LA RUSH WEEK EST OUVERTE
N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR PBH (CLIQUEZ)
On vous rappelle que pour créer un DC il vous faut envoyer un MP au Doyen afin d'avoir l'approbation des admins. Si un DC clandestin est découvert, il sera automatiquement supprimé. Merci !

Partagez | 
 

 I Just Wanted to Say : Thank You - Mathéo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Debra S. Hopkins »


~ Dépot de candidature : 27/05/2012
~ Bavardages : 845

~ Job : Not Yet
~ Gps : Là où tu ne m`attends pas


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
95/100  (95/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
100/100  (100/100)
MessageSujet: I Just Wanted to Say : Thank You - Mathéo   Lun 28 Mai - 20:57

Every Girl needs a Guy who will be there for her, no matter what.


21H00. Dans ma petite chambre d'étudiante - J'étais assise sur mon lit aux draps couleur mauve, en train de pianoter sur mon téléphone portable afin de voir les derniers posts de mes amies. Je posai celui-ci sur la table de chevet pour me consacrer à autre chose. Alors que je m'apprêtais à ouvrir un livre pour étudier, mes pensées ne m'en laissèrent pas l'occasion. J'étais trop préoccupée pour apprendre quoi que ce soit. Depuis quelques jours je n'arrêtais pas de penser et de repenser à ce garçon, et la même scène se rejouait dans mon esprit. Après avoir poussé un soupir, je marchais lentement vers la minuscule salle de bain pour y prendre une longue douche et me détendre un peu. J'avançais et ouvris le robinet afin d'y faire couler l'eau lorsque mon téléphone portable vibra sur ma table de chevet. Excellent timing ! En retournant sur mes pas, je manquais de trébucher sur mes chaussures qui traînaient par terre, et décrocha le cellulaire.

« Oui ? » demandai-je.

J'entendis ma mère me répondre à l'autre bout du fil. Elle m'appelait pour avoir de mes nouvelles. Cela faisait maintenant une semaine à peine que j'étais arrivée à Brown, et elle me téléphonait tous les jours afin d'avoir un rapport détaillé de mes activités. J'avais une très bonne relation avec ma mère. D'ailleurs, elle était parfois plus une amie qu'une mère. Elle ne m'avait jamais privé de quoi que ce soit et elle était d'une oreille attentive lorsque j'en avais besoin. Je pouvais lui raconter tous les détails de ma vie, jusqu'à parfois en oublier qu'elle était ma mère. Relation étrange certes, mais normale pour nous deux car nous avons toujours eu cette connexion. Ainsi, je lui racontais ma journée, mes rencontres, ma vie, durant une bonne dizaine de minutes avant de raccrocher et de me précipiter vers ma douche où l'eau coulait toujours. Elle était d'ailleurs devenue brûlante et je poussai un petit cri en passant ma main en dessous.

Après avoir réglé le thermostat à bonne température, je me déshabillai rapidement pour me glisser à l'intérieur de la douche et savourer la douceur de l'eau chaude sur mon corps. J'essayais de penser à autre chose, de décompresser et d'oublier un instant mes problèmes et mes sentiments. Et je finis par y arriver, durant quelques petites minutes. Mes pensées étaient hantées par ce jeune homme mystérieux et je ne pouvais rien y faire. Cela faisait trois jours que je n’arrêtai pas de penser à lui, à son geste héroïque et malgré moi, à ses beaux yeux étonnants. Je ne l’avais aperçu qu’un court instant, alors qu’il était venu à mon secours quand un garçon un peu trop collant avait insisté pour que je l’accompagne chez lui. Ce dernier empestait l’alcool à des kilomètres et essayait de me ploter aux yeux de tous, alors que j’essayais de passer une petite soirée tranquille avec des amies. Et puis ce jeune homme était sorti de nulle part pour prendre ma défense lorsque ce porc avait glissé sa main sous mon débardeur. Il était allé jusqu’à se battre pour moi, ce qui ne m’était encore jamais arrivée. Peut-être était-ce pour cette raison que j’avais été troublée. J’étais simplement déçue de ne pas avoir pu le remercier pour son geste, il avait disparu aussitôt, impossible à trouver. Je soupirai une nouvelle fois. Il m'avait sans doute oublié depuis longtemps, du moins s'il m'avait prêté attention au début. Il était sans doute parti aussi vite car il ne voulait pas avoir une conversation avec moi. Malgré tout, cela me dérangeait car il fallait bien que je le remercie, même si lui n'en avait pas besoin. C'était normal de dire merci à quelqu'un qui vous a défendu.

