LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


« Invité »



MessageSujet: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Jeu 3 Mai - 21:58

Kait' & John






















« La folie est le prix à payer pour le temps passé à être trop lucide. »



« Georginette! Encore deux s’il te plait! » dis-je en levant la main en l’air et en haussant la voix. Déjà une heure que j’étais dans ce bar où je m’empiffrais des apéritifs et buvait shooter sur shooter. Et bizarrement, je tenais plutôt bien. Je ne voyais pas encore double, j’étais tout à fait consciente de mes faits et gestes. La fin de journée est dure à arroser. Dure journée? Non pas spécialement, pas plus que d’habitude en tout cas. Je m’étais levée dans les environs de neuf heure afin d’aller en cours de dix heure à midi. J’adorais le Jeudi car l’après-midi était libre. Je suis donc aller faire un peu de shopping dans mes magasins favoris. On pourrait croire que j’adore trainer à Dior, Chanel ou tout autre boutiques de ce type mais tout ceci est faux. Non, j’adore trainer dans les friperies. Alors oui, ces boutiques dégagent une odeur étrange et on y trouve des choses dont on ne doutait pas à l’existence mais quand on a la main pour chercher dans les vieilleries, on trouve des petits bijoux. Prenez l’exemple de la robe que j’ai à ce moment-là sur moi, une robe mi-beige, mi saumon en bustier. Elle est cintré par un élastique noir et le premier tissus unis est superposées de dentelles noirs sur les cotés. Une robe vintage qu’on ne trouve plus sur le marché et que pourtant j’ai acheté il y a deux mois. Ajouté à ceci, un brushing parfait et des escarpins noir, des yeux de biche et des lèvres rouge pulpeuse. Le tour est jouer. Revenons à nos moutons, j’étais donc assise au comptoir de ce bar et était en bonne compagnie. Une bande amis qui était là pour la même raison que moi: s’amuser. La serveuse avait à peine le temps de nous donner les verres qu’il finissait plaquer contre le comptoir signe de cul sec. Une bonne soirée démarrait, une soirée qui ressemblait à toutes les autres mais quand on aime, on ne compte pas. Les minutes passait et l’alcool qui j’ingérai était de plus en plus importante dans mon sang qui se réchauffait à chaque verre de plus. « Vous êtes vraiment des petits joueurs! » dis-je aux personnes qui abandonnaient lorsque c’était à mon tour de faire les battles. Des éclats de rire, des verres trinquant, des démonstration d’amitié. Nous étions l’attraction de ce bar et pourtant il y avait une heure, je ne les connaissais même pas. Il était rare que je sorte toute seul mais j’avais eu beau faire tout mon répertoire, tout le monde avait autre chose à faire. Tout allait pour le mieux, l’alcool commençait à me monter à la tête et j’adorais cette sensation. Je tournais la tête alors que je senti un courant d’air provoqué par l’ouverture de la porte. Je fus supprise de voir que la personne qui venait d’enter dans le pub n’était autre que : « John! » Mon meilleur ami, je lui avais envoyé un message alors que je sortais : Je sors retrouve moi au Wickenden. Je n’avais pas eu de réponse, je pensais qu’il n’allait pas venir et pourtant il était là. Je sautai de mon tabouret afin de le rejoindre et lui sauter dans les bras. L’alcool me rend énergique, je sais. « Comment tu vas? » ajoutais-je ensuite après l’avoir salué. « Alors, alors: Tu as du retard donc tu va me faire le plaisir d’ingérer autant d’alcool que moi en moins de dix minutes. » Saisissant sa main, je l’emmenais vers le comptoir où se trouvait ma petite bande d’inconnus. « Les gens, je vous présente John. » criais-je en souriant. Je me retournais ensuite vers John et d’une voix plus basse, je dis : « Je te les aurais bien présenter mais je me rappelle plus de leurs noms. »



Dernière édition par Kaitlyn B. Jack-Rhys le Lun 21 Mai - 6:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Ven 4 Mai - 19:19

