, mais j’étais content de rester sur le campus avec mes frères. On s’éclatait ensemble, on prenait cher ensemble, on vivait ensemble…c’était se sentir jamais seul, avoir du soutient dans n’importe quel moment, c’était se sentir unis. Et je pense que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas ressentit ça.

Brown Stadium à 22h. Un lieu mythique pour moi et Desmond. A vrai dire, toute notre relation s’était jouée ici, et il était devenu un peu notre sorte de repère à nous. En voyant l’heure je savais pertinemment que je ne serai jamais à l’heure. En faite, il aurait du sans douter, je n’avais jamais été quelqu’un de bien ponctuel. J’aimais faire languir les gens, même si au final j’le faisais pas bien exprès. Bref, j’étais à l’opposé du campus, agrippé à une nana pot de colle, le genre qui est très difficile à s’en débarrasser. Coriace et têtue, la nana. Je n’arrivais pas à m’en débarrasser, et bien que je n’aimais pas ça, j’ai profité qu’elle passe un moment féminin aux toilettes pour m’éclipser. J’avais plus envie de rejoindre Desmond que de l’entendre à parler encore et encore. J’m’étais dépêché pour le rejoindre et traverser la ville, je savais qu’il n’aimait pas poireauté. Arrivé sur le terrain, je saisis un ballon à terre, surement un oubli de l’équipe de football et je le cherchai des yeux. Allongé à l’autre bout, il semblait profiter de l’air frais d’une fin de soirée d’été. Je souris et tapa le ballon dans mes mains. Attrapant mon téléphone, je saisis son numéro. C’était juste histoire de tester son humeur. Massacrante, surement. « Magnes-toi, j’poireaute là ! » me confirma qu’il était de mauvais poil. Je pris rapidement mon élan et envoya valser le ballon qui traversa le terrain comme une fusée. Head Shot. Le voir pris déstabiliser ainsi me fit bien rire, et pour se venger je l’entendis crier mon nom et me renvoyer la balle. J’continuais d’avancer dans sa direction pour une bonne réception du ballon. Je l’attrapai de justesse et fût secoué par l’impact de la balle dans mes bras. Il n’arrivait peut être pas à lancer le ballon aussi loin que moi, mais c’était toujours un canon. Je finis le reste du terrain en trottinant, puis alla le rejoindre sur les estrades. « Depuis quand Svensson profite d’un début de soirée libre en dormant ? » Les Kappas étaient réputés pour leur fêtardise, c’était limite impensable que nous allions rester là à profiter de l’air frais de la nuit. C’était évident, et je me demandais bien ce qu’il avait en tête pour nous ce soir.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



Au dessus de l'homme qui court il y a l'homme qui vole, baby baby. Je suis un gars qui connait qui sait un truc ou deux. Tu sais ce que je raconte: Oppan Gangnam Style !
Revenir en haut Aller en bas
 

BROTHERHOOD POLAROIDS | with Mathéo A. Rhodes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mathérotiques
» Club anti-mathématiques ! =3
» The Brotherhood are still here... [Pv: Césare Di Auditore]
» Wade Barrett & Cody Rhodes Vs Randy Orton & The Rock
» Mathéo Legrand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: Sportive Complex :: Brown Stadium-