Après m’être séchée et habillée, je vérifiai l’heure. 21H30. Seulement. J’attrapai mon sac à main cet sortit pour explorer la ville. J'avais enfilé une petite rose noire, discrète et près du corps, ainsi qu'une paire d'escarpins rouges. Mes cheveux volaient avec le vent car je ne les avait pas attachés. Je ne connaissais pas encore bien le coin, et marchai à allure lente dans les rues avant de me trouver face à un bar qui me semblait sympa. Pourquoi pas, après tout ? J’entrai à l’intérieur.

21H45. The Wickenden Pub – Je venais de franchir la porte du bar, et parcourrai du regard les personnes qui se trouvaient à l’intérieur avant de me diriger vers le bar lui-même. C'était bien rempli, et je ne connaissai encore personne. Je me stoppai net dans mon élan, et resta plantée au milieu de la salle durant un moment court qui me sembla une éternité. C’était lui, derrière le bar. Le jeune homme mystérieux. Qu’allais-je faire ? Alors que j’hésitai un instant à revenir sur mes pas pour retourner d’où je viens car je ne savais pas trop comment l’aborder, je pris mon courage à deux mains et décida de rester. J’avançai vers le bar et m’installa sur l’un des nombreux tabourets en attendant qu’il se dirige vers moi pour prendre ma commande. En attendant, je sortis mon téléphone de mon sac pour avoir l'air occupée.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


    I Could`ve Been a Princess, you`d be a King. Could have had a castle and wore a ring. But nooo .. You let me go (...)


Dernière édition par Debra S. Hopkins le Lun 6 Aoû - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Mathéo A. Rhodes »


~ Dépot de candidature : 22/04/2012
~ Bavardages : 923

~ Job : Barman au The Wickenden Pub
~ Gps : Kappa Castle


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
55/100  (55/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
70/100  (70/100)
MessageSujet: Re: I Just Wanted to Say : Thank You - Mathéo   Mar 29 Mai - 8:44

❝ I'm still alive but I'm barely breathing, just prayed to a god that I don't believe in, 'Coz I got time while she got freedom, What am I supposed to do when the best part of me was always you, What am I supposed to say when I'm all choked up and you're ok, I'm falling to pieces.



Les embrouilles. Je n’avais pas spécialement envie de m’embarquer dedans à chaque fois. Non, bien au contraire. Je n’avais certainement pas envie de ressembler et de finir comme mon paternel. Je tentais d’être un type bien pour justement ne pas être comme lui. Il me répugnait, il était mort à mes yeux. Pourtant…j’avais l’impression de finir massacrer pratiquement toutes les semaines. Au fond, je n’étais pas au cœur des conflits, mais j’arrivais toujours à m’en mêler pour défendre quelqu’un. Sans doute une personne n’ayant pas la capacité ou le courage de se défendre elle-même. Moi, je tenais tête, qu’importe le colosse qui se trouvait devant moi. J’affrontais avec rage, comme j’aurais du l’affronter étant petit. C’était sans doute mon plus grand regret dans la vie, mais maintenant c’était finit, et pour moi aider quelqu’un dans le besoin, c’était nécessaire. Bref, qu’importe le lieu, les personnes, le conflit ou l’heure, qu’importe ce qu’ils avaient pu avoir par le passé, dès qu’il y’avait une victime je sautais pour m’interposer. D’accord, du coup, j’ai pas mal d’ennemies, mais je m’en fiche littéralement. Il y’a trois jours de cela, j’ai sauvé les belles fesses de cette inconnue d’un soulard trop brutal. Elle n’arrivait pas à le repousser tandis qu’il lui avait collé ses mains en dessous de son T-shirt. Tout homme qui se respecte ne devrait jamais forcer la main à une fille, jamais. J’ai vite intervenu, voyant le regard sadique et envieux de l’homme. Je ne le connaissais pas, ni elle d’ailleurs, mais j’avais eu une soudaine envie de la protéger. Un instinct de merde me direz-vous. Une bonne chose à faire ? Peut être, peut être pas. J’ai vite pris une belle droite et ça a forcément dégénérer en bagarre. J’étais habitué, mais même s’il était coriace, je lui ai bien fait mordre la poussière. Tout comme moi. Trois jours sans nouvelles de cette superbe créature que j’avais pu sauver. J’aurai simplement voulu connaitre son identité, son prénom, savoir qui elle était. Je savais que si elle était à Brown, elle venait sans doute à peine d’arriver. Son visage…Je l’aurai sans doute croisé depuis longtemps sinon. Mais non, elle était un mystère pour moi, et ses questions sans réponses titillaient ma curiosité au plus haut point. J’avais envie de la revoir mais comment la retrouver ? Elle hantait mes pensées comme une chose inachevée, une chance manquée, un coup raté. J’avais essayé de demander autour de moi qui la connaissais, mais une simple description c’était vite retrouver inefficace. Le destin se jouait de moi, et même si en temps normal, j’aimais ça…là, ça me frustrait, ça m’énervait.