Code by Holliday
ღ Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Kaitlyn ღ

Quel cours passionnant quand même, je n'ai jamais autant dormit dans un cours, je croit que la prochaine fois je demanderais à qu'on me chante mes cours de droit pour m'endormir, ma mère aurait du y penser étant petit. Je sortais de ce cours en soupirant un cooup, trois heures de droit c'est comme regarder le film le plus pourri du monde pendant des heures et des heures. Tellement endormi et fatigué, je me suis rendu compte seulement une heure après que ma chère meilleure amie Kait m'avait envoyé un sms pour me dire de la rejoindre au Wickenden. A ce moment là, j'étais déjà en short devant la télé entrain de m'endormir, j'hésitais vraiment à la rejoindre j'étais bien trop blasé pour m'amuser surtout que le lendemain des cours de m**de allaient me prendre la tête.
Au bout d'une demi-heure je me retrouvais déjà entrain d'ouvrir la porte du pub, je n'ai pas réfléchi une éternité quand même; Kait est ma meilleure amie et si elle veut passer du temps avec moi c'est avec plaisir que je la rejoins, je croit que si je l'avait éviter elle m'aurait tiré une balle dans la tête, elle et Reyne me rendent souvent fou, si je refuse quoi que ce soit elles me font tous les sales coups pour se venger. J'ai eu ma dose donc à partir de maintenant je prend la décision de ne plus rien refuser à ces deux diablesses blondes.
J'ouvrais à peine la porte que je voyais déjà Kait faire la folle en me sautant dans les bras, déjà bourrée celle-là ! Comme d'habitude. Je la prenais dans les bras en rigolant à son état plutôt marrant.
J • Ouai écoute ça... disais-je à peine qu'elle me prenais déjà pour m'emmener au comptoir. Bon bah apparemment on devait se lâcher. Je me mis à sourire, elle était marrante mais toute à la fois mignonne. Je demandais alors au barman un martini, Kait me présenta à des gens déjà aperçu à l'université mais que je connaissais pas personnellement. Kait a toujours été du genre à se faire des amis facilement je savais que j'allais finir par rencontrer des gens avec elle ce soir. Je lâchais un petit " Salut les gars ! " j'écoutais Kait me dire en même temps qu'elles ne les connaissait pas donc elle ne saurait me le présenter. J'eu un léger rire et l'emmena un peu plus loin restant au bar. Je ne voulais pas qu'un de ces mecs lui fasse quelque chose, c'est ma meilleure amie après tout et bourrée qu'elle est je sais qu'elle aurait fait une erreur qu'elle regretteras pendant longtemps.
Mon martini à la main, je regardais Kaitlyn en rigolant. Elle était belle et attirante, son sourire m'a toujours séduit mais nous sommes amis depuis longtemps et je croit qu'aucun de nous deux n'a jamais songer à avoir des sentiments ou de l'attirance pour l'autre... Enfin des sentiments non mais pour ma part de l'attirance il y en a déjà eu tout comme à cet instant là au bar. Je prenais alors la parole, en la regardant le sourire aux lèvres.

J • T'a pété les plombs ou quoi ? C'est qui ces mecs ? Fais attention hein ! J'veut plus voir ça, si t'arrives quelque chose je m'en voudrais aussi ! espèce de folle va ! Elle est où Reyne ? Moi qui croyait avoir mes deux anges... disais-je en finissant par avoir une tête déçu, parfois qu'on est tous les trois, je me sens comme Charlie et elles mes anges.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Dim 6 Mai - 22:41

Kait' & John






















« La folie est le prix à payer pour le temps passé à être trop lucide. »



Cela me faisait vraiment plaisir que John est répondu présent. Il est vrai que j’avais perdu tout espoir étant donné que le temps passait et qu’il ne semblait pas venir. L’alcool commençait à monter et en fait c’est en me levant que je le sentis. Tout ces cocktails et shooter portaient enfin leurs fruits. Quand je sortais, je n’avais pas pour but d’être complètement bourré parce que c’est franchement pas très classe mais je trouve qu’être légèrement éméché donne toujours un côté amusant à la soirée. On fais des choses qu’on oserait jamais faire dans la vrai vie. Comme parler à des personnes inconnues comme si c’était vos meilleurs amis. Je ne suis pas d’un naturel timide mais je suis méfiante et quand une bande d’amis viennent me parler, j’ai tendance à me braquer alors que là pas du tout. Je leurs ais même présenter mon vrai meilleur ami, meilleur ami à la gueule d’ange. C’est d’ailleurs ce que je ne pu m’empêcher de dire alors que John venait de saluer ma nouvelle bande d’amis. « N’est-il pas divin? » dis-je d’un ton amusé en lui pinçant les joues telle une grosse grande tante qu’on a pas vu depuis dix ans pourrait le faire. Je souriais bêtement amusé par l’alcool mais très vite John me pris et m’écartait des jeunes hommes. « T'a pété les plombs ou quoi ? C'est qui ces mecs ? Fais attention hein ! J'veut plus voir ça, si t'arrives quelque chose je m'en voudrais aussi ! espèce de folle va ! » Et voilà qui se met à jouer les grands frères comme d’habitude. John m’as pris sous ses ailes depuis mon arrivé à l’université et j’ai énormément de chance de l’avoir même s’il est parfois un peu trop.. Protecteur et autoritaire. Je dodelinai légèrement la tête en tirant la langue avant de reprendre mon sourire ultra-blanc. « Elle est où Reyne ? Moi qui croyait avoir mes deux anges... » Reyne était une très, très bonne amis. Avec John et elle, nous formions une équipe de choc. J’adorais notre petite bande, elle était parfaite et si marrante. Tellement soudés qu’on ne peut se voir l’un sans l’autre. « Je lui ai aussi laisser un message, essaye de l’appeler pour voir. » dis-je en prenant discrètement une gorgée du martini que John avait commandé pour lui mais il ne m’en voudra pas. « Un bière, s’il te plait! » commandais-je juste après avoir poser le verre de mon bel meilleur ami sur le comptoir. Je ne comptais quand même pas m’arrêter à seulement quelques shooters. Au moment où je commandais, une chanson entrainant résonnait dans le bar, on y danse rarement mais cette chanson plus l’alccol dans le sang m’en donnait l’envie. « D’abord, allons danser! » dis-je en prenant à nouveau sa main et l’emmener sur ce qu’à partir de maintenant j’appellerai une piste de danse. Je sentais que John était plutôt réticent. C’est vrai qu’il n’aime pas trop se donner en spectacle… Alors tant pis, je lâchais sa mains afin de danser toute seule faisant les mêmes justes qu’une femme solitaire en boite, je déteste danser d’une façon excentrique et la simplicité gagne toujours. Je finis par forcer ensuite John à me rejoindre entourant son cou de mes bras.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Mer 9 Mai - 11:51