Ce soir là, j’étais de service au bar, comme 5 soirs sur 7. Nécessaire pour nous aider à vivre, moi et mon frère bien que Julian n’osait jamais venir me voir quand il avait un souci d’argent. Une tête à claque celui-là. A la vie comme à la mort, telle est la devise pour les Rhodes. Et il le sait très bien, cet imbécile. Je le surprotégeais trop, j’en étais conscience, même à ses 23 ans. Mais c’était la seule famille de sang qu’il me restait et si on s’attaquait à lui, on s’attaquait à moi. Bref, j’étais arrivé au bar un peu en retard cette fois-ci. La vieille j’avais eu une bonne soirée avec une gueule de bois. J’avais eu du mal à me lever mais finalement quelques soucis à régler et j’avais débarqué tentant de faire profil bas. « Rhodes, t’es en retard ! » « Oui, Max…Des soucis personnels » « Soucis ou pas, tu fais peur au client avec ton œil-au-beurre-noir » Je me tus ; il n’avait pas tord. Mais le colosse d’y a trois jours savait très bien cogner. Ca commençait à peine à s’estomper mais je ne pouvais rien y faire. « Bon, tu feras la fermeture, Rhodes » Je soupirai. Je détestais ça. Fermeture à 2h, rangé, nettoyé et ravitaillement. C’était chiant, mais soit, je n’avais pas envie de perdre mon boulot pour un retard. Mes collègues avaient l’habitude de me voir avec des balafres et même si au début ils me demandaient ce que j’avais eu, autant là ils avaient arrêté de me poser des questions sur le pourquoi du comment. C’était quotidien, c’était inutile. Les minutes passèrent lentement, même si le bar commençait à se remplir peu à peu. A cours de jus, je finis par passer à l’arrière et récupérer une caisse pour la passer à l’avant. Perdu dans mes pensées, je revenais sans me préoccuper des clients qui commençaient à affluer. Une, deux, trois bouteilles, je rangeais progressivement les bouteilles tandis que mon regard vint à se lever vers le comptoir. Parcourant rapidement, je finis par m’arrêter, une bouteille dans la main. Ca semblait être un rivage, une apparition si soudaine comme la dernière fois. Elle était là, assise un peu plus loin, occupée sur son téléphone surement en attendant qu’on la serve. Ses cheveux retombant en cascade sur ses épaules, ses lèvres rosâtres légèrement humides, ses yeux vert-marron intenses et une légère robe noire dessinant ses formes parfaites. J’en avais vu des filles, des brunes, des blondes, des rousses, des grandes, des petites, des fines, des rondes…mais là, elle me coupait le souffle. Et je n’étais pas le seul à l’avoir remarqué : « Math’, t’as vu la belle brune ? » me fit discrètement mon collègue. Je répondis dans un murmure « Ouai… » « Je finis de servir ceux là, et j’vais l’accoster, mec » « Tu me la laisses celle-ci » « Pourquoi, tu la connais ? » « Disons que oui… » Je finis par m’empresser de finir de ranger ses bouteilles, de repasser la caisse à l’arrière et de revenir au bar. Ne la quittant pas des yeux, elle me bleffait. D’accord, elle était superbe, comme certaines filles que j’avais pu rencontrer, mais ce n’était pas ça qui me poussait vers elle. C’était cette curiosité, ce mystère qui me donnait l’envie d’aller la connaitre. Pas la mettre dans mon lit, non. Juste la connaitre, et rien que ça, ça me déstabilisait, la peur de découvrir réellement ce que ce fait voulait réellement dire au fond de moi. Je soupirai un instant et finit par aller la voir. « Je vous sers quelque chose ? » Rentrer dans le vif du sujet, même si j’en avais envie, aurait été déplacé, je le savais.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



Au dessus de l'homme qui court il y a l'homme qui vole, baby baby. Je suis un gars qui connait qui sait un truc ou deux. Tu sais ce que je raconte: Oppan Gangnam Style !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Debra S. Hopkins »


~ Dépot de candidature : 27/05/2012
~ Bavardages : 845

~ Job : Not Yet
~ Gps : Là où tu ne m`attends pas


ID Card
MOI, MA VIE, MES ENVIES:
NIVEAU SCOLAIRE:
95/100  (95/100)
APPRÉCIATION DES ÉLÈVES:
100/100  (100/100)
MessageSujet: Re: I Just Wanted to Say : Thank You - Mathéo   Mar 29 Mai - 11:22

Every Girl needs a Guy who will be there for her, no matter what.