Code by Holliday
ღ Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Kaitlyn ღ

Kait' me faisait bien rire, j'étais à peine arrivé qu'elle m'emportais avec elle partout. J'étais vraiment content de l'avoir retrouvé pour passé une soirée drôle et mouvementé, je voulais que Reyne soit là aussi, pourquoi ? On forme un trio incontestable, on fait les trucs les plus fou, quand je dit fou c'est pas du sexe hein. Parfois on rigole tellement qu'on a trop du mal à s'arrêter, parfois on essaie de résoudre des problèmes ensemble, on se soutient constamment. Je doit avouer que c'est parfois difficile pour moi de les comprendre ou bien de dire des choses, lorsqu'il y a des problèmes de filles je les laisse s'en occuper parce que j'y comprend que dalle mais si c'est une histoire de garçon et qu'elles ont le coeur brisé, je croit je suis le premier à aller voir le mec pour mettre les choses au clair, il suffit que je voit une larme sur leur joue et je m'énerve.
Enfin bref, je demandais à Kait' si Reyne allait venir, elle me demanda à son tour de l'appeler, vu le bruit ça n'allait pas être possible, je préférais lui envoyer un sms ; " Si tu viens pas au Wick' j'explique à Kait comment t'es tombé la dernière fois. Ton prince charmant qui t'aime :D ". En effet sa chute était marrante, et j'en ris juste en y pensant, Reyne m'avait supplier pour que je ne la raconte à personne surtout pas à Kaitlyn qui utilise ses occasions pour faire chier Reyne, et ce n'est pas en un sens que ca marche, elles sont toutes les deux comme ça.
J • Voilà message envoyé ! Je la regardais en souriant, elle était drôle comme tout et surtout attirante dans cet état. Je prenais un coup de mon martini qui semblait être passé par la bouche de Kait, elle est pas forte pour être discrète vu que son rouge à lèvre avait laissé une trace sur le verre. Je buvais alors à peine cul sec mon martini qu'elle me pris par le bras et m'emmena sur la piste de danse en me disant qu'on devait danser. J'eus un rire et me laissais entraîner par elle. Sur la piste elle passa ses bras autour de mon cou, je devais alors passer mes bras autour de sa taille. Les personnes qui ne nous connaissent pas devaient certainement penser qu'on est en couple. On était proche et avoir son visage tout près du mien me donnait envie de faire une seule chose... L'embrasser. Je croit que la meilleure chose à faire s'était de me retenir pour éviter le début des problèmes. Toutefois, mais mains appréciait le contact avec son corps et ma tête faisait la guerre avec mes lèvres pour éviter de l'embrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Mer 9 Mai - 22:34

Kait' & John






















« La folie est le prix à payer pour le temps passé à être trop lucide. »



J’adorais mon meilleur ami, il était drôle, attentionné et incroyablement charmant. Je suis tellement heureuse que la vie me l’ait mise en milieu de mon chemin, un de ces jours d’hiver, et dire qu’il y a deux ans dès notre première rencontre, il m’avait tout l’air d’un dragueur orgueilleux sans cerveaux. Je fus très vite surprise d’apprendre que la jeune homme était en science politique et qu’il était plutôt bon moi qui le croyait idiot. En plus, j’étais persuadé qu’il faisait partit des Kappas et ceux-ci était déjà un très mauvais points, il faut dire que les Kappa ont tous été un peu oublier à leur naissance (sans vouloir être méchante). Il parait d’ailleurs que tous les gars chez les KAPPA se sont chopé des morpions à la dernière fêtes chez les Lambda, c’est pas glamour tout ça! Mais chut, je ne vous ai rien dis. Bref, tout ça pour dire que j’adorais mon meilleur ami à la bouille mi ange, mi statue grec antique créer dans les proportions parfaites. Moi, en admiration? N’importe quoi ! J’avais entrainer John sur la piste de danse alors qu’une musique plutôt entrainante débutait dans le bar. Il fut assez et réticent et au fond je le comprend, il n’avait pas toute la quantité d’alcool que moi dans le sang. Je sentais mon cœur battre au fond de moi et la musique semblait y résonner. Cette sensation est à la fois déplaisante et fascinante. Je dansais d’abord seule avec de très vite m’approché du jeune homme et de danser avec et contre lui. Ni une, ni deux et les gestes amicaux devinrent plus sensuelles, plus doux et attentionnés. Mon corps collé au siens, son léger souffle sur ma nuque tant de choses qui normalement ne me faisait aucun effet en temps normal me donnait aujourd’hui des frissons. Je ne comprenais plus rien, pourquoi ça? Pourquoi maintenant? Me retournant ensuite afin de danser face à face, mes mains descendirent le long de son torse musclés et dans ma tête, c’était comme si la musique soudain ralentissait. Dans les films, on tourne souvent en gravitant autour des personnages et en rajoutant l’effet ralentis. Je me mordillais les lèvres alors que mon regard fixait celle de John. Je ne devais et pouvait pas faire ça. Ce serait trahir notre amitié, trahir notre petite bande de trois mousquetaires si bien formées, d'ailleurs Reyne allait surement ne pas tarder. Pourtant en levant ma tête vers son regard, je sentis et voyait qu’il le voulait autant que moi. C’était ridicule, on ne pouvait pas au nom de notre amitiés. Pourtant ma main vint doucement se poser sur la joue de John et mon visage s’approchait du sien. Lèvres semi-entrouverte et sur la pointe des pieds. Ce qui allait se passer n’était plus un secret. Mes lèvres finissaient alors par timidement touchés les siennes, j’étais persuadée que John allait m’arrêter, il était le seul lucide et pourtant très vite nos lèvres furent fougueuse et je ne sentis aucun refus venant de lui. Je trahissais et mettait à ce moment-là, peut-être fin à deux ans d’amitié sans ambigüités mais ceci était plus fort que moi. Nous restions ainsi pendant une poignés de seconde qui me parut parfaite jusqu’à ce que je finisse par vouloir respirer de pleins poumons et surtout reprendre mes esprits. Je restais muette le temps de quelque seconde, un rouge prenait place sur mes joues. « Oh mon dieu! Je suis vraiment désolé.. C’est ridicule. Je n’aurais pas.. » Prise par un soudain stress, je venais à ce qu’on appelle la rechute.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Ven 11 Mai - 19:57

Code by Holliday
ღ Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Kaitlyn ღ

Nous étions tellement proches que j'avais l'impression que le monde tournait autour de nous, comme si nous étions que nous deux, j'avais l'impression que tout était permis et que personne ne nous en voudra. Pour une fois je me sentais libre et pas coupable de ressentir de l'attirance pour ma meilleure amie. Blonde, belle, sexy, de quoi être attiré à première à vue, mais ce n'est pas que ça qui fait son charme, c'est sa façon de parler, de rigoler, d'être bourré, d'être juste là qui la rendent si attirante, je pourrais dire de la même chose de Reyne mais tous les trois nous le savons : aucun sentiment naîtras entre nous ! il peut y avoir de l'attirance même du sexe mais pas de l'amour, pourquoi ? j'croit bien que ce sont les limites de l'amitié qui peut vous expliquer ça.
Je regardais Kait' nous étions très proches et soudainement nos lèvres se trouvèrent les une sur les autres. Je goutais pour la première fois à ses lèvres, elle était bourré ce qui expliquait l'acte mais moi j'étais lucide et j'en avait bien envie, je voulais prolonger ce baiser mais elle se retira tout en s'excusant. Je la regardait parler
elle devenait encore plus belle et j'avais encore plus envie de l'embrasser. Je n'attendais pas qu'elle finisse ses explications et j'attrapais son visage pour l'embrasser à mon tour, je passais une main autour de sa taille, la musique était juste un petit détail autour de nous. Je l'embrassais et je ne voulais pas qu'elle me repousse car c'était bien trop merveilleux, je ne sais pas où allait nous mener cette belle improvisation mais je savais une chose c'est que nous n'allions pas le regretter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Sam 12 Mai - 8:26



✖Reyne & John & Kaitlyn✖
« Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse »

Je n'avais pas du tout prévu de sortir ce soir... Pas l'envie réellement. Faut avouer que ces derniers temps, les soirées trop arrosées ou trop agitées, je préférai les éviter. Avec la Rush week en cours, j'étais très souvent débordée et souvent épuisée en fin de journée. Mais les choses ne se passent pas toujours comme vous les aviez prévues. J'étais tranquillement dans ma chambre, je révisais. Et oui, ça vous semble incroyable? Pourtant j'étais assez studieuse même si je ne le faisais pas clairement miroiter à la vue de tous. Mais mon portable annonça une nouvelle fois un nouveau message... J'en eu tout d'abord des frissons, croyant que cela pouvait être à nouveau mister X qui s'amusait une nouvelle fois avec moi. Mais quand je pris le portable entre mes doigts, c'est le nom de John qui apparut. Tiens, tiens, un message de mon meilleur ami, cela m'arracha un petit sourire. John était un des seuls garçon avec qui les choses étaient tellement faciles, tellement naturelles. Notre amitié était simple et belle. Nous formions un joli petit trio avec Kaitlyn. Quand j'étais avec eux, je laissais souvent mieux s'exprimer ma bonne humeur et mon côté petite rigolote qu'avec tous les autres. Je contrôlais moins mon "image". Son message était déguisé sous forme de mini menace à propos d'un étalage en beauté dont John avait été le témoin. Un autre sourire en coin se profila sur mon visage. Je savais très bien qu'il n'en ferait rien... Je me levais alors et entreprit de me rhabiller pour les rejoindre.