J’essayai de me concentrer sur mon téléphone portable pour ne pas avoir l’air de trop le regarder, mais c’était difficile. Je le ne connaissais pas, je ne savais absolument rien de ce jeune homme au regard mystérieux, et pourtant, tout m’attirai vers lui. C’était un sentiment étrange car inconnu, jamais je n’avais ressenti l’envie, pire encore, le besoin, de connaître une personne à ce point. Et pourtant, c’était ce qui était entrain de m’arriver. Je ne comprenais pas ce qui me poussait vers ce jeune homme dont j'ignorais jusqu'à son prénom. Et alors que j’étais sur le point de lever les yeux afin de voir ce qu’il faisait, mon téléphone émit une vibration qui annonçait l’arrivée d’un nouveau message. Je glissai mon doigt sur l’écran tactile afin de cliquer de « ouvrir », et le texto s’afficha :

Hey, Deb` ! Alors c’est comment à Brown ? Tu me manques ! – Liz.

Un léger sourire se dessina sur mon visage. Eliza était ma meilleure amie depuis aussi loin que je puisse me rappeller. Prendre des chemins différents s’était avérer être dur pour elle et pour moi, nous étions toujours fourrées ensemble et maintenant que nous étions à des kilomètres l’une de l’autre, un sentiment de vide s’était installé. Bien que nous nous écrivions souvent, ce n’était plus la même chose. Elle me manquait. À la fin du lycée, lorsque le choix de l’université s’était imposé à nous, nous nous étions rendu compte que nous risquions de nous perdre car nous rêvions de choses différentes. Alors que Brown s’était imposé à moi comme une évidence, ma mère y étant allée avant moi, Eliza désirait entrer à Yale. Aujourd’hui séparées, nous nous étions pourtant promis de ne pas nous perdre de vue, et de nous donner souvent des nouvelles. Elle restait la seule véritable amie que j’avais eue durant toute mon adolescence et c’était aujourd’hui étrange de ne plus l’avoir à mes côtés. Je cliquai sur « répondre » et commençai à taper mon texte lorsque j’entendis sa voix. Je ne l'avais encore jamais entendue, mais je savais que c'était la sienne et pourtant, je ne l'avais pas vu se diriger vers moi.

« Je vous sers quelque chose ? ».

Je relevai la tête et croisa son regard. Malgré moi, j'entendis mon cœur s'accélérer dans ma poitrine. Ses yeux aux reflets verts étaient magnifiques et ils brillaient légèrement, mais mon regard s’attarda sur son œil-au-beurre-noir. L’origine de cette blessure devait être due à son intervention d’il y a trois jours, lorsqu’il m’avait défendu. Je me sentis alors coupable. Il ne l’avait pas raté, et son œil était encore beaucoup enflé. Je grimaçai légèrement.

« Désolée, pour votre œil » répondis-je avec un sourire léger et plein de compassion.

C’était de ma faute et je lui étais redevable pour son courage et pour sa détermination. Il n’existe pas beaucoup de garçons qui s’interposent entre vous et un pervers pour vous tirer de cette situation. Avant de lui laisser le temps de répondre, je profitai pour l’en remercier.

« Je n'ai pas eue l'occassion de vous remercier, pour l’autre soir, sans vous je n’aurais pas pu m’en sortir seule, alors merci … » et je lui souris.

Malgré moi, je ne pouvais m’empêcher de le regarder d’un peu plus près. Je n’avais pas eu l’occasion de lui parler trois jours auparavant, et je ne l’avais aperçu que lorsqu’il s’était battu. Après ça, il s’était enfui si vite que je n’avais même pas pu en tirer son prénom. Je baissai les yeux pour ne pas qu’il pense que j’étais une attardée et pour arrêter de le fixer comme si j’étais fascinée par lui, ce qui était plus ou moins le cas. Il était d’une beauté incroyable, mais ce n’était pas son visage qui m’attirait à lui. Je ne pouvais encore me l’expliquer, mais il avait cette lueur dans son regard qui ne me laissait pas indifférente. Mais je ne voulais pas qu’il s’en aperçoive. Après tout, je ne le connaissais pas. Je ne savais pas quel genre d’homme il était, mais il avait été là pour me protéger, et peut-être étais-je naïve mais cela me suffisait pour avoir l’envie de le connaître. Il fallait maintenant juste espérer qu’il en ait envie lui-aussi.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


    I Could`ve Been a Princess, you`d be a King. Could have had a castle and wore a ring. But nooo .. You let me go (...)
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: I Just Wanted to Say : Thank You - Mathéo   

Revenir en haut Aller en bas
 

I Just Wanted to Say : Thank You - Mathéo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande de Wanted / Renom / Honneur Xino & Jenaiz
» Renom et Wanted du tigre marin !
» Mathérotiques
» Club anti-mathématiques ! =3
» Wanted : Partenaire(s) pour RP !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PROVIDENCE – BÊTA HOUSE ::  :: Wickenden Street :: The Wickenden Pub-