Au bout d'une petite demie-heure, j'arrivais au Wick' puisque le prince charmant demandait que je l'y rejoigne ou plutôt que je les y rejoigne, je me doutais bien qu'il était en compagnie de Kait' comme souvent lors de nos sorties. Le pub était vraiment bondé ce soir, la piste de danse était noire de monde et la musique était tonitruante. Tenir une conversation en ces lieux était un exploit parfois. Ne les voyant pas directement, je partis au bar me commander un verre. Une tequila, dès que le barman me l'eut servie, je l'avalais d'une traite et en commandait un second. Je m'accoudais alors dos au bar en promenant mon regard sur la piste de danse. Ce ne fut que lorsque des personnes s'écartèrent que mon regard fut attiré par un couple. Un couple en train de s'embrasser... De quoi, avais-je vu un mirage? Mais c'était John et Kaitlyn, mais que faisaient-ils leurs bouches collées comme ça l'une sur l'autre? Je n'en croyais pas mes yeux. J'avalais mon second verre puis reposais les yeux sur eux, comme si ma vision allait changer après un autre verre. Mais non rien...

J''étais scotchée littéralement, je n'y comprenais rien du tout. D'une démarche ferme et décidée, je les rejoignais sur la piste de danse. Oh eux ne m'avaient pas calculée du tout, non c'est clair. Ils étaient bien trop occupés dans leur délire. Ma main gauche se posa sur le front de John et la droite sur celui de Kait' et je leur imprimais une pression pour desceller leurs bouche, en les regardant d'un air incrédule. Vous êtes victimes d'une hystérie collective ou quoi?? C'est quoi ce plan minable? Si vous m'avez fait venir pour vous tenir la chandelle les cocos, oubliez-moi de suite! lançais-je suffisamment fort pour que les deux protagonistes m'entendent bien! Puis je levais les yeux au ciel avec un énorme soupir. Pouah! Beurk, merci je me serais bien passé de cette vision de cauchemar... lançais-je avant de les planter sur place pour retourner au bar commander une troisième tequila dont j'avais bien besoin pour me remettre de ça. Non mais quelle pathétique ironie, deux amis qui s'embrassait comme un couple. J'avais vraiment pas besoin de voir ça ce soir... Un regard lancé vers eux me confirma qu'ils me regardaient tout les deux plantés comme deux idiots au milieu de la foule des danseurs...

code by shiya.





Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Sam 19 Mai - 12:41

Kait' ♦ John ♦ Reyne






















« La folie est le prix à payer pour le temps passé à être trop lucide. »



Que John soit là me faisait vraiment plaisir. Cela faisait longtemps que je ne l’avais plus vue entre mes cours et mon bizutage. Reyne n’ont plus d’ailleurs enfin vu qu’elle s’occupait du bizutage, je l’apercevais quelques fois mais on ne se parlait pas. Bref, nous étions donc en train de danser, tous les deux comme de simples amis voulant s’amuser pourtant très vite nos deux cœurs se rapprochait et nous ne dansions plus de la même façon. Non plus du tout. Nos deux cœurs se rapprochaient dangereusement, nos cœurs battaient à l’unisson avec la musique. J’allais surement faire la pire erreur de ma vie : embrasser mon meilleur ami. C’était bien trop tentant pour y résister. Cela se fit malgré mon impression très vite et je me reculai tout aussi vite avant de me fondre en excuse. J’avais honte et je n’avais aucune chance que John l’oubli demain matin vu qu’il était encore totalement sobre pour sa part. Et là ! Ce fut la grosse surprise alors que je pensais que la soirée allait se terminer comme ça ou bien que nous allions simplement reprendre nos esprits et faire comme si de rien n’était. John me coupa la parole et m’embrassa à nouveau. La surprise était tellement grande que je pris quelques secondes avant de fermer les yeux à nouveau, je ne pouvais de toute façon que céder à cette approche. Je passais mes bras autour de son cou me lançant porté par ses lèvres, ses mains et la musique. Nous mettions en danger notre amitié et bien tant pis, c’était trop bon pour s’arrêter. En plein milieu d’une foule et pourtant il semblait n’avoir que nous, le moment était risqué mais parfait. Voilà déjà quelques minutes que chacun jouait avec les lèvres de l’autre et on ne semblait pas se lasser. Soudain alors que nous semblons être dans notre petit monde improvisés, je sentis une main se poser sur mon front. J’ouvris les yeux et me recula pour apercevoir Reyne… « Sal.. » pas le temps de finir que Reyne, nous criait déjà dessus. D'un coté heureusement car ce Salut n'était pas approprier. Pour ma part, j’eus le reflexe enfantin de baisser la tête en comprenant ma bêtise. J’avais conscience de mon erreur mais je ne pouvais pas prétendre avoir détesté ça. J’imagine qu’elle se sentait trahi et je crois que je ressentirais la même chose s’il se passait quelques chose entre John et Reyne, nous sommes un trio et si un couple viendrait à se créer la dedans, on sera simplement finis. Elle finit par partir en étant, à mon avis, très énervée. John et moi restions immobiles en plein milieu de la foule de danseur. Je soupirais moi aussi d’autant plus que je n’avais aucune excuse valable à part le fait d’être bourrer. Je regardais une dernière fois, Jonathan en pinçant des lèvres et levant les sourcils. Je tapotais ensuite légèrement son épaule pour lui dire de me suivre. Je rejoignais Reyne qui était aller au comptoir. Je regardais le serveur d’un air insistant lui faisant comprendre que j’avais besoin d’un verre tout de suite. « Reyne c’est vraiment pas ce que tu crois… » Phrase typique mais que dire d’autre ? « Enfin Si... mais ça compte pas. Je veux dire, si ça se peut j’aurais déjà oublié demain. » Je ris légèrement à la fin de cette phrase mais ni John, ni Reyne ne riait. « Aide-moi » dis-je ensuite à John avant de prendre le verre que me tendait le serveur et je le bus presque d’un coup tellement j’étais mal à l’aise.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Jeu 24 Mai - 17:51

Code by Holliday
ღ Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Kaitlyn ღ

Les choses devenaient serieuses, enfin notre baiser, c'était bien trop tard pour reculer, j'avais fait l'impossible, le truc à ne pas faire à ce genre d'endroit... enfin voir même jamais car nous savons tous les trois qu'entre nous l'amour n'a pas sa place ni même le sexe, seule l'amitié forte qui nous unie !
J'embrassais Kait' très langoureusement, je vais être honnête, j'ai apprécié mais rien de plus qu'un simple baiser, j'aurais aimé, enfin pas moi mon inconscient...aurait aimé allé plus loin mais c'était pas possible car la raison est bien toujours plus forte. En parlant de raison, la voix de la sagesse fit son apparition aussitôt! Reyne... Elle était finalement venu, son regard glaciale et ses paroles violentes passa par l'oreille gauche et resta bloqué dans le cerveau. J'ai du reculer d'un pas soudain, elle a de la force cette blonde quand même. Je la regardais bouche bée et étonné comme jamais.
J • Rey...
Je prononçais cela juste après la réflexion de Kait', je doit dire que je n'osais à peine la regarder parce qu'après tout c'était gênant.
Kait me regarda l'air de dire qu'on devait très vite se rendre à ses côtés et lui parler, je fus aussitôt d'accord avec ce regard. Je la suivais, Kaithlyn parla en première et faut dire ce qui est elle n'arrivait pas à s'y prendre. Je la regardais amusé tandis que Reyne je n'osais même pas la regarder.
Kait' échoua dans sa démarche, elle se retourna alors vers moi pour me dire clairement que je devais l'aider. Je réflechis quelques secondes, soit je devais rigoler et faire comme si c'était pour le fun, ou prendre l'air serieux et lui faire comprendre que malgré la perfection de ce baiser on reste amis. J'croit que j'ai préféré opter pour la première option. Je me rapprochais de Reyne, au point d'avoir son visage si près.
J • Bon jolie petite chose blonde, si c'est une question de jalousie je peut t'embrasser aussi... disais-je l'air arrogant, c'était ironique, je prenais cette attitude pour lui montrer que je pouvais le faire à elle comme à Kait' car c'était juste un simple baiser qui complétait l’atmosphère. Je commandais un autre martini et me re retournais vers Reyne.

J • Si il y avait quelque chose entre nous, on t 'aurait pas appelé ce soir ... allé arrête de bouder! disais-je en déposant un baiser sur son front et finissant par reprendre mon martini.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


« Invité »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    Ven 25 Mai - 18:55



✖Reyne & John & Kaitlyn✖
« Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse »

Le début de salut, le Rey' qu'ils prononcèrent, je ne les entendis pas... Je les avais déjà largés sur place pour allez me prendre un verre au bar. Le moins que l'on puisse dire c'est que je n'étais pas de bonne humeur. Comme je l'avais prévu ils me suivirent tout les deux. C'est Kait' qui rompit en premier le silence. Je me tournais alors pour la fixer quelques instant. Ok, c'est bon je vois, elle est complètement pétée, superbe. Puis John qui vint à sa rescousse. Il s'approcha de moi avec ce petit air de tombeur qu'il savait prendre parfois. Il s'approcha mais trop près ceci dit, pourtant je ne bougeais pas d'un iota, mon regard se fixa dans le sien. A ce jeu là, tu ne m'aura pas John, non je ne serais pas celle qui baissera les yeux, je n'étais pas le moins du monde intimidée par autant de proximité et encore moins par ses paroles. Jalouse moi? Il était sérieux là? Primo, je ne suis pas une jolie petite chose, secundo essaie pour voir! Je ne le lui dis pas aussi méchamment que je l'aurais fait avec n'importe quel autre mec. John était mon meilleur ami comme celui de Kait' et notre trio je l'aimais bien. Peut-être que j'avais senti ce dit trio en péril ce soir mais de la jalousie ça non. J'étais jalouse de personne pour le simple fait que je cherchais pas à me trouver un mec. Je me tournais alors vers Kait'. Je crois que t'as assez sifflé de verres pour ce soir, ma belle. J'en recommandais un pour ma part au barman, moi j'avais besoin d'un peu plus d'ivresse pour passer cette mauvaise humeur qui était à la limite de me rendre exécrable avec mes amis.

Oh ça va cesser de vous expliquer comme ça, j'ai juste pas envie de jouer les chandelles, je boude pas c'est pas mon genre! Je les regardais tout les deux, j'avais toujours ce même air placide sans aucuns sourire. Je voyais bien qu'ils étaient super mal à l'aise et en fait limite ça m'amusait de les voir patauger comme ça. Oui c'était marrant, pourtant je pensais pas qu'il parlerait de jalousie. Quoique... Non j'en ressentais pas du tout ou alors peut-être juste parce qu'en ce moment ça n'allait pas fort. J'avais un peu perdu de vue l'amusement en ce moment. Je leur enviais peut-être juste le fait de délirer. Je fini par tendre un sourire en avalant mon verre comme s'il n'avait été que de la limonade.

Hum... bon alors racontez-moi tout c'est la faute à vos hormones? leur dis-je en décochant un super sourire sarcastique, oh ben oui ça il m'avait donné une superbe occasion de les taquiner gracieusement.

code by shiya.




Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -    

Revenir en haut Aller en bas
 

Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse - John & Reyne -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qu'importe le flacon pourvu qu'il y ait l'ivresse (PV)
» [+18] Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. || Aldous
» Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse (Feat Gwen)
» Qu'importe le flacon pourvu qu'on ai l'ivresse./Wes\
» Qu'importe le flacon pourvu qu'il y ait l'ivresse (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: Corbeille à RP’